Eurovision : le groupe représentant l’Islande veut dénoncer Israël sur scène
Rechercher

Eurovision : le groupe représentant l’Islande veut dénoncer Israël sur scène

Le groupe Hatari affirme vouloir promouvoir la cause palestinienne sur scène malgré l'interdiction de toute action politique pendant le concours

L’Islande a choisi samedi le candidat chargé de représenter le pays lors de la prochaine édition de l’Eurovision : il s’agit d’un groupe qui a menacé d’organiser un mouvement de protestation sur scène contre le traitement par Israël des Palestiniens et a défié le Premier ministre Benjamin Netanyahu à prendre part à un combat scandinave connu sous le nom de lutte à la ceinture.

Les performances du groupe Hatari étaient articulées autour des thèmes du bondage, de la domination, du sadomasochisme – connus sous l’acronyme BDSM – à ne pas confondre toutefois avec le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) qui cible Israël.

Le groupe a remporté le concours de désignation local avec sa chanson « Hatrid Mun Sigra », qui signifie en islandais « la haine prévaudra », et participera donc aux demi-finales prévues le 16 mai à Tel Aviv.

Dans un entretien accordé au mois de février au bi-hebdomadaire Stundin, les membres du groupe ont évoqué leur forte identification à la cause palestinienne, indiquant qu’ils avaient le sentiment que leur devoir était d’utiliser l’Eurovision comme plateforme pour diffuser leurs opinions.

Selon le règlement du concours, les participants ne sont pas autorisés à faire des déclarations politiques lors de l’événement.

Hatari a critiqué son pays pour son non-boycott de l’édition 2019 de l’Eurovision qui se déroule cette année à Tel Aviv – dans un pays qui, selon lui, viole les droits humains.

Le groupe a toutefois noté qu’il y prendrait part pour transmettre son message au plus grand nombre de personnes en Europe.

Interrogé sur les activités politiques et la possibilité que le groupe soit disqualifié s’il devait manifester sur scène, les membres ont rétorqué qu’ils considéraient l’Eurovision comme un concours politique, d’autant plus qu’il se déroulerait cette année en Israël.

« Peut-être seront-nous exclus du concours mais ce serait peut-être plus révélateur que tout ce qui pourrait arriver sur scène par ailleurs », ont-ils confié au Stundin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré des soldats lors d’une visite à la base militaire de Shizafon, le 23 janvier 2019 (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Au moment de l’interview accordée au journal, un anonyme s’exprimant au nom du groupe avait lancé un défi à Netanyahu, celui de se mesurer à l’un de ses membres dans une épreuve de lutte traditionnelle islandaise.

Dans une annonce faite en anglais sur la station de radio Rás 2, le représentant avait indiqué qu’une personnalité parrainée par l’ONU arbitrerait le combat qui devrait avoir lieu à Tel Aviv le 19 mai, au lendemain de la finale de l’Eurovision.

Selon cet intermédiaire anonyme, si Netanyahu devait être victorieux lors de cet affrontement, alors Israël prendrait le contrôle de Vestmannaeyjar – un archipel situé au large de la côte sud de l’Islande. Si le membre du groupe devait l’emporter, alors Hatari établirait une colonie libérale BDSM en Israël, sur la côte méditerranéenne.

Dans ce sport de combat, deux adversaires se tiennent à la ceinture et doivent projeter leur rival au sol.

Le Glima, art martial nordique appelé également « lutte à la ceinture » (Capture d’écran via YouTube)

Conformément aux règles du concours, Hatari chantera en islandais, la langue utilisée lors de la victoire du titre lors des qualifications locales. Dans les paroles de la chanson qui a remporté la victoire, « l’amour meurt », « l’Europe s’effondre », et « la joie a une fin, elle est encore une illusion ».

L’Eurovision devrait attirer des dizaines de milliers de personnes et une attention massive des médias sur Israël. Les manifestants anti-israéliens ont pris pour cible le concours, appelant à son boycott.

Israël sera représenté par Kobi Marimi, le chanteur de 27 ans ayant remporté l’émission israélienne de la Nouvelle star au mois de février.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...