Ethiopian Airlines : identification des restes de la seconde victime israélienne
Rechercher

Ethiopian Airlines : identification des restes de la seconde victime israélienne

ZAKA a déclaré avoir réussi à identifier les restes d'Avraham Mastliah, âgé de 49 ans et originaire de Maale Adumim, six mois après le crash de l'avion éthiopien

Des membres de l'équipe de secours et de recherche ZAKA sur le site du crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines, au sud d'Addis Abeba, le 12 mars 2019 (Crédit : AP/Mulugeta Ayene)
Des membres de l'équipe de secours et de recherche ZAKA sur le site du crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines, au sud d'Addis Abeba, le 12 mars 2019 (Crédit : AP/Mulugeta Ayene)

Des restes du deuxième Israélien décédé dans le crash de l’avion de l’Ethiopian Airlines en mars ont été retrouvés et identifiés, a déclaré mercredi une équipe israélienne de recherche.

ZAKA, une organisation israélienne de secours d’urgence qui retrouve les restes humains pour leur donner une sépulture, a déclaré avoir réussi à identifier les ceux d’Avraham Mastliah, âgé de 49 ans et originaire de Maale Adumim.

En juin, des volontaires de ZAKA ont découvert les restes de Shimon Reem, âgé de 55 ans et originaire de la ville de Zichron Yaakov.

Les autorités éthiopiennes ont été critiquées pour leur gestion des efforts d’identification des corps. Plus de six mois après le désastre, les restes de certaines victimes doivent encore être identifiés.

Shimon Reem, mort dans le crash du vol Ethiopian Airlines, le 10 mars 2019 (Autorisation)

Au départ, les autorités éthiopiennes n’ont pas autorisé les membres de ZAKA à accéder au site du crash, et selon le co-fondateur et chef de l’organisation, Yehuda Meshi Zahav, c’est grâce à la demande personnelle de Benjamin Netanyahu que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a fini par accepter de les laisser accéder à la zone.

Le 10 mars, le Boeing 737 Max 8 du vol 302 d’Ethiopian Airlines s’est écrasé six minutes après le décollage, apparemment à cause d’un dysfonctionnement technique, tuant ses 157 passagers.

Les victimes provenaient de 35 pays différents, dont le Kenya, Israël, le Canada, l’Italie, la Chine, l’Éthiopie et les États-Unis.

Le drame était survenu après un autre accident impliquant un 737 Max en Indonésie, les deux incidents ont causé la mort de 346 personnes au total. Depuis, le modèle de Boeing a été délaissé par les compagnies aériennes qui en possédaient.

Pour la plupart des peuples et religions du monde, les dépouilles ne sont pas nécessaires pour réaliser un enterrement religieux complet, mais sont nécessaires pour des funérailles juives. Malgré le délai pour retrouver les restes, un tribunal rabbinique spécial a statué en mars que les familles des deux Israéliens tués dans le crash pouvaient commencer le processus de deuil traditionnel de leur proche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...