Formation de la police/Shoah : Washington suivra-t-il l’exemple de Berlin ?
Rechercher

Formation de la police/Shoah : Washington suivra-t-il l’exemple de Berlin ?

Un article du New York Times s'intéresse à la politique menée par l'Allemagne pour réformer sa police et la "dénazifier"

Des policiers allemands à la gare centrale de Potsdam le 26 juin 2020. 
(Julian Stähle/picture alliance via Getty Images via JTA)
Des policiers allemands à la gare centrale de Potsdam le 26 juin 2020. (Julian Stähle/picture alliance via Getty Images via JTA)

JTA — Aux Etats-Unis, on peut devenir officier de police en à peine 11 semaines, le minimum légal en Géorgie. En Allemagne, la procédure prend deux ans et demi et inclut des cours sur l’histoire de la Shoah. Par exemple, depuis 1984, tous les agents en formation à Berlin doivent visiter l’ancien camp de concentration de Sachsenhausen.

Ces éléments sont extraits d’un article du New York Times de cette semaine. L’article présente la manière dont l’Allemagne a réorganisé ses forces de police après la Seconde Guerre mondiale, avec les avantages et les inconvénients qu’il y aurait à suivre la voie allemande aux Etats-Unis. Le débat sur la réforme de la police américaine a pris une place centrale depuis qu’un officier a tué George Floyd à Minneapolis en mettant son genou sur son cou, pendant plus de huit minutes.

En plus de décentraliser et de « dénazifier » la police, qui était un organe crucial dans l’application des ordres d’Adolf Hitler et qui a tué un million de personnes pendant la guerre, l’Allemagne a cherché à transmettre une nouvelle culture à ses officiers – la démilitarisation. Les candidats passent des tests de personnalité et d’intelligence avant de suivre des cours de droit, d’éthique et d’histoire de la police. On leur enseigne à sortir rarement leurs armes. Les délits mineurs comme les contraventions sont gérés par des officiers non armés.

L’enseignement de la Shoah joue un rôle clef dans la formation. Un officier interrogé a déclaré que toute sa classe a regardé la « Liste de Schindler » en 1994. Par l’intermédiaire du syndicat de la police fédérale, deux voyages en Israël, qui incluent une visite du musée mémoriel de la Shoah Yad Vashem, sont proposés chaque année.

L’entrée de l’ancien camp de concentration nazi de Sachsenhausen est photographiée à Oranienburg le 16 avril 2020 (Tobias SCHWARZ / AFP)

L’Allemagne est un pays beaucoup plus petit que les Etats-Unis, mais elle a obtenu des résultats. Extrait de l’article :

La [p]olice a abattu 11 personnes et en a blessées 34 en 2018, selon les statistiques rassemblées par l’Académie de police allemande à Münster.

Aux Etats-Unis, avec une population quatre fois plus importante qu’en Allemagne, 1 098 personnes ont été tuées par la police en 2019, selon la Cartographie de la police policière. Rien qu’au Minnesota, où M. Floyd a été abattu, la police a abattu 13 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...