Gantz appelle le procureur général à accélérer les enquêtes sur Netanyahu
Rechercher

Gantz appelle le procureur général à accélérer les enquêtes sur Netanyahu

Le chef de Kakhol lavan a fustigé la "danse corrompue" du Premier ministre pour échapper à la justice ; pour Lapid, Netanyahu jouit d'un "mégaphone " dans son contrôle des médias

Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz lors d'une rencontre de faction à la Knesset, le 12 juin 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz lors d'une rencontre de faction à la Knesset, le 12 juin 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le dirigeant de Kakhol lavan et député Benny Gantz a appelé le procureur général à accélérer le processus d’inculpation dans les affaires de corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu et à mettre un terme « à la danse corrompue de Netanyahu pour échapper à la justice ».

« Il y a une audience, une date et ce charabia judiciaire ne peut pas continuer », a dit Gantz lors d’une réunion de faction de Kakhol lavan à la Knesset, mercredi.

« Il faut que les choses avancent. Une année entière s’est déjà écoulée. La date des élections par défaut de la fin 2019 a été avancée au mois d’avril pour les besoins judiciaires de Netanyahu et pour l’aider à construire son échappatoire face à la justice », a accusé Gantz, en référence à la condition préalable de soutien à la mise en place d’une immunité pour Netanyahu qui a été réclamée par le Likud à ses partenaires de coalition potentiels.

2019 est « une année perdue », a ajouté Gantz. « Au lieu d’un gouvernement qui s’assure que ce pays va de l’avant, il le mène à la noyade ».

Netanyahu risque des inculpations – sous réserve d’une audience – dans trois affaires criminelles. Les audiences de pré-inculpation avec le procureur général Avichai Mandelblit sont prévues pour les 2 et 3 octobre, après que Mandelblit a refusé, au début du mois, de les reporter en raison des élections du 17 septembre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Avichai Mandelblit, (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors de la même réunion, le co-dirigeant Yair Lapid a prétendu que le Premier ministre avait construit une « vaste machine de lavage de cerveaux » dans les médias de droite, tout en se plaignant en permanence d’une partialité affichée par les médias de gauche.

« Je voudrais vous rappeler quelque chose concernant cette élection : Netanyahu a deux journaux qui travaillent pour lui, il a sa chaîne de télévision à lui, et des stations de radio qui obtiennent ses messages directement de Natan Eshel [un confident de Netanyahu]. Il a des fonds illimités, personne ne sait d’où ils viennent. Il met des centaines de millions dans les réseaux sociaux. Il a des ministres à ses pieds, qui n’ont plus d’opinion propre. Il ne fait pas de discours. Il ne donne pas d’interviews. Il est dans un bunker. Mais il s’est construit un mégaphone », a dit Lapid.

« En vingt ans, il a construit une machine perverse, immense, qui ne fonctionne que pour lui. Une machine de lavage de cerveaux qui répand de grandes quantités de poison. Et il gémit en disant que les médias sont de gauche. Il passe chaque journée à rechercher un autre [artiste controversé de gauche, Yair] Garbuz qui puisse l’offenser pour qu’il puisse prétendre être persécuté. Mais qui peut encore le persécuter ? La moitié des médias est paralysée, et l’autre moitié travaille pour lui », a-t-il ajouté.

Le procureur général Mandelblit a annoncé à la mi-février son intention d’inculper Netanyahu, sous réserve de l’audience prévue, pour fraude et abus de confiance dans trois affaires et pour pots-de-vin dans l’une d’elles.

Les leaders du parti Kakhol lavan, de droite à gauche, Benny Gantz, Yair Lapid, Moshe Yaalon et Gabi Ashkenazi lors d’une rencontre de faction à la Knesset, le 12 juin 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...