Rechercher
Sur le sentier du Sanhédrin

Galilée occidentale : Exploration du village d’Usha, vieux de près de 2 000 ans

Les vestiges d'une ville, fondée par des rabbins fuyant les persécutions romaines en Judée, ont récemment été révélés au public

  • Une presse à huile d'olive utilisée par les Juifs d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Une presse à huile d'olive utilisée par les Juifs d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Les archéologues de l'Autorité israélienne des antiquités lors des fouilles d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Les archéologues de l'Autorité israélienne des antiquités lors des fouilles d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Deux canaux dans un pressoir à vin ont été créés pour traiter d'énormes quantités de vin, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Deux canaux dans un pressoir à vin ont été créés pour traiter d'énormes quantités de vin, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Instruments de broyage et de concassage utilisés dans la préparation des aliments, exposés à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Instruments de broyage et de concassage utilisés dans la préparation des aliments, exposés à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Saar Ganor, directeur national des projets éducatifs et touristiques, montrant un récipient en argile utilisé pour fixer le plâtre dans un bain rituel. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Saar Ganor, directeur national des projets éducatifs et touristiques, montrant un récipient en argile utilisé pour fixer le plâtre dans un bain rituel. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Marquages en hébreu tels qu'ils sont actuellement sur le sentier Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Marquages en hébreu tels qu'ils sont actuellement sur le sentier Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Les fosses de collecte des deux canaux. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Les fosses de collecte des deux canaux. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Dr Einat Ambar-Armon, de l'Autorité des Antiquités d'Israël, parle du site d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Dr Einat Ambar-Armon, de l'Autorité des Antiquités d'Israël, parle du site d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Verre et vestiges de la production de verre exposés à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Verre et vestiges de la production de verre exposés à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
La rue principale et le pressoir à huile d'olive, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
La rue principale et le pressoir à huile d'olive, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Les sols en mosaïque, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Les sols en mosaïque, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Lampes à huile trouvées à Usha, exposées à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Lampes à huile trouvées à Usha, exposées à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
L'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
L'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Une pièce de monnaie datant d'environ 425 de l’ère commune, avec le visage de l'empereur romain/byzantin Théodose II, à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Une pièce de monnaie datant d'environ 425 de l’ère commune, avec le visage de l'empereur romain/byzantin Théodose II, à l'exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Les fouilles d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Les fouilles d'Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • 
Le site d'Usha, lors d'une précédente visite en 2002. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    
Le site d'Usha, lors d'une précédente visite en 2002. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

En l’an 132 de l’ère commune, les Juifs de la Terre d’Israël se sont rebellés contre la tyrannie des Romains, alors au pouvoir. Lorsque la guerre s’est terminée en 135 de l’ère commune, une perte massive de vies et de biens en ont résulté.

La Judée, qui s’était presque entièrement remise après la destruction du Second Temple en 70 de l’ère commune et qui comptait de nombreux rabbins, synagogues, centres culturels et une myriade de villes et de villages juifs, fut la plus touchée. Après la guerre, elle était totalement dépourvue de Juifs et de vie juive.

Les édits romains publiés après la guerre interdisaient aux Juifs de s’approcher de Jérusalem, et les rituels juifs, tels que la circoncision, étaient interdits sous peine d’être condamné à mort. Ainsi, toute la structure qui avait maintenu les Juifs ensemble pendant des siècles, s’était effondrée.

À l’époque, le Sanhédrin, ou conseil rabbinique suprême, était basé dans le village central de Yavne. Bien que ses membres aient compris l’importance de recoller les morceaux, il était clair qu’ils devaient se déplacer en Galilée, loin des regards indiscrets des Romains. Bien que cette région ait également été touchée par la guerre, la plupart des villages y étaient encore pratiquement intacts. Le conseil a donc quitté Yavne pour s’installer dans la région la plus reculée qu’il ait pu trouver, à savoir le petit village galiléen d’Usha. C’est là qu’il s’est penché sur les questions brûlantes de l’époque, comme celle de savoir comment racheter les Juifs que les Romains avaient vendus comme esclaves.

L’un des édits romains les plus sévères était l’interdiction de l’ordination d’une nouvelle génération de rabbins. Toute personne impliquée dans une telle pratique devait être tuée et la ville dans laquelle elle avait lieu devait être détruite.

Un jour, le vieux sage Rabbi Yehuda ben Babba conduisit cinq étudiants à la frontière entre les villages d’Usha et de Shfaram – à la périphérie de chacun d’eux – afin de procéder à une cérémonie d’ordination. Lorsqu’il fut découvert par les Romains, ben Babba ordonna à ses élèves de fuir, car ils étaient l’avenir de la nation juive. Le rabbin âgé de 70 ans, incapable de courir, aurait été poignardé à mort par 300 javelots romains. Les villes, cependant, ne furent pas détruites, car l’ordination avait eu lieu entre les deux.

Au fil des années, Usha s’est développé et a prospéré. De plus en plus de Juifs ont rejoint le Sanhédrin dans le village, où les habitants produisaient de grandes quantités de vin et d’huile d’olive pour l’exportation et la consommation locale.

