Facebook supprime les comptes des racistes, mais tolère la négation de la Shoah
Rechercher

Facebook supprime les comptes des racistes, mais tolère la négation de la Shoah

Le géant des réseaux sociaux combat les antisémites, extrémistes et théories du complot, mais laissera les contenus "erronés ou inexacts", notamment ceux niant les génocides

Le logo Facebook est affiché lors de la conférence F8 Facebook Developers à San Jose, Californie, le 30 avril 2019. (Justin Sullivan/Getty Images via JTA)
Le logo Facebook est affiché lors de la conférence F8 Facebook Developers à San Jose, Californie, le 30 avril 2019. (Justin Sullivan/Getty Images via JTA)

JTA – Facebook permettra toujours aux utilisateurs de nier la Shoah, même s’il a retiré de sa plateforme les principaux racistes et antisémites.

Le géant des réseaux sociaux a supprimé jeudi les témoignages personnels, professionnels et de fans de certains extrémistes et théoriciens du complot de premier plan, dont David Duke, Louis Farrakhan et Alex Jones. Mais dans une lettre du 9 avril, Joel Kaplan, vice-président de la politique publique mondiale de Facebook, a déclaré que le site permettrait toujours aux utilisateurs de « dire des choses sur Facebook qui sont fausses ou inexactes, même quand elles sont offensantes ».

La lettre a été obtenue par le Jewish Insider et publiée jeudi.

« Nous supprimons tout contenu qui glorifie, défend ou tente de justifier la Shoah », a écrit Kaplan. « Mais nous n’enlevons pas les mensonges ou les contenus inexacts, qu’il s’agisse de nier la Shoah, le massacre arménien ou le fait que le gouvernement syrien a tué des centaines de milliers de ses propres citoyens. »

L’an dernier, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, avait énoncé la même politique.

Le PDG et fondateur de Mark Zuckerberg au Capitole, à Washington DC, le 11 avril 2018. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

« Je suis juif, et il y a des gens qui nient que la Shoah a eu lieu », avait-il dit au site d’information sur les nouvelles technologies Recode. « Je trouve ça profondément offensant. Mais au bout du compte, je ne crois pas que notre programme devrait l’abolir parce que je pense que les gens se trompent sur certaines choses. Je ne pense pas qu’ils se trompent intentionnellement. »

Deborah Lipstadt, spécialiste de la Shoah, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency à l’époque que Facebook ne devrait pas tolérer les négationnistes.

« La liberté de la presse signifie que la presse doit être libre de tout contrôle gouvernemental », a-t-elle écrit dans un courriel. « Cela ne veut pas dire que la presse ou les réseaux sociaux doivent donner un espace aux négationnistes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...