Gamzu: Plus de mesures « illogiques » et l’armée chargée du suivi des contacts
Rechercher

Gamzu: Plus de mesures « illogiques » et l’armée chargée du suivi des contacts

Dévoilant son plan soutenu par Netanyahu et Gantz, le nouveau chef de la lutte contre la COVID-19, admet une confiance publique dans les autorités qui est "compromise"

Le professeur Ronni Gamzu lors d'une conférence de presse, le 28 juillet 2020 (Caqpture d'écran YouTube)
Le professeur Ronni Gamzu lors d'une conférence de presse, le 28 juillet 2020 (Caqpture d'écran YouTube)

Le nouvel homme fort de la lutte contre le coronavirus en Israël, Ronni Gamzu, a dévoilé mardi son plan pour combattre la pandémie, disant que l’armée serait chargée du suivi des contacts tout en reconnaissant l’échec du ministère de la Santé à mener des enquêtes épidémiologiques susceptibles d’aider à entraver la propagation du virus.

Lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre de la Santé Yuli Edelstein, Gamzu a juré de renforcer le dépistage tout en maintenant les restrictions gouvernementales à un niveau minimaliste. Il a également exprimé sa certitude que le taux de propagation du virus pouvait être contrôlé.

« On peut la battre », a-t-il affirmé en évoquant la pandémie, ajoutant qu’une victoire face à la COVID-19 nécessitera les efforts de tous les Israéliens.

Gamzu a annoncé que l’armée israélienne serait en charge des enquêtes épidémiologiques, prédisant qu’elle pourrait mettre sur pied une unité responsable de cette mission dans les deux prochaines semaines.

L’armée « a les capacités, elle a les technologies » nécessaires pour rompre la chaîne des contaminations, a-t-il dit.

« Ce suivi est au cœur du processus visant à stopper la pandémie », a ajouté Gamzu.

Le nouveau responsable de la lutte contre le coronavirus, Ronni Gamzu, dévoile ses plans pour combattre la pandémie lors d’une conférence de presse, le 28 juillet 2020 (Capture d’écran)

« C’est un changement essentiel parce que le ministère de la Santé n’a pas réussi à le faire », a continué Gamzu, ancien directeur-général du ministère.

Déplorant une confiance publique « compromise » face aux actions entreprises par le gouvernement, Gamzu a indiqué qu’il présenterait un « nouveau contrat » entre le gouvernement et les citoyens, sous les termes duquel le gouvernement garantirait la transparence dans ses prises de décision et offrirait des informations claires et cohérentes.

« Nous allons limiter les restrictions autant que possible », a-t-il affirmé, ajoutant qu’aucune mesure gouvernementale « illogique » et « nuisant à l’économie » ne serait adoptée sous son autorité.

Gamzu a également souligné l’importance du port du masque, présentant des tableaux qui, selon lui, prouvent son efficacité. Un graphique a ainsi révélé qu’environ 70% des Israéliens portent le masque – un bon pourcentage, selon Gamzu, « mais pas suffisant ».

Il a également précisé qu’Israël avait encore beaucoup de chemin à parcourir concernant la distanciation sociale et que les Israéliens étaient contaminés en raison des rassemblements.

Lors d’une interview qui a suivi la conférence de presse, Gamzu a fait savoir devant les caméras de la Douzième chaîne qu’il ferait en sorte de lever certaines restrictions gouvernementales qu’il considère comme « déraisonnables », sans vouloir donner davantage de détails.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz assistent à la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Netanyahu, Gantz et Edelstein ont tous les trois fait part de leur soutien au plan de Gamzu lors de la conférence de presse.

Le Premier ministre a déclaré que le plan pouvait se résumer en un seul mot : « Ensemble ».

« Ensemble, nous allons battre le coronavirus », s’est exclamé Netanyahu, ajoutant qu’il attendait de tous les membres du cabinet qu’ils apportent leur soutien au plan.

Gamzu, à la tête de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv (qui est également connu sous le nom de centre médical Sourasky), a été nommé numéro un de la lutte contre la pandémie, la semaine dernière.

