Ex-PDG de Walla : J’ai dû supprimer un article qui aurait déplu à Netanyahu
Rechercher

Ex-PDG de Walla : J’ai dû supprimer un article qui aurait déplu à Netanyahu

Lors du procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Ilan Yeshua a témoigné qu'il avait été contraint de retirer un article du média sur l'épouse de Netanyahu

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district à Jérusalem, le 7 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90).
L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district à Jérusalem, le 7 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90).

Alors que le procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu se poursuit à Jérusalem, l’ancien PDG de Walla, Ilan Yeshua, a témoigné qu’il avait été contraint de retirer un article du média sur l’épouse de Netanyahu, Sara, car il aurait pu nuire aux chances de ses employeurs de recevoir une faveur réglementaire de la part du Premier ministre.

Yeshua est un témoin clé dans l’affaire 4000, dans laquelle le Premier ministre est accusé d’avoir établi un accord de contrepartie illégal avec les propriétaires de Walla, dans lequel ils lui accordaient une couverture médiatique favorable et il leur accordait des faveurs réglementaires.

L’accusation a présenté des SMS envoyés à Yeshua par l’ancien propriétaire de Walla News, Shaul Elovitch, qui contrôlait le site Web par l’intermédiaire de son entreprise de télécommunications Bezeq, dans lesquels on lui disait : « Retirez [l’article] immédiatement. Cela m’empêchera d’obtenir l’autorisation pour Yes. Je vais vous virer. »

Yeshua a expliqué qu’Elovitch faisait référence à une décision réglementaire qu’il attendait de Netanyahu et qui permettrait à sa société d’acheter des parts dans le fournisseur de services de télévision Yes. « Du moins, c’est ce que j’ai compris », a-t-il ajouté.

L’article en question portait sur un scandale impliquant à l’époque Sara Netanyahu et son comportement envers le concierge de la résidence du Premier ministre.

L’accusation a produit d’autres messages entre Yeshua et ses supérieurs, montrant que l’article avait été retiré de la page d’accueil et de la page Facebook du site, mais qu’il avait été réprimandé pour ne pas avoir retiré l’article de la liste des notifications push récentes du site.

« J’ai été réprimandé parce que je n’avais pas tout nettoyé », a précisé Yeshua.

Ilan Yeshua a expliqué à la cour que le test décisif pour déterminer si un sujet lié au Premier ministre Netanyahu pouvait être publié sur son site Web était de savoir s’il apparaissait ou non dans le tabloïd Israel Hayom, qui est considéré comme un soutien majeur au Premier ministre.

« Si c’était publié dans Israel Hayom, cela était ‘casher' », a dit Yeshua. « Le fait qu’il soit publié par nous ne signifie pas qu’il soit mauvais. Faut-il être plus saint que le pape ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...