Gabi Ashkenazi soutient le plan de paix de Trump
Rechercher

Gabi Ashkenazi soutient le plan de paix de Trump

Le projet élaboré par l'administration serait appliqué "dans le respect des accords de paix et des intérêts stratégiques de l’État d'Israël," a-t-il dit

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le numéro 2 de Kakhol lavan Gabi Ashkenazi participe à la conférence annuelle internationale d'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Le numéro 2 de Kakhol lavan Gabi Ashkenazi participe à la conférence annuelle internationale d'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le ministre entrant des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a annoncé lundi son soutien retentissant au plan de paix pour le Moyen-Orient de Donald Trump, le qualifiant « d’opportunité historique » pour définir les frontières israéliennes, mais n’a pas évoqué de possible annexion de pans de Cisjordanie.

« Nous faisons face à des opportunités régionales significatives, notamment l’initiative du président Trump. Je considère ce plan comme un pilier significatif », a-t-il dit lors d’une cérémonie de passation de pouvoir modeste à Jérusalem, dans une salle de conférence du ministère des Affaires étrangères.

« Le président Trump nous a présenté une opportunité historique de définir le futur de l’État d’Israël et ses limites pour les décennies à venir », a-t-il commenté au sujet du plan, qui prévoit un État palestinien sur 70 % de la Cisjordanie, enclavé entre des implantations israéliennes qui seraient annexées à Israël.

Assis aux côtés de son prédécesseur et nouveau ministre des Finances Israel Katz, Gabi Ashkenazi a assuré que le projet mis au point par l’administration serait appliqué « avec responsabilité, en totale coordination avec les États-Unis et dans le respect des accords de paix et des intérêts stratégiques de l’État d’Israël ».

La majeure partie de la communauté internationale, et particulièrement la Jordanie, s’opposent vigoureusement à toute annexion unilatérale de larges pans de la vallée du Jourdain. Selon les accords de la coalition, le Premier ministre Benjamin Netanyahu pourra soumettre ce projet au vote de la Knesset ou au cabinet dès le 1er juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...