États-Unis : un évènement pro-Palestiniens jugé antisémite
Rechercher

États-Unis : un évènement pro-Palestiniens jugé antisémite

Les panélistes incluaient Linda Sarsour, responsable de la Women's March et militante pro-palestinienne, Roger Waters, figure de proue du mouvement BDS et Marc Lamont Hill

Linda Sarsour lors de la Women's March à Washington, DC, le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo / Getty Images via JTA)
Linda Sarsour lors de la Women's March à Washington, DC, le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo / Getty Images via JTA)

Un événement alléguant que les points de vue pro-palestiniens sont réduits au silence a bien eu lieu à l’Université du Massachusetts à Amherst après qu’un juge a rejeté une demande visant à qualifier l’évènement d’antisémite.

La conférence intitulée « Not Backing Down: Israel, Free Speech, and the Battle for Palestinian Human Rights » (On ne recule pas : Israël, la liberté d’expression et la bataille pour les droits des Palestiniens) a été organisé par le groupe Media Education Foundation, un groupe basé dans le Massachusetts, selon le Daily Hampshire Gazette. Jewish Voice for Peace, un groupe qui soutient le boycott d’Israël, a défendu, avec succès, l’événement au tribunal.

Les panélistes incluaient Linda Sarsour, responsable de la Women’s March et militante pro-palestinienne, Roger Waters, bassiste des Pink Floyd et figure de proue du mouvement BDS et Marc Lamont Hill, limogé l’an dernier par CNN après qu’il a appelé à « libérer la Palestine du fleuve à la mer », une expression associée à la destruction d’Israël.

Capture d’écran du musicien Roger Waters à l’évènement ‘Not Backing Down: Israel, Free Speech, and the Battle for Palestinian Human Rights’ à l’université de Massachusetts à Amherst,, le 4 mai 2019. (Crédit : Twitter)

Le juge Robert Ullman a déclaré que l’injonction sollicitée par trois étudiants juifs, qui souhaitaient rester anonymes, violerait le Premier amendement.

Karen Hurvitz, l’avocate qui représentait les étudiants juifs, s’est dite déçue par le verdict et a précisé que les étudiants juifs pouvaient faire appel de ce jugement s’ils entendaient des propos antisémites durant l’évènement, qui a eu lieu samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...