Le site d’Usha, lors d’une précédente visite en 2002. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Il y a vingt ans, alors que nous préparions un article sur la pittoresque forêt de Kiryat Ata, nous sommes tombés sur les ruines d’Usha, juste à l’est de Haïfa. À part des rochers et des mauvaises herbes, il y avait peu de choses à voir. C’est pourquoi nous avons trouvé particulièrement intéressant d’être invités à assister à des fouilles sur le site en plein mois d’août. Cette fois-ci, nous avons marché dans une rue ancienne et exploré des sols en mosaïque, d’anciens bains rituels et d’anciens pressoirs qui servaient à la production d’huile et de vin.

Nous avons été guidés sur le site par trois archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités (IAA) : Saar Ganor, directeur national des projets éducatifs et touristiques, Einat Ambar-Armon, directrice du Centre éducatif de la région nord, et Hanaa Abu-Uqsa, directrice des fouilles à Usha.

Les archéologues de l’Autorité israélienne des antiquités lors des fouilles d’Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Au XIXe siècle, un petit groupe de familles musulmanes d’Algérie s’est installé au bord des ruines. Ils ont appelé leur village Husha, conservant ainsi un semblant du nom sous lequel Usha avait été connu à travers les siècles.

Compte tenu de sa situation isolée (à l’époque) en Galilée et de la distance entre Usha et Jérusalem, il était logique d’identifier le site actuellement fouillé comme étant Usha. Mais les moments décisifs se sont produits pendant les fouilles elles-mêmes. En effet, si tous les anciens sites juifs comportent des bains rituels, celui-ci est le seul connu à ce jour à en avoir un à côté de chacun des nombreux pressoirs à huile d’olive et à vin du village. Les hommes travaillant aux pressoirs sur ce site étaient exceptionnellement religieux et se seraient « purifiés » à chaque étape du processus de fabrication de l’huile et du vin.

Saar Ganor, directeur national des projets éducatifs et touristiques, montrant un récipient en argile utilisé pour fixer le plâtre dans un bain rituel. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Après s’être installés à Usha, certains membres du Sanhédrin ont traversé la Galilée et se sont peu à peu installés dans des villes le long de la route. L’ensemble de leur séjour se retrouve le long du Sanhedrin Trail (le sentier de Sanhédrin), un projet unique en son genre lancé par l’IAA. Long d’environ 120 kilomètres, il a pour but de faire entrer l’archéologie dans chaque foyer israélien, dans le cadre du patrimoine culturel. Les randonneurs, les marcheurs, les cyclistes et les automobilistes sont invités à voyager pendant une heure, un jour ou un mois au travers de centaines de sites naturels, historiques et archéologiques qui comprennent tous les sièges du Sanhédrin : les ruines d’Usha, la ville israélo-arabe de Shfaram avec son ancienne synagogue, le parc national de Beit Shearim, le parc national de Tzippori et Tibériade.

La rue principale et le pressoir à huile d’olive, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Les fouilles, entamées à Usha en 2017, ont permis de découvrir des bâtiments publics, une large rue principale, des citernes, quatre pressoirs à huile intacts, cinq pressoirs magnifiquement préservés pour la production du vin et un ensemble de petites cachettes. Abu-Uqsa a noté que le plus grand pressoir à vin du site présente des canaux séparés par lesquels le vin s’écoulait dans deux énormes cuves de collecte. Mais ce n’était pas pour séparer le vin rouge du vin blanc ; ils étaient tout simplement nécessaires pour pouvoir produire une énorme quantité de vin dans les deux ou trois semaines suivant la récolte. Tous les sols sont recouverts de mosaïques, dont au moins un motif d’échiquier noir et blanc.

Les sols en mosaïque, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Le plus excitant a certainement été la découverte des bains rituels à côté de chaque presse. Ganor a souligné que la pureté était d’une importance capitale lors de la préparation du vin et de l’huile d’olive. Les gens croyaient que le temps viendrait où le Temple serait restauré et que leurs produits seraient utilisés pour le culte dans ce lieu saint.

Les chrétiens ont repris le site à l’époque byzantine et, n’ayant plus besoin des bains purificateurs, les ont complètement obstrués.

Deux canaux dans un pressoir à vin ont été créés pour traiter d’énormes quantités de vin, à Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Pour le dynamique et enthousiaste Ambar-Armon, la meilleure partie du Sanhedrin Trail réside dans le fait que chaque excavation le long de la piste est effectuée par des volontaires sous les yeux des archéologues de l’IAA. La plupart des volontaires sont des adolescents qui, en participant à la fouille, ont été exposés au monde de l’archéologie et à leur héritage ancien. Un groupe de 100 adolescents a trouvé 12 morceaux d’une lampe à huile lors d’une récente fouille. Lorsque les jeunes les ont assemblés, tels un puzzle, ils ont découvert qu’ils avaient découvert une lampe entière.

