Rechercher

Face aux dirigeants juifs US, Zelensky s’élève contre le « nazisme pur » de Poutine

Le président implore la Conférence des présidents de l’aider à amener les dirigeants mondiaux à fournir des armes à Kiev, et compare la situation du pays au ghetto de Varsovie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une réunion virtuelle de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines le 7 mars 2022. (Capture d’écran via JTA)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une réunion virtuelle de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines le 7 mars 2022. (Capture d’écran via JTA)

Dans un appel émouvant aux dirigeants juifs américains lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a comparé son pays assiégé aux Juifs du ghetto de Varsovie pendant la Shoah, alors que les troupes russes poursuivent leur invasion meurtrière.

Au cours de la conversation à distance avec la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, Zelensky a comparé à plusieurs reprises les actions russes à celles des nazis, des sièges de villes ukrainiennes aux campagnes de bombardements aveugles. Il a également comparé la rhétorique de Poutine contre le peuple ukrainien à celle qui était employée par le chef propagandiste nazi Joseph Goebbels.

« Ce n’est que du nazisme pur », a déclaré Zelensky au sujet des bombardements russes qui ont tué des centaines de civils, selon des chiffres non vérifiés.

« [Poutine] ne fait que détruire les citoyens de l’Ukraine de nationalités différentes. C’est un comportement purement et simplement nazi. Je ne peux pas décrire cela autrement. »

L’accusation visait manifestement à réfuter les affirmations de la Russie selon lesquelles son opération militaire est une tentative de « dénazifier » l’Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky commémore les victimes de la Shoah au Centre commémoratif de la Shoah de Babi Yar à Kiev, en Ukraine, en avril 2021. (Crédit : Avec l’aimable autorisation du Centre commémoratif de la Shoah de Babi Yar via JTA)

L’appel de Zelensky à l’organisme qui représente une cinquantaine de groupes juifs américains, visait à convaincre les organisations d’inciter les dirigeants mondiaux à envoyer davantage d’armes aux Ukrainiens afin de repousser l’attaque russe. Il a passé en revue la liste des villes déjà envahies par les forces russes et a averti que la situation ne ferait que se détériorer sans une intervention mondiale plus énergique.

Zelensky, qui a invoqué sa propre judéité pendant l’appel, a de nouveau noté des frappes russes près de zones qui revêtent beaucoup d’importance dans la mémoire collective juive, notamment le site du massacre de Babi Yar pendant la Shoah, et Uman, un site sacré pour les juifs orthodoxes hassidiques.

Il a également dénoncé la demande de Poutine pour que l’Ukraine capitule, et a comparé ce qui se passe au début de la Shoah.

« Pour une raison quelconque, nous devons nous agenouiller et donner nos armes. Nous devons hisser le drapeau russe. « Nous sommes censés dire que nous ne voulons rien, que nous voulons baisser les bras », a dit Zelensky. « Écoutez, tout cela est déjà arrivé en Europe. Tout cela s’est produit à l’époque nazie, lorsque l’armée allemande a traversé l’Europe et que tout le monde a abandonné le peuple juif. »

Des policiers ukrainiens en patrouille après un bombardement dans la deuxième plus grande ville d’Ukraine, Kharkiv, le 7 mars 2022. (Sergey Bobok/AFP)

Il a ajouté qu’il avait éprouvé une vive sympathie pour les Américains le 11 septembre, quand il a réalisé que tous les individus étaient connectés.

« Même si je suis un citoyen ukrainien de sang juif, je regardais ce qui se passait avec le peuple américain et c’était tout aussi douloureux pour moi », a-t-il dit par l’intermédiaire d’un interprète. « Ça faisait mal parce que je pensais que si l’Amérique n’était pas protégée, si les terroristes pouvaient juste tuer des gens… , si les tours jumelles tombent aux États-Unis, cela peut aussi se produire en Ukraine. »

Une partie de l’appel de Zelensky a été rendue publique, tandis que des parties privées de la conversation ont été divulguées aux médias.

Le vice-président de la Conférence des présidents, Malcolm Hoenlein, a déclaré au Times of Israël que Zelensky avait déclaré qu’il était favorable à une solution diplomatique pour mettre fin aux combats, mais pas à une solution fondée sur les conditions actuelles de Poutine, qui comprennent des restrictions importantes à la souveraineté ukrainienne.

Malcolm Hoenlein, vice-président exécutif de la Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures, à Jérusalem, le 19 février 2017 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’ambassadrice de Kiev à Washington, Oksana Markarova, a exhorté les dirigeants de la conférence à se joindre à l’appel de Zelensky pour la création d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, une demande qui a été rejetée jusqu’à présent par l’OTAN comme étant une mesure trop radicale qui pourrait mener à une guerre totale.

Markarova a rappelé le souvenir de Golda Meir, la Première ministre israélienne née à Kiev.

« Ce serait formidable de l’avoir parmi nous », a-t-elle déclaré. « Je pense qu’elle aiderait beaucoup dans ce grand combat. »

L’envoyé a également comparé les frappes militaires russes en Ukraine aux tirs de roquettes subis par Israël lors des conflits avec le Hamas et le Hezbollah, affirmant que les frappes russes étaient aveugles et touchaient des civils.

« La majorité des frappes viennent des airs, et encore une fois, vous le savez, vous qui êtes nos frères et sœurs en Israël, ceci vous est malheureusement bien trop familier », a déclaré Markarova.

La Conférence des présidents discutera des demandes ukrainiennes dans les prochains jours, a déclaré Malcolm Hoenlein, notant que le groupe s’est déjà engagé avec les dirigeants mondiaux afin de promouvoir l’acheminement de l’aide humanitaire aux Ukrainiens tout en reconnaissant que faire pression pour le soutien militaire est une disposition tout à fait inhabituelle pour cet organisme.

La semaine dernière, la Conférence des présidents a fait une déclaration exprimant son indignation face à la « tragédie humanitaire » qui se déroule en Ukraine, tout en évitant de jeter le blâme sur la Russie.

« Nous encourageons toutes les parties, et en particulier la Fédération de Russie, à s’abstenir du révisionnisme historique qui banalise et déforme la réalité de la Shoah », a déclaré la conférence dans son unique mention de la Russie.

Americans For Peace Now, qui est membre de la Conférence des présidents, a déclaré qu’elle n’avait pas été consultée avant la publication de la déclaration « et estime que c’est un manquement important ».

Malcolm Hoenlein a déclaré que sauver la vie des Juifs et des non-Juifs est la priorité absolue de l’organisation. « C’est ce qui nous motive et ce que nous faisons. Nous nous assurons d’être le plus efficace possible dans le rôle constructif que nous pouvons jouer, et n’évitons aucun des problèmes posés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...