Eurovision : des pirates perturbent la diffusion sur le net avec des menaces
Rechercher

Eurovision : des pirates perturbent la diffusion sur le net avec des menaces

Kan a dit que le message incluait un faux logo de Tsahal et le message : "Israël n'est pas sûr"

Une vidéo de l'Eurovision sur le site internet du diffuseur public Kan le 15 mai 2019 montre une explosion avec un avertissement que "Israël n'est pas sûr, vous verrez". (Capture d'écran)
Une vidéo de l'Eurovision sur le site internet du diffuseur public Kan le 15 mai 2019 montre une explosion avec un avertissement que "Israël n'est pas sûr, vous verrez". (Capture d'écran)

Mardi, des spectateurs israéliens regardant l’Eurovision sur le site internet de la chaîne publique Kan ont été brièvement interrompus par une série de menaces après que des pirates informatiques auraient eu accès à la retransmission en direct.

Le message piraté a remplacé le concours de chanson par une vidéo d’un faux avertissement de l’armée israélienne demandant aux téléspectateurs situés dans un périmètre d’1,2 kilomètre autour de l’événement de l’Eurovision au nord de Tel Aviv d’aller se mettre à l’abri en raison de l’approche imminente d’une attaque de roquettes.

La vidéo d’environ deux minutes se termine sur un avertissement : « Israël n’est pas sûr, vous verrez ».

On ne savait pas clairement qui était derrière le piratage, même si des médias israéliens ont suggéré qu’il pourrait s’agir de groupes pro-Palestine d’Etats arabes.

Kan, qui diffuse le concours international de chanson supervisé par l’Union européenne de radio-diffusion (UER), a déclaré dans un communiqué que son site avait été piraté pendant plusieurs minutes.

« Nous pensons que les messages n’ont pas été vus par beaucoup de personnes. L’UER et Kan considèrent la sécurité informatique comme de la plus grande importance et mènent une enquête sur l’incident », pouvait-on lire dans le communiqué.

Des activistes pro-Palestiniens qui soutiennent le boycott de l’Etat juif ont organisé une campagne concertée contre le concours de chanson, qui attire l’attention internationale et des dizaines de milliers de touristes en Israël.

Des activistes appellent au boycott de l’Eurovision à Tel Aviv, le 14 mai 2019.
(Tomer Neuberg/Flash90)

Des militants pro-Palestine ont organisé une marche à proximité de l’événement de mardi, appelant à la fin du contrôle d’Israël sur la Cisjordanie et la fin des restrictions imposées sur la bande de Gaza.

Mais la plupart des artistes présents à l’événement ont évité la politique.

Le candidat représentant l’Islande, Hatari, avait fait polémique en Israël en promettant d’utiliser l’Eurovision pour dénoncer le « visage de l’occupation ». Pourtant, lors d’une conférence de presse après la demi-finale, Hatari a délivré un message très positif. « Nous avons besoin de nous unir et de ne pas oublier d’aimer », a-t-il dit, dans le sillage de « la haine qui monte en Europe ».

L’Iceland d’Hatari fait se performance Hatrið mun sigra au cours de la demi-finale de la 64ème édition du concours de chanson de l’Eurovision à l’Expo Tel Aviv, le 14 mai 2019. (Jack GUEZ / AFP)

Madonna, qui avait été sous pression de la part de militants du BDS pour qu’elle annule sa prestation prévue pour la finale de samedi, a déclaré mardi qu’elle « n’arrêtera jamais de faire de la musique pour faire plaisir à l’agenda politique de quelqu’un ».

Elle est arrivée en Israël mercredi.

Des officiels israéliens ont aussi craint une flambée de violences de Gaza ou qu’une attaque terroriste contre l’événement puisse effrayer des participants et des spectateurs ou puissent gâcher l’événement.

Une voiture en flammes après avoir été frappée par une roquette de la bande de Gaza à Ashdod, dans le sud d’Israël, le 5 mai 2019 (Crédit : Flash90)

Le 4 mai, deux jours d’attaques de roquettes intenses depuis la bande de Gaza vers Israël ont commencé alors que des concurrents commençaient leurs premières répétitions. Plus de 650 roquettes ont été tirées et 300 raids de représailles ont été menés en deux jours avant que les deux camps ne concluent un cessez-le-feu.

Un officiel de l’armée a déclaré aux journalistes que l’armée avait reçu l’ordre d’arrêter ses opérations militaires avec l’Eurovision, même si les responsables politiques ont insisté pour dire que la date de l’événement n’avait pas joué un rôle dans les décisions stratégiques.

La prochaine demi-finale aura lieu jeudi soir avant la grande finale de samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...