Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Gabriel Attal fustige la « vaste tromperie » du « clan Le Pen »

Avant l'intervention de la tête de liste du parti Renaissance, Valérie Hayer, les attaques se sont multipliées contre le RN, dont le président Jordan Bardella qui caracole dans les sondages

Le ministre français de l'Education et de la Jeunesse, Gabriel Attal, quitte le Palais présidentiel de l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le ministre français de l'Education et de la Jeunesse, Gabriel Attal, quitte le Palais présidentiel de l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Gabriel Attal a fustigé samedi, devant les militants de la majorité réunis à Lille pour lancer leur campagne des élections européennes, la « vaste tromperie » du « clan Le Pen » dont les votes au Parlement européen sont « une litanie de trahisons contre les intérêts des Français ».

« Ils ont toujours dit non à l’Europe. La seule différence maintenant, c’est qu’ils le cachent un peu et que le non s’est transformé en niet », a lancé le Premier ministre, après avoir accusé le RN de proximité avec Vladimir Poutine.

« Le bilan du clan Le Pen c’est 40 ans de Parlement européen, 40 ans d’indemnités de mandat, 40 ans de fantômes dans les couloirs de Bruxelles et de Strasbourg », a-t-il insisté, à propos de Jean-Marie Le Pen et de sa fille Marine.

« C’est quelques signatures sur les registres de présence pour toucher les indemnités, quelques interventions pour meubler sur les réseaux sociaux », a encore taclé le Premier ministre.

« Ils nous disent ‘la France revient’. Mais de quel droit parlent-ils au nom de la France ? Ce sont eux qui ont quitté la France. Où étaient-ils partis ? Au bal de Vienne à danser avec des néonazis ? Dans un congrès identitaire à chanter avec les antisémites ? A Moscou pour chercher l’approbation de Vladimir Poutine ? Sur un tabouret du Starbucks de la Trump Tower pour négocier un selfie avec Donald Trump qu’elle n’aura jamais réussi finalement à avoir », a cinglé Gabriel Attal à propos de Marine Le Pen.

« Pour le RN face à la Russie, toutes les mollesses, toutes les faiblesses sont bonnes », a poursuivi Gabriel Attal.

« Jamais le risque de dislocation de l’Europe et d’affaiblissement de la France n’a été aussi élevé », avait-il mis en garde auparavant.

Avant l’intervention de la tête de liste Valérie Hayer, les attaques se sont multipliées contre le RN, dont le président Jordan Bardella caracole dans les sondages.

Le RN prend « les gens du Nord, les gens du peuple pour un zoo électoral », a lancé le ministre de l’Intérieur et ancien maire de Tourcoing Gérald Darmanin.

Le patron du MoDem François Bayrou a dénoncé ceux qui disent « nous soutenons l’Ukraine, mais » : « dire je soutiens mais, ça veut dire que tu ne soutiens pas… ».

Relayant à son tour les accusations de proximité de Marine Le Pen avec Vladimir Poutine, le chef d’Horizons Edouard Philippe a cité Churchill pour critiquer ceux qui nourrissent « un crocodile » en espérant être les derniers « à être mangés ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.