Européennes: Un ex-skinhead pilote la communication du RN, favori des sondages
Rechercher

Européennes: Un ex-skinhead pilote la communication du RN, favori des sondages

Condamné en 2000 pour violence avec arme, Philippe Vardon était déjà en charge de la stratégie électorale du FN, aujourd'hui RN, aux présidentielles de 2016

Philippe  Vardon, nouveau conseiller en communication de  Marine Le Pen pour la campagne européenne (Crédit: capture d'écran Youtube/Compléments d'enquête)
Philippe Vardon, nouveau conseiller en communication de Marine Le Pen pour la campagne européenne (Crédit: capture d'écran Youtube/Compléments d'enquête)

Une liste « gilets jaunes » recueillerait 8 % d’intentions de vote pour les élections européennes de mai 2019, dominées par le Rassemblement national (RN, ex-FN) dans tous les cas de figure, tandis que Les Républicains chutent lourdement à 8 %, selon un sondage Odoxa pour Franceinfo publié vendredi.

Dans l’hypothèse de la présence d’une liste « gilets jaunes » à 8 %, le parti d’extrême droite de Marine Le Pen recueille 21 % d’intentions de vote, devant la liste La République en Marche-MoDem (19 %), La France insoumise (10,5 %) et Les Républicains (8 %).

Suivent Debout la France (7 %), le PS (6 %) et Europe Écologie-Les Verts (6 %) devant le Nouveau parti anticapitaliste (3,5 %), Générations (3 %), l’UDI (2%), la liste conduite par le député Jean Lassalle (2 %), le PCF (1 %), les Patriotes (1 %) et l’UPR de François Asselineau (1 %).

Bien qu’en tête, le Rassemblement national est, selon cette étude, le parti qui pâtirait le plus de la présence d’une liste « gilets jaunes » (-3 points).

Le RN est également en tête dans l’hypothèse d’un scrutin sans « gilets jaunes » avec 24 points.

Aux manettes de la communication du RN pour ces élections, on retrouve Philippe Vardon, un ancien dirigeant du Bloc identitaire déjà appelé en renfort par Marine Le Pen à la stratégie électorale lors de la dernière ligne droite des élections présidentielles en 2016.

Craignant une fuite de son électorat pour cause de ‘dédiabolisation’ Marine Le Pen avait fait appel à ce communiquant au passé sulfureux et proche du FN pour durcir le ton de sa campagne.

Vardon, proche de Marion Maréchal Le Pen est un ancien d’Unité radicale, une « organisation politique dissoute après l’attentat manqué contre Jacques Chirac le 14 juillet 2002, » rappelle Francetvinfo.

Mis à la porte du Rassemblement Bleu Marine par Gilbert Collard en 2013, qui n’avait pas apprécié le profil extrême du personnage, Vardon se distingue par une manière violente (menaces, gifles selon des témoins) de s’imposer politiquement. Il a été condamné à 1 an de prison, dont 6 mois ferme pour « violences en réunion avec arme » contre 5 jeunes en 2000, rappelle StreetPress.

Le 8 décembre 2016 dernier rappelle Francetvinfo, « Christian Estrosi avait brandit une image qui le montre en train d’entonner un chant néo-nazi du groupe Evil Skins, en 1998 et faire un salut nazi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...