Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Ex-otage à Gaza, « il nous raconte certaines choses » mais gardera ses secrets

Andreï Kozlov, 27 ans, a été secouru le 7 juin lors d'une opération de l'armée israélienne mais ses parents "n'avaient jamais perdu espoir" de le revoir"

L'ex-otage Andrey Kozlov regarde son téléphone au centre hospitalier Sheba, le 8 juin 2024. (Armée israélienne)
L'ex-otage Andrey Kozlov regarde son téléphone au centre hospitalier Sheba, le 8 juin 2024. (Armée israélienne)

« C’était tellement émouvant qu’on ne pouvait pas se parler », confie Mikhaïl Kozlov, en racontant ses retrouvailles avec son fils Andreï, libéré par l’armée israélienne après 8 mois de captivité à Gaza aux mains du Hamas.

La rencontre filmée montre le jeune israélo-russe tombant littéralement aux pieds de sa mère et fondant en larmes, sa mère l’enlaçant. Ces images ont fait le tour des réseaux sociaux et des chaînes de télévision en Israël.

Sa mère, Evguenia Kozlov, renchérit en se souvenant qu’avant d’apprendre sa libération, « ils n’avaient jamais perdu espoir » de le revoir.

Elle affirme avoir craint « qu’Andreï ne soit plus le même ».

« Mais c’était une tempête d’énergie, une onde de choc émotionnelle qui venait de lui », raconte Mme Kozlov.

Andreï Kozlov, 27 ans, a été secouru le 7 juin lors d’une opération de l’armée israélienne à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, tout comme Noa Argamani, 26 ans, Almog Meir Jan, 22 ans, et Shlomi Ziv, 41 ans. Tous les quatre avaient été enlevés par le Hamas le 7 octobre au festival de musique electro Nova, lors de l’attaque sanglante du groupe terroriste islamiste palestinien en Israël.

Des affiches représentant les portraits des otages israéliens sauvés, Andrey Kozlov, 27 ans, Noa Argamani, 26 ans, Shlomi Ziv, 41 ans, et Almog Meir Jan, 22 ans, placardées sur un mur de Tel Aviv le 8 juin 2024. En dessous, on peut lire « c’est si bon que vous soyez rentrés à la maison ». (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Leur libération a été accueillie dans la liesse en Israël.

Les parents d’Andreï Kozlov, Mikhaïl et Evguenia, 52 ans tous les deux et russes, vivent à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie) et ont pris l’avion pour retrouver leur fils après huit mois d’une longue attente, au lendemain de sa libération.

Dans un entretien accordé en russe à l’AFP, il racontent ce qu’ils savent de sa captivité.

« Il nous raconte certaines choses. Il dit qu’il y en a d’autres qu’il ne nous racontera jamais », déclare le père.

Andrey Kozlov (au centre), libéré de Gaza lors d’une opération militaire israélienne le jour précédent, retrouvant ses parents au centre hospitalier de Sheba, à Ramat Gan, le 9 juin 2024. (Crédit : Forum des familles des otages et disparus)

« Privé de tout choix »

« Un jour, un de ses ravisseurs lui a montré qu’il le filmerait et le tuerait devant la caméra pour le montrer au monde entier. Et il a dit que ce ne serait pas maintenant, ce serait demain et il l’a laissé (…), il a dû y penser toute la journée », raconte M. Kozlov.

« Mains et pieds liés pendant deux mois, et au début les mains attachées dans le dos », leur fils leur a décrit en partie sa captivité, selon son père.

Quand on leur demande comment il se porte cinq jours après son retour en Israël, où il s’était installé un an et demi avant l’attaque du Hamas, le père dit qu’il « a du mal à prendre une décision, même la plus simple car il a été privé de cette opportunité pendant longtemps ».

« Il ne sait pas quoi dire quand on lui donne à choisir entre du riz et des pâtes, il a été privé de tout choix pendant huit mois », ajoute le père.

A sa libération, le jeune homme découvre qu’il y a 116 autres otages du 7 octobre encore détenus à Gaza (sur les 251 personnes enlevées ce jour-là en Israël), dont 41 ont été déclarés morts par l’armée israélienne.

Evgeniia et Mikhail Kozlov, les parents d’Andreï Kozlov – secouru après huit mois de captivité aux mains du Hamas à Gaza – posent lors d’une interview à Tel Aviv, le 11 juin 2024. (Flash90)

« Il fait partie de ceux qui peuvent imaginer les conditions qu’endurent » les autres otages, explique M. Kozlov.

A l’exemple d’autres familles d’otages libérés, les Kozlov veulent s’engager pour défendre la cause des captifs aux mains du Hamas.

« Lui et nous, toute notre famille, nous sommes terriblement inquiets pour ces personnes, et nous appelons les gouvernements à parvenir rapidement à un accord et à aider ces personnes à retourner dans leurs familles », affirme M. Kozlov.

Depuis la trêve d’une semaine fin novembre, les espoirs d’un cessez-le-feu, même seulement temporaire, ont été régulièrement déçus.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 251 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Le ministère de la santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, affirme que plus de 36 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, bien que seuls quelque 24 000 décès aient été identifiés dans les hôpitaux.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 15 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.