Friedman: Nous faisons confiance à Israël, mais l’AP ne respecte pas les accords
Rechercher
Interview

Friedman: Nous faisons confiance à Israël, mais l’AP ne respecte pas les accords

Pourquoi le plan Trump permet-il aux Israéliens d'annexer mais de créer un État palestinien dans quatre ans ? Pour "combler l'asymétrie" entre les deux parties, dit David Friedman

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, lors d'un briefing organisé par le Jerusalem Center for Public Affairs, le 9 février 2020. (Reouven Ben Haim/JCPA)
L'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, lors d'un briefing organisé par le Jerusalem Center for Public Affairs, le 9 février 2020. (Reouven Ben Haim/JCPA)

La fameuse « affaire du siècle » de la Maison Blanche favorise fortement Israël parce que c’est une démocratie sur laquelle on peut compter pour faire respecter tout accord, alors que les Palestiniens ont encore un long chemin à parcourir avant de devenir des partenaires dignes de confiance, a déclaré dimanche l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman.

Les critiques au plan de paix du président américain Donald Trump se plaignent souvent du fait qu’il accorde à Israël le droit d’annexer rapidement les parties de la Cisjordanie que la proposition prévoit de conserver, alors que les Palestiniens n’obtiendraient leur État qu’au bout de quatre ans – et alors, seulement si une longue liste de conditions a été remplie.

Si le plan est censé conduire à la paix entre Israéliens et Palestiniens, pourquoi une partie est-elle autorisée à prendre le butin immédiatement, alors que l’autre partie doit attendre quatre ans, a demandé le Times of Israel à Friedman lors d’un briefing dimanche au Jerusalem Center for Public Affairs.

Dans sa réponse, l’envoyé américain a parlé de la nécessité de combler l’“asymétrie” entre l’État d’Israël, qui est un allié fiable, et ce qu’il a décrit comme le futur État en faillite qu’est l’Autorité palestinienne. Il a également fait valoir que Jérusalem n’aurait jamais fait les concessions qu’elle a faites en acceptant les grandes lignes du plan – notamment en acceptant de ne pas construire de nouvelles implantations dans les zones désignées pour un futur État palestinien – si on ne lui avait pas accordé le droit d’annexer rapidement les parties destinées à faire partie d’Israël.

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de l’annonce du plan de paix de l’administration américaine pour le Proche-Orient, à la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2020. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

« C’est une relation complètement asymétrique », a déclaré Friedman à propos d’Israël et de l’Autorité palestinienne. « Israël est une démocratie. Vous pouvez compter sur sa parole. Il a une relation extraordinaire avec les États-Unis à de multiples niveaux et cette relation est très solide. Il est aujourd’hui en mesure de tenir sa part du contrat ».

En revanche, les Palestiniens ne sont actuellement « pas en mesure de tenir un quelconque marché », a déclaré Friedman. « Les Palestiniens ne sont pas unis. Leur gouvernement n’est pas démocratique. Leurs institutions sont faibles. Leur respect de toutes sortes de normes qui nous sont chères – pas seulement la démocratie mais les droits de l’homme, la liberté de religion, la liberté de la presse – est inexistant ».

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, tient une affiche montrant les cartes de la « Palestine historique » (de gauche à droite), le plan de partage des Nations unies de 1947 sur la Palestine, les frontières de 1948 à 1967 entre la Cisjordanie et la bande de Gaza et Israël, et une carte actuelle des territoires sous contrôle palestinien sans les zones et les implantations sous contrôle israélien, lors d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe discutant de la proposition de paix du président américain Donald Trump, au siège de la Ligue au Caire, la capitale égyptienne, le 1er février 2020. (Khaled Desouki/AFP)

La Maison Blanche a ressenti le besoin de « combler cette asymétrie », a-t-il poursuivi. « Si Israël est prêt aujourd’hui, pourquoi n’obtiendrait-il pas ce qu’il accepte aujourd’hui ? Si les Palestiniens seront prêts dans quatre ans, alors ils pourront obtenir ce qu’ils peuvent obtenir dans quatre ans ».

La seule façon d’encourager les Israéliens à accepter d’adopter le plan Trump et de geler la construction des implantations dans la zone prévue pour une future Palestine était de « leur fournir aujourd’hui ce à quoi ils ont droit en échange de cela », a fait valoir Friedman.

« Je ne doute pas qu’Israël n’aurait jamais accepté un gel pur et simple de quatre ans juste sur la possibilité que les Palestiniens puissent a) être disposés à négocier et b) atteindre les étapes [exigées d’eux par le plan]. Nous n’aurions tout simplement pas pu l’obtenir », a-t-il déclaré.

L’administration a pris grand soin de dire aux Palestiniens qu’ils n’ont pas à dire oui ou non au plan tout de suite, a dit Friedman.

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, lors d’un briefing organisé par le Jerusalem Center for Public Affairs, le 9 février 2020. (Matty Stern/ Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

« Nous comprenons que vous êtes dans une position très difficile – vous n’êtes pas unis, vous avez de nombreux courants de conflit qui se tissent autour de votre corps politique. Alors prenez votre temps, digérez-le, et vous ne serez pas pénalisé par le temps qui passe », a-t-il déclaré, s’adressant aux dirigeants palestiniens.

« S’il vous faut trois ou quatre ans pour y arriver, le territoire qui vous est réservé, l’intégrité de cette opportunité territoriale, sera préservée ».

Israël n’a jamais accepté un gel de quatre ans de la construction des implantations, a souligné Friedman. Le seul moratoire précédent sur l’expansion des implantations – pendant 10 mois – a eu lieu sous l’administration Obama et « a été une perte de temps », a-t-il affirmé, puisqu’il n’a pas réussi à ramener les Palestiniens à la table des négociations.

Pour Israël, annexer la partie qu’il va garder maintenant en échange de l’abstention de prendre une plus grande partie du territoire réservé à la Palestine est une formule qui « semble être un commerce très équitable – pour nous, pour les Palestiniens et pour Israël », a déclaré Friedman.

Le Times of Israel a également demandé à Friedman ce qui se passera après quatre ans – Israël aura-t-il le feu vert pour appliquer la souveraineté sur les parties restantes de la Cisjordanie si les Palestiniens ne se sont toujours pas engagés sur la proposition ?

Pas nécessairement, a répondu Friedman.

« Au bout de quatre ans, s’il n’y a aucun progrès et aucune base pour prolonger cette période – et ce serait une prolongation que les parties elles-mêmes devraient accepter – alors la situation reviendrait à ce qu’elle est aujourd’hui », a déclaré l’ambassadeur.

Les zones qu’Israël n’aura pas annexées d’ici là continueront à être administrées par le COGAT, l’unité du ministère de la Défense actuellement chargée de mettre en œuvre les politiques du gouvernement israélien en Cisjordanie, selon Friedman.

Il n’y a pas d’événement spécifique qui se produirait automatiquement à la fin des quatre années qui ont commencé le 28 janvier, lorsque le plan de paix a été dévoilé à la Maison Blanche, a-t-il dit. « Nous espérons qu’il y aura une autre initiative », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...