Avant la conférence de presse, la Douzième chaîne a annoncé que Gamzu allait proposer de renforcer le dépistage à la maladie en faisant passer le nombre de tests effectués au quotidien à 60 000 d’ici deux mois, puis à 100 000 l’hiver prochain. De nouveaux laboratoires seront construits pour atteindre cet objectif, a rapporté la chaîne.

Ces chiffres n’ont pas été cités lors de son discours, même si le chef de la lutte contre la COVID-19 a déclaré que le dépistage allait être revu à la hausse. La chaîne a également fait savoir que Gamzu s’abstiendrait d’imposer des restrictions à l’échelle nationale, favorisant l’adoption de directives précises dans les villes et les villages sur la base des taux d’infection locaux.

Le nombre de dépistages au coronavirus, dans le pays, s’est effondré pendant le week-end après avoir atteint la barre des presque 30 000 tests par jour. Ces taux ont connu un nouvel essor dans la journée de lundi, avec le prélèvement de presque 27 000 échantillons.

Le directeur-général du ministère de la Santé en 2014, le professeur Ronni Gamzu , lors d’une réunion de la commission des Finances à la Knesset de Jérusalem, le 23 avril 2014 (Crédit : Flash90)

Netanyahu a expliqué, la semaine dernière, que Gamzu bénéficierait de « toute l’autorité nécessaire » pour contenir l’épidémie de la COVID-19 et qu’il serait chargé de toutes les décisions sur le dépistage, les enquêtes épidémiologiques et les quatorzaines.

Gamzu s’est exprimé, dans le passé, contre les confinements nationaux et ce malgré une hausse des cas de la maladie dans le pays, actuellement en proie à une « seconde vague » de coronavirus.

Mardi, Gantz a ordonné à l’armée de former un « commandement coronavirus » pour suivre et améliorer la réponse nationale à la pandémie.

Ce commandement deviendrait le troisième groupe de travail supervisant la lutte contre la maladie.

« Ce commandement particulier œuvrera à raccourcir les délais nécessaires pour les tests, à améliorer les processus dans les laboratoires, à faire fonctionner un large réseau d’enquêteurs épidémiologiques ; il s’assurera d’une mise en quarantaine rapide des patients et évaluera et analysera la propagation de l’épidémie afin de mettre en place des politiques », a noté le ministère de la Défense dans un communiqué.

Au début de la semaine, le ministère a été chargé par Gamzu de réaliser des enquêtes épidémiologiques dans le pays en suivant la propagation de la maladie en reconstituant les déplacements des porteurs du virus.

« Nous devons livrer tous les efforts possibles pour rompre la chaîne d’infection, pour faire baisser le taux de la maladie – en empêchant, ce faisant, un confinement national. L’armée sait comment vaincre les difficultés liées à la sécurité et elle saura comment vaincre le coronavirus », a déclaré Gantz.

Le commandement militaire du coronavirus sera mis en place sous l’autorité du Commandement intérieur, qui a pris la tête de la réponse militaire à l’épidémie.

Des soldats du Commandement intérieur avec des combinaisons de protection aux abords d’une maison de retraite de la ville de Bnei Brak, le 14 avril 2020. (Crédit : Flash90)

Selon le ministère de la Santé, 2 120 personnes ont été testées positives à la COVID-19 entre lundi soir et mardi soir, ce qui amène le nombre total de cas actifs à 33 148.

Selon le ministère, 316 personnes sont dans un état grave, avec 97 personnes placées sous respirateur.

153 personnes sont dans un état modéré, le reste présentant des formes légères ou asymptomatiques de la maladie.

Six personnes ont succombé des suites du virus depuis mardi matin, ce qui amène le bilan des décès, depuis le début de la pandémie, à 486 personnes.

Mardi, Israël a remplacé les Etats-Unis à la cinquième place des pays dans le monde en termes de nouveaux cas de coronavirus par million de personnes, avec plus de 200 par jour. Les experts mettent en cause une réouverture trop rapide du pays et le manque de suivi efficace comme facteurs expliquant ce regain de la propagation du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...