Farrakhan accuse les Juifs de l’utiliser pour « briser le mouvement des femmes »
Rechercher

Farrakhan accuse les Juifs de l’utiliser pour « briser le mouvement des femmes »

L'une des responsables de la Women’s March, Tamika Mallory, a refusé de condamner l'antisémitisme insidieux du leader de Nation of Islam, créant la scission dans son mouvement

Louis Farrakhan, leader de la Nation of Islam, lors d'une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le 8 novembre 2018 (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Louis Farrakhan, leader de la Nation of Islam, lors d'une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le 8 novembre 2018 (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Le chef du groupe Nation of Islam Louis Farrakhan a reproché aux « Juifs pervers » la crise de l’antisémitisme qui sévit au sein de la Women’s March.

« La chose la plus belle que j’ai pu voir, au lendemain de l’élection de Trump, ce sont ces femmes du monde entier qui se sont unies – et qu’une afro-américaine en était l’initiatrice », a dit Farrakhan, faisant référence à Tamika Mallory, l’une des dirigeantes de la Women’s March, admiratrice fervente de Farrakhan qui s’est toujours refusée à condamner son antisémitisme insidieux.

« Les Juifs pervers veulent m’utiliser pour briser le mouvement des femmes », a continué Farrakhan pendant un discours prononcé dimanche à l’occasion de la conférence de la journée du sauveur de Nation of Islam, à Chicago. « Il ne s’agit pas de Farrakhan, il s’agit des femmes du monde entier qui ont le pouvoir de changer le monde ».

Il a également salué les coorganisatrices de Mallory, Linda Sarsour, une américano-palestinienne qui se montre très critique d’Israël, et Carmen Perez qui aurait tenu des propos antisémites lors de réunions d’organisation de la Women’s March.

Depuis des célébrités, des militants et des leaders communautaires – Juifs et non-Juifs – ont pris leur distance avec le mouvement et réclamé le départ des organisatrices, accusées de n’avoir pas suffisamment réagi pour condamner l’antisémitisme.

Pendant son allocution, Farrakhan a repris des tropes antisémites et fustigé Israël.

Plusieurs milliers de personnes ont participé à la conférence, qui était également retransmise en direct.

Les co-présidentes de la Women’s march 2019, Linda Sarsour, au centre, et Tamika Mallory, à droite, rejoignent d’autres manifestantes sur Pennsylvania Avenue pendant le défilé de la Women’s march à Washington, le 19 janvier 2019 (Crédit : AP Photo/Jose Luis Magana)

Farrakhan a été précédé à la tribune par un célèbre négationniste de la Shoah, Michael A. Hoffman II, qui a suggéré que les anciens textes juifs équivalaient à l’enseignement « de l’église de Satan », selon la Ligue anti-diffamation américaine (ADL).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...