Gal Gadot dénonce les violences faites aux femmes
Rechercher

Gal Gadot dénonce les violences faites aux femmes

L'actrice a évoqué une proche tuée par son mari et répondu aussi également aux accusations de viol contre Armie Hammer, avec lequel elle partage l'affiche de "Mort sur le Nil"

Gal Gadot dans un entretien accordé à la Douzième chaîne, le 9 mai 2021. (Capture d'écran : Douzième chaîne)
Gal Gadot dans un entretien accordé à la Douzième chaîne, le 9 mai 2021. (Capture d'écran : Douzième chaîne)

Gal Gadot, l’une des actrices israéliennes les plus célèbres, a dénoncé les violences faites aux femmes en Israël et son travail avec un réalisateur, à Hollywood, actuellement accusé de violences, au cours de sa toute première interview sur un plateau depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Gadot, qui a prêté ses traits à Wonder Woman dans le Blockbuster éponyme américain, a déclaré devant les caméras de la Douzième chaîne que les violences faites aux femmes « sont une terrible épidémie qui doit être éradiquée ».

« J’ai des filles, je suis moi-même une femme et j’ai perdu, moi aussi, une proche et ses deux enfants. Hila Bachar était une parente qui m’était chère, que j’adorais. Un jour, son mari, Michael, l’a tuée, tuant aussi ses deux enfants », a déclaré l’actrice, parlant d’un événement qui avait eu lieu en 2008.

Gadot a parlé ensuite de sa propre expérience des éléments les plus toxiques de la culture du travail à Hollywood – une industrie dont le mouvement #MeToo avait révélé les abus et le caractère prédateur en 2017.

Joss Whedon arrive lors de la première du film « Avengers : Infinity War, » à Los Angeles, le 23 avril 2018. (Crédit : Jordan Strauss/Invision/AP)

Gadot a expliqué la manière dont le réalisateur Joss Whedon avait « menacé sa carrière » lorsque tous les deux avaient travaillé ensemble sur le film « Justice League » en 2017.

« J’ai eu mes propres problèmes avec Joss et je les ai pris en charge », a-t-elle dit à la Douzième chaîne. « Il avait déclaré que si je faisais quelque chose (pour changer le personnage), il s’assurerait que ma carrière serait terminée – un problème dont je me suis occupée immédiatement ».

Les propos tenus par Gadot ont suivi la publication, le mois dernier, d’un article dans le Hollywood Reporter qui affirmait que les deux s’étaient ouvertement querellés sur le tournage. Dans l’article, des sources avaient noté que « le conflit le plus important… a eu lieu quand Whedon a poussé Gadot à enregistrer des propos tenus par son personnage qu’elle n’aimait pas, qu’il a menacé Gadot de briser sa carrière et qu’il a eu des paroles méprisantes à l’égard de Patty Jenkins, la réalisatrice de ‘Wonder Woman’. »

Extrait de la bande-annonce de ‘Justice League’, sorti le 8 octobre 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Selon l’article, « un témoin qui se trouvait sur le tournage et qui s’est exprimé a déclaré qu’après une dispute, ‘Joss s’est vanté qu’il avait réglé le problème avec Gal. Qu’il lui avait dit qu’il était le réalisateur, qu’elle allait se taire et dire ce qu’il fallait qu’elle dise, et qu’il lui serait facile de la faire passer comme incroyablement stupide dans le film ».

En réponse, Gal Gadot avait déclaré au Hollywood Reporter dans un communiqué : « j’ai eu des problèmes avec [Whedon] et avec la Warner Bros. Je les ai réglés rapidement. »

Ray Fischer, qui partage l’affiche avec Gadot dans « Justice League », a également accusé le réalisateur de comportement « grossier, violent, non-professionnel » sur le tournage du long-métrage, ce qui correspond à ce qu’a vécu Gadot. Plusieurs acteurs de la série télévisée de Whedon, « Buffy contre les Vampires », l’avaient aussi accusé de comportement violent au mois de février et au mois d’avril, selon plusieurs posts publiés sur les réseaux sociaux.

Dans son entretien avec la Douzième chaîne, Gadot a aussi commenté les accusations de viol récentes contre Armie Hammer, qui partage l’affiche avec elle dans le film « Mort sur le Nil », dont la sortie est prévue en 2022. Hammer a été accusé au mois de mars de viol et d’agression par l’une de ses anciennes conjointes, et la police de Los Angeles enquête actuellement sur ces accusations.

Armie Hammer, à gauche, et Gal Gadot présentent le prix du meilleur maquillage et de la meilleure coiffure aux Oscars, au Dolby Theater de Los Angeles, le 4 mars 2018. (Crédit : Chris Pizzello/Invision/AP/File)

« C’est très complexe », a-t-elle estimé. « S’il s’est rendu coupable, en réalité, d’actes inappropriés, alors il faut partir du principe qu’une personne doit payer le prix de ses actions et qu’elle doit assumer ses responsabilités ».

Avec l’espoir de permettre une émancipation plus large des femmes, l’actrice s’est associée à son mari, l’homme d’affaires Yaron Varsano, dans le lancement d’un documentaire-série consacré aux « Wonder Women de la vie réelle » dans le cadre de la compagnie de production qui vient d’être créée par le couple.

Réalisée en collaboration avec le National Geographic, la série – qui est intitulée « Impact » – se concentrera sur « une héroïne différente qui est une femme réelle, une héroïne de la vie. Une femme qui a un impact étonnant sur la communauté dont elle est originaire », a déclaré Gadot à la chaîne.

« Toutes ces femmes qui sont originaires de milieux très compliqués et qui, malgré tout, changent les choses de manière sidérante », a-t-elle ajouté.

« Je veux montrer quelque chose de bien », a-t-elle continué. « Nous vivons une époque tellement malveillante, en nous accusant les uns les autres, que j’ai envie d’apporter quelque chose de pur au monde qui saura servir de source d’inspiration ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...