Face aux attaques de Netanyahu contre les médias, Rivlin défend le journalisme
Rechercher

Face aux attaques de Netanyahu contre les médias, Rivlin défend le journalisme

"Il est important de se souvenir que le journalisme et les médias sont un principe fondamental de notre démocratie", a déclaré le président

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Reuven Rivlin à une conférence, le 26 décembre 2017. (Crédit : Flash 90)
Reuven Rivlin à une conférence, le 26 décembre 2017. (Crédit : Flash 90)

Le président Reuven Rivlin s’est lancé dimanche dans une défense véhémente du journalisme dans un contexte d’attaques continues contre les médias israéliens de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de ses alliés.

Prenant la parole lors la première assemblée du Conseil de la presse israélien, Rivlin a déclaré qu’il est « possible et approprié de critiquer les médias » mais que « nous ne devons pas les réduire au silence et faire taire le dialogue qu’ils permettent de créer – même en se montrant critiques à notre encontre – qu’ils soient de gauche ou de droite ».

S’insurgeant contre des enquêtes d’un an sur des faits de corruption présumés, dont certains ont été rendus publics par les médias, Netanyahu a étiqueté les informations négatives à son encontre en les qualifiant de « fake news » et a déclaré que les médias étaient engagés dans « une chasse aux sorcières obsessionnelle contre moi et ma famille, avec pour objectif de faire un coup d’Etat contre le gouvernement ».

Sans nommer Netanyahu, Rivlin a critiqué de telles attaques, disant qu’elles attaquaient aussi la démocratie.

« Ce n’est pas facile de faire partie d’une association mondiale de journalistes. Les journalistes, le journalisme et les médias subissent actuellement des attaques. Ils sont accusés de créer des ‘Fake news’, de rendu partial des informations et de manque de diversité », a-t-il dit avec mépris.

Notant que les deux héros de son enfance – Zeev Jabotinsky​, fondateur du sionisme révisionniste à l’époque du pré-état et Superman​ — étaient deux journalistes, Rivlin a ajouté que les journalistes doivent aujourd’hui lutter pour répondre aux attentes déontologiques de la profession afin de servir de gardiens de la démocratie israélienne.

« Il est important de se souvenir que le journalisme et les médias sont un principe fondamental de notre démocratie et que très spécifiquement pour cette raison, on attend des journalistes qu’ils soient des superman eux-mêmes – des esprits droits, dignes de confiance, professionnels et dévoués », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...