Dr Einat Ambar-Armon, de l’Autorité des Antiquités d’Israël, parle du site d’Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Si les fouilles sont uniques et passionnantes, une promenade sur le sentier peut également révéler quelques surprises. Un jour, trois randonneurs ont découvert une pièce d’or. Cette découverte étonnante, ornée du visage de l’empereur romain/byzantin Théodose II qui avait interdit le Sanhédrin vers 425 de l’ère commune, est présentée dans l’exposition du sentier du Sanhédrin au kibboutz Ginossar, près de Tibériade. L’exposition réussit à capturer magnifiquement l’esprit de ces temps anciens. Elle présente 150 objets différents fabriqués en argile, en verre et en métaux tels que le bronze, le cuivre, l’argent et l’or. Ambar-Armon, commissaire de l’exposition, souligne que tous ont été trouvés sur différents sites le long du Sanhedrin Trail.

Une pièce de monnaie datant d’environ 425 de l’ère commune, avec le visage de l’empereur romain/byzantin Théodose II, à l’exposition Sanhedrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Parmi nos préférés, citons le tesson d’un support de lampe de Shabbat portant le mot Shabbat, et les explications d’Ambar-Armon sur les moyens innovants dont disposaient les Juifs de l’époque pour prolonger les quelques heures pendant lesquelles le pétrole illuminait leurs maisons. Par exemple, ils nettoyaient un œuf et le plaçaient dans une lampe à huile typique. L’huile s’égouttait petit à petit dans la lampe et maintenait la lumière pendant plusieurs heures supplémentaires.

Nous avons également été séduits par une amulette vieille de 1 500 ans, censée protéger les Juifs du mauvais œil. Elle a été trouvée par une femme près de la zone de l’ancienne synagogue d’Arbel (un village de montagne au-dessus de Tibériade). Rangée dans son armoire, elle n’a été découverte qu’un demi-siècle plus tard, lorsque son fils a emballé les biens de sa défunte mère.

Lampes à huile trouvées à Usha, exposées à l’exposition Sanhédrin. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

La mort faisant partie de la vie, l’exposition présente plusieurs cercueils ou parties de pierres tombales. L’une des plus intéressantes appartient à une femme juive nommée Kartiria, enterrée à Beit Shearim. Dans l’inscription grecque, on y voit une ménorah en haut au centre de la pierre tombale.

L’un des trésors exposés contient des pièces d’argent et de bronze qui ont été cachées pendant la révolte de Bar Kochba par une famille vivant le long de ce qui allait devenir le Sanhedrin Trail. La famille, qui a caché son argent, pensait probablement qu’elle reviendrait après la victoire de ses frères juifs sur les Romains.

Deux objets particulièrement intéressants ont été découverts l’un à côté de l’autre à Tzippori. L’un est une figurine païenne en bronze représentant le dieu du feu, Prométhée. L’autre est un poids en plomb appartenant à un Juif nommé Shimon, qui était chargé de superviser les marchés de la ville.

Le Dr Einat Ambar-Armon, à gauche, directrice du Northern Region Educational Center, et Hanaa Abu-Uqsa, directrice des fouilles à Usha, à droite, examinent des poteries trouvées sur le site. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

De nombreuses portions du Sanhedrin Trail suivent des sentiers déjà existants, évitant ainsi de perturber le paysage naturel. Pour l’instant, l’IAA attend que le comité de balisage ait terminé ses délibérations, après quoi chaque portion du sentier aura ses propres balises.

Bien qu’Usha n’ait pas encore été préparé pour le public, la route menant au site est pavée. Ganor affirme que les visiteurs sont venus en masse pour voir les fouilles, à partir desquelles ils peuvent rejoindre le Sanhedrin Trail.

Une presse à huile d’olive utilisée par les Juifs d’Usha. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Selon Ambar-Armon, le Sanhedrin Trail et l’exposition sont le reflet l’un l’autre, ce qui en fait une expérience à double sens.

Alors, lequel des deux doit-on visiter en premier ? Tout dépend si vous avez besoin de voir par vous-même les objets qui ont été découverts sur le sentier avant de marcher sur les traces du Sanhédrin. Mais peut-être votre expérience sera-t-elle plus riche si vous empruntez le sentier (ou une partie de celui-ci) et si vous ne voyez qu’ensuite certains des merveilleux objets découverts le long du parcours. C’est à votre guise…

Le Sanhedrin Trail et les fouilles d’Usha n’auraient pas été possibles sans le soutien du ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine, et l’aide du conseil régional de Zebulun, de l’autorité chargée de la nature et des parcs, du Fonds National Juif – Keren Kayemet Le Israel, et d’un grand nombre d’autres organisations. Nous aimerions également accorder une mention spéciale à l’archéologue Yair Amitzur.

Usha est situé à l’intérieur de la forêt de Kiryat Ata. Cherchez les panneaux indiquant Usha Archeology.
Heures d’ouverture de l’exposition Sanhédrin : Ouvert sept jours sur sept, de 8 h à 17 h. Téléphone : 04-672-7700.

Aviva Bar-Am est l’auteur de sept guides en anglais sur Israël. Shmuel Bar-Am est un guide touristique agréé qui propose des visites privées et personnalisées en Israël pour les particuliers, les familles et les petits groupes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...