France : Le « crime de haine » non retenu pour des cambrioleurs ciblant des Juifs
Rechercher

France : Le « crime de haine » non retenu pour des cambrioleurs ciblant des Juifs

Le BNVCA s'est déclaré "stupéfait" par l'acte d'inculpation visant des suspects qui ont attaqué une famille juive, l'ont battue et crié "Vous les Juifs, vous avez de l'argent"

Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les procureurs n’ont pas inclus le caractère aggravant de crime de haine dans l’acte d’accusation émis ce mois-ci contre trois hommes accusés d’avoir visé une famille juive pour un cambriolage à leur domicile.

L’agression a eu lieu en 2017. Les suspects sont accusés d’être entrés par effraction dans la maison francilienne de Roger Pinto, président de Siona, association qui représente des Juifs séfarades.

Les agresseurs, dont deux portaient des masques, ont battu le fils et la femme de M. Pinto dans leur maison de Livry Gargan, dans la banlieue nord-est de Paris. Un des cambrioleurs a dit : « Vous, les Juifs, vous avez de l’argent », selon les membres de la famille.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) s’est déclaré mardi « stupéfait et indigné » par l’acte d’accusation déposé contre cinq personnes qui ont été arrêtées en 2017. Ils seront jugés pour cambriolage, a indiqué le BNVCA.

Roger Pinto, dont le fils et la femme ont été victimes d’une présumée agression antisémite dans leur maison de Livry Gargan, en banlieue nord-est de Paris. (Capture d’écran de la Deuxième chaîne)

Plus tôt ce mois-ci, le BNVCA et le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) ont protesté contre une décision préliminaire d’un juge d’instruction qui a déclaré qu’un musulman qui avait tué sa voisine juive en 2017 en hurlant Allah Akbar et en la traitant de « démon » ne serait pas pénalement responsable pour ses actes car il avait fumé beaucoup de cannabis avant l’agression.

Sammy Ghozlan, président du BNVCA, a déclaré dans un communiqué que ces jugements et d’autres qui « nient le caractère antisémite des crimes de haine contre les Juifs » seront « une tache » pour l’Etat français au regard de l’histoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...