Rechercher

Évasion de la prison de Gilboa : des responsables pourraient être sanctionnés

Une commission avertit que la cheffe du service des prisons Katy Perry, son adjoint, le commandement du district du nord et le directeur de la prison pourraient écoper d'un blâme

Katy Perry, cheffe du service israélien des prisons, arrive pour témoigner devant la commission d'enquête gouvernementale suite à l'évasion de six prisonniers sécuritaires palestiniens de la prison de Gilboa, le 7 mars 2022. (Crédit :  Flash90)
Katy Perry, cheffe du service israélien des prisons, arrive pour témoigner devant la commission d'enquête gouvernementale suite à l'évasion de six prisonniers sécuritaires palestiniens de la prison de Gilboa, le 7 mars 2022. (Crédit : Flash90)

Une commission d’enquête chargée d’examiner la fuite, l’année dernière, de six prisonniers sécuritaires de la prison de Gilboa a averti jeudi la commissaire de l’Administration pénitentiaire, Katy Perry, et trois autres responsables qu’ils pourraient écoper de sanctions disciplinaires suite à cet incident.

Les trois autres responsables qui ont reçu une notification les mettant en garde contre de possibles sanctions sont Moni Biton, chef adjoint et commandant de la sécurité et des opérations au sein de l’Administration pénitentiaire ; Arik Yaakov, responsable du district du nord du Service et Freddy Ben Shitrit, directeur de la prison de Gilboa.

La commission, qui doit encore terminer son travail et émettre un rapport final, a estimé que « des failles apparentes se sont révélés dans les activités de l’Administration pénitentiaire en ce qui concerne la prévention des évasions de structures de détention en général, et des évasions de prisonniers sécuritaires de la prison de Gilboa en date du 6 septembre 2021 en particulier ».

Les insuffisances présumées seraient liées aux renseignements, à la sécurité et aux opérations, au transfert des prisonniers sécuritaires entre les cellules et les ailes des prisons et à différents aspects du commandement.

L’Administration pénitentiaire a fait savoir que ces notifications d’avertissement émises par le panel visaient à prévenir les responsables du fait que les conclusions finales qui pourraient être tirées par la commission étaient susceptibles de leur porter préjudice.

La commission a néanmoins noté qu’elle n’avait pas tiré ses conclusions définitives et qu’elle n’avait pas pris de décision concernant les éventuelles sanctions qui pourraient être prises à l’encontre des uns ou des autres – si elle devait en prendre. Les mises en garde offrent par ailleurs une opportunité supplémentaire aux personnalités mises en cause de plaider leur cause devant le panel, a-t-elle ajouté.

Le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Sheetrit arrive pour témoigner devant la commission d’enquête gouvernementale chargée d’examiner l’évasion de prisonniers sécuritaires de la prison de Gilboa, à Modiin, le 25 novembre 2021. (Crédit : Flash90)

De manière plus générale, la commission a indiqué que les quatre responsables pourraient écoper d’un blâme pour ne pas s’être assurés qu’une attention suffisante était portée à la menace des évasions, et pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour prévenir de tels incidents.

Le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev, qui supervise l’Administration pénitentiaire, a expliqué qu’il suivrait toutes les recommandations qui seront émises par la commission. Il a aussi accusé le précédent gouvernement d’avoir négligé pendant des années l’Administration pénitentiaire.

« Les évasions ont été, c’est indubitable, un grave échec en ce qui concerne le fonctionnement de l’Administration pénitentiaire », a commenté Barlev dans un communiqué, saluant la commission pour le travail effectué.

Le Ministre de la Sécurité Publique Omer Barlev assiste à une cérémonie de la police israélienne pour le Nouvel An juif au Quartier Général de la police israélienne, à Jerusalem le 5 septembre 2021. (Crédit : Photo Olivier Fitoussi/Flash90)

Cette évasion téméraire, survenue au mois de septembre dernier, qui s’était achevée par l’arrestation de tous les détenus qui avaient pris la fuite en l’espace de deux semaines, a été considérée comme un échec majeur et comme une humiliation pour le Service des prisons. Les détenus avaient creusé pendant des mois un tunnel avant leur échappée belle, utilisant pour cela des plaques, des débris de travaux de construction et un morceau de cintre en métal.

Perry avait rejeté toute responsabilité dans cet incident et, pendant son témoignage présenté devant la commission, elle avait âprement critiqué le directeur de la prison de Gilboa, Ben Shitrit.

Ben Shitrit, pour sa part, avait affirmé au mois de novembre que Perry l’avait « marqué au fer rouge comme étant le seul et unique responsable » de l’incident, et il avait expliqué qu’elle avait tenté de le renvoyer avant même le début de l’enquête.

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux d’une évasion de six prisonniers palestiniens, à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Sebastian Scheiner/AP)

Cinq des six évadés étaient des membres du groupe terroriste du Jihad islamique, et le célèbre terroriste du Fatah Zakaria Zubeidi avait fait partie des fuyards. Plusieurs avaient été condamnés à la prison à vie.

Ces évasions avaient mis en évidence une série de dysfonctionnements à la prison, notamment une incapacité de la part de ses responsables à tirer des leçons de précédentes tentatives de fuite et plusieurs bévues opérationnelles, avec notamment des tours de garde vides et des gardiens qui s’étaient endormis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...