Fin de l’aide américaine à la sécurité palestinienne cette semaine
Rechercher

Fin de l’aide américaine à la sécurité palestinienne cette semaine

L'arrêt est motivé par l'Anti-Terrorism Clarification Act, qui permet aux citoyens US de poursuivre en justice pour terrorisme des entités étrangères touchant de l'aide US

Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP). (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP). (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’aide que les Etats-Unis fournissent encore à l’Autorité palestinienne pour les services de sécurité prend fin cette semaine, l’Autorité ne voulant pas s’exposer à des plaintes aux Etats-Unis pour financement du terrorisme, a indiqué mercredi un responsable palestinien.

Cette assistance, la plus significative restant encore de la part des Etats-Unis dans un contexte de gel des relations, s’arrête à la demande de l’Autorité elle-même, a dit à l’AFP Saëb Erekat, numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont émane l’Autorité, embryon de gouvernement palestinien.

L’arrêt de cette aide soulève de sérieuses questions quant à ses répercussions possibles sur la sécurité en Cisjordanie.

Il est motivé par l’adoption aux Etats-Unis en 2018 de l’Anti-Terrorism Clarification Act (ATCA), qui autorise les citoyens américains à poursuivre en justice pour des faits de terrorisme des entités étrangères bénéficiant de l’aide américaine.

Les responsables américains et israéliens accusent en outre régulièrement l’Autorité palestinienne d’encourager la violence en versant de l’argent aux proches d’auteurs d’attaques emprisonnés ou tués par les forces israéliennes.

« Les fonds vont être coupés », a dit M. Erekat à Ramallah, où siège l’Autorité. « Nous ne voulons pas d’argent si c’est pour finir devant les tribunaux », a-t-il ajouté.

Pour l’AP, le risque est considérable : des victimes ou des proches de victimes d’attentats palestiniens et des organisations qui les soutiennent cherchent de longue date à faire condamner aux Etats-Unis les autorités palestiniennes pour le rôle qu’ils leur imputent dans ces attaques.

Les demandes d’indemnisation pourraient atteindre des montants considérables.

Avec l’arrêt de cette aide américaine, chiffrée à environ 35 millions de dollars par an, c’est aussi la cruciale coopération sécuritaire entre l’Autorité palestinienne et Israël qui risque d’être impactée.

Instaurée par les accords d’Oslo, la coopération entre services de sécurité palestiniens et israéliens passe pour avoir permis de déjouer des dizaines d’attentats anti-israéliens, et avoir sévèrement réduit les activités du groupe terroriste islamiste du Hamas.

Les Israéliens assurent que l’Autorité palestinienne y trouve son compte avec le maintien de la stabilité.

La coopération est dénoncée par ses détracteurs comme faisant de l’Autorité palestinienne le supplétif d’Israël.

Des médias ont rapporté qu’Israël avait exprimé son inquiétude auprès des Etats-Unis quant à l’arrêt de l’assistance américaine et les avait incités à trouver une solution alternative.

M. Erekat a démenti que l’Autorité cherchait les moyens de contourner l’ATCA et de continuer à toucher l’aide américaine. Mais l’Autorité continuera « à prendre part au combat contre le terrorisme dans la région », a-t-il assuré.

Les contacts sont gelés entre officiels américains et de l’Autorité depuis que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et y a transféré l’ambassade des Etats-Unis en décembre 2017 et mai 2018. M. Trump a coupé environ 500 millions de dollars d’aide américaine aux Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...