Fin de l’exercice militaire avec des milliers de réservistes dans le nord
Rechercher

Fin de l’exercice militaire avec des milliers de réservistes dans le nord

Pour les militaires, cet exercice surprise - le 2è à être organisé sous le mandat du chef d'Etat-major Aviv Kochavi - vise à améliorer l'état de préparation à la guerre

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats du commandement du nord prennent part à un exercice militaire dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2019 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a terminé, mardi soir, un exercice militaire surprise dans le nord d’Israël auquel des milliers de soldats et réservistes ont participé, a fait savoir Tsahal.

« Les troupes ont simulé le passage rapide d’une situation de routine à une situation d’urgence, le passage d’une situation de défense à une situation d’attaque ; les processus de rassemblement des hommes et des armes ; la sortie des équipements et le mouvement des forces à travers la région », a ajouté l’armée.

L’exercice avait commencé lundi dans la matinée dans la vallée de Jezraël et en Haute-Galilée. Il a visé à examiner le niveau de préparation des soldats à l’éclatement soudain d’une guerre dans le nord, et spécifiquement contre le groupe terroriste du Hezbollah, soutenu par l’Iran, et autres groupes mandataires iraniens dans la région.

« Ces deux derniers jours nous ont aidés à rendre les missions et les objectifs plus précis dans le cadre d’une campagne défensive et offensive », a commenté le général de brigade Shlomi Binder, commandant de la division Gaash, qui a aidé à diriger l’entraînement.

Au cours de l’exercice, quatre roquettes ont été tirées de Syrie vers le plateau du Golan et le nord de la Galilée. Ils ont été abattus par le système de défense aérienne du Dôme de Fer, ont expliqué les soldats.

Les responsables israéliens ont récemment averti que l’Iran semblait avoir des desseins de plus en plus agressifs au Moyen-Orient, une situation qui menace d’entraîner un important conflit régional.

L’entraînement de cette semaine est le second exercice-surprise à être organisé au Commandement du nord dans le cadre du mandat du chef d’Etat-major Aviv Kohavi. Au cours des deux dernières années, il y a eu des critiques disant que les militaires n’étaient pas préparés à la guerre.

Les officiers du Commandement du nord lors d’un briefing avec le chef d’Etat-major Aviv Kochavi, au centre, et d’autres hauts-responsables pendant un exercice-surprise dans le nord d’Israël, au mois de novembre 2019. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes des divisions Gaash et Dalil ont pris part à l’exercice aux côtés de soldats des forces aériennes, des forces terrestres, des renseignements militaires, de l’administration du télétraitement et de l’administration des technologies et de la logistique.

De plus, des milliers de réservistes de la brigade Etzioni et autres unités de réserve ont été soudainement appelées à prendre part à l’exercice dans la mesure où elles « devraient participer aux mission du Commandement du nord en temps de guerre », a noté l’armée.

« On a été appelés dans nos habitations, au travail, chacun d’entre nous, les bataillons entiers, les brigades entières… afin de nous entraîner et d’être prêts à défendre les communautés du nord de l’Etat d’Israël », a expliqué le lieutenant-colonel Yakir Avida, à la tête du bataillon 9220 de la brigade Etzioni.

Un grand nombre d’avions, de véhicules et de soldats ont pris part à l’entraînement, qui a été supervisé par le contrôleur de l’armée israélienne Ofer Sarig.

Des équipements israéliens sont installés dans le cadre d’un programme de formation de l’armée visant à préparer les officiers à lutter contre le groupe terroriste du Hezbollah au Liban, en septembre 2019. (Armée israélienne)

Au mois de septembre, l’armée avait achevé un programme d’entraînement d’une semaine pour ses hauts-officiers de combat, dans le nord du pays, dans le but de les préparer à une guerre contre le groupe terroriste du Hezbollah au Liban.

Cette session de formation suivie par la 36e division du Commandement du nord et par la brigade d’infanterie Golani avait compris la simulation de la conquête d’un village libanais, d’opérations au cœur d’une ville libanaise, d’embuscades tendues par le Hezbollah et de destruction des roquettes et lanceurs de projectiles du groupe, ainsi que des entraînements à la guerre souterraine, dans des tunnels.

Le Hezbollah, qui est soutenu par l’Iran, est considéré par l’armée comme l’un de ses plus grands ennemis, détenant un arsenal de roquettes et de missiles bien plus important que dans la majorité des pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...