Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

France : Des tags d’étoiles juives sur une école Simone Veil à Dax

D’autres symboles liés à Simone Veil ont été dégradés en France ces dernières semaines, alors que le pays connait une vague d'antisémitisme depuis le 7 octobre

L’école maternelle Simone Veil à Dax (Landes), en avril 2021. (Crédit : Google Maps)
L’école maternelle Simone Veil à Dax (Landes), en avril 2021. (Crédit : Google Maps)

Des graffitis d’étoiles juives ont été découverts vendredi 12 janvier au matin « aux abords et entrées de l’école maternelle Simone Veil » à Dax (Landes), a indiqué la municipalité dans un communiqué.

Le maire Julien Dubois a indiqué « condamner fermement » les faits. « La Ville de Dax, qui refuse et combat toute stigmatisation, dépose plainte dès ce matin », a-t-il ajouté.

Une enquête de police est en cours, et les trois tags ont été rapidement effacés.

Début novembre, un graffiti représentant une étoile juive avait été signalé sur une maison de Saint-Paul-lès-Dax, commune située à proximité. Une enquête de police avait été ouverte.

D’autres symboles liés à Simone Veil ont été dégradés en France ces dernières semaines, alors que le pays connait une vague d’antisémitisme.

En novembre, une stèle en sa mémoire a été descellée et brisée en deux morceaux à Lesneven, une petite commune du Finistère. En octobre, son portrait géant a été dégradé, ciblé par des jets de bouteilles, à Colmar (Haut-Rhin).

Simone Veil (1927-2017), qui fut déportée à Auschwitz, a notamment laissé en 1975 son nom à la loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle a aussi été présidente du Parlement européen (1979-1982). Également académicienne, elle a été présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah (2001-2007). Elle a fait son entrée au Panthéon en 2018.

Les tags antisémites n’ont cessé de proliférer dans toute la France depuis le début de la guerre entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre.

Cette semaine, une femme de 44 ans, mère de famille, docteure en littérature, a été condamnée par le tribunal de grande instance de Nanterre à dix mois de prison avec sursis, à une indemnisation des victimes et à une interdiction d’enseigner. Elle avait réalisé des tags antisémites à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) en novembre, notamment devant l’épicerie casher Story Kash.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.