Fifa : « Pas de boycott » du congrès par l’UEFA
Rechercher

Fifa : « Pas de boycott » du congrès par l’UEFA

Israël a besoin de l'UEFA pour éviter son exclusion demandée par les Palestiniens ; le vote aura lieu lors du Congrès

Cette photo du 6 mars 2015 montre le le président de la Fédération de football (KNVB) néerlandaise Michael van Praag  tenant une conférence de presse à l'aéroport de Schiphol, près d'Amsterdam (Crédit : AFP PHOTO / ANP / Koen Van WEEL)
Cette photo du 6 mars 2015 montre le le président de la Fédération de football (KNVB) néerlandaise Michael van Praag tenant une conférence de presse à l'aéroport de Schiphol, près d'Amsterdam (Crédit : AFP PHOTO / ANP / Koen Van WEEL)

L’UEFA ne boycottera pas le congrès électif de la Fifa vendredi, a annoncé le président de la Fédération néerlandaise Michael van Praag à l’issue d’une réunion des fédérations européennes, jeudi à Zurich.

« Il n’y aura pas de boycott de l’UEFA parce qu’il y a aussi (outre l’élection présidentielle, ndlr) des questions importantes à régler, comme la question Israël/Palestine », a dit le dirigeant.

Israël, membre de l’UEFA, a besoin de son soutien afin d’éviter l’exclusion demandée par les Palestiniens via une résolution qui pourrait être mise au vote lors du congrès.

L’UEFA avait demandé mercredi le report « dans les six mois » du congrès, afin d’éviter qu’il ne tourne à la « farce ». Son président Michel Platini soutient ouvertement le seul candidat qui se présente face à Blatter (79 ans) vendredi, le prince jordanien Ali Bin Hussein (39 ans).

« Si nous avions décidé d’un boycott, Blatter aurait été réélu et nous voulions à tout prix éviter ça. Le Prince Ali aura je pense un très large soutien de la part de l’UEFA », a ajouté Van Praag, qui s’est récemment désisté après avoir présenté sa candidature, tout comme le Portugais Luis Figo.

Concernant le différend entre Israël et la Palestine, cette dernière, membre de la Fifa depuis 1998, souhaite que l’organisation suspende la Fédération israélienne, coupable selon elle de complicité avec les agissements des autorités israéliennes liés à l’occupation des Territoires palestiniens.

Elle reproche par exemple à la Fédération israélienne ne pas dénoncer les restrictions imposées par l’armée israélienne aux déplacements de joueurs palestiniens ou de tolérer les dérives racistes anti-arabes dans les stades israéliens.

Mercredi, alors que la Fifa était ébranlée par un nouveau séisme judiciaire avec l’arrestation à Zurich de sept de ses membres, soupçonnés de corruption, Blatter a pris le temps de recevoir dans l’après-midi le président de la Fédération palestinienne, Jibril Rajoub.

Les discussions se poursuivent en coulisses afin de sortir de l’impasse, faute de quoi la résolution 15.1 sera soumise au vote des 209 membres du Congrès. « Seule la Palestine peut retirer la demande de suspension d’Israël de l’ordre du jour, a expliqué un porte-parole de la Fifa. Il faut ensuite 75 % des voix au congrès pour suspendre Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...