Gantz aux envoyés américains : la date du 1er juillet n’est « pas sacrée »
Rechercher

Gantz aux envoyés américains : la date du 1er juillet n’est « pas sacrée »

Rencontrant Avi Berkowitz et David Friedman, le ministre de la Défense estime qu'il est plus urgent de lutter contre les conséquences économiques de la pandémie

Le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion habdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 7 juin 2020 (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion habdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 7 juin 2020 (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré aux diplomates américains que les mesures d’annexion de la Cisjordanie ne devaient pas être prises à la hâte cette semaine, mais qu’elles pouvaient attendre qu’Israël s’occupe de questions plus urgentes, repoussant ainsi la date du 1er juillet que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était fixée pour cette initiative controversée.

Gantz a rencontré lundi l’envoyé du président américain Donald Trump pour la paix, Avi Berkowitz, et l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a fait savoir son cabinet, la dernière d’une série de réunions alors qu’Israël et les États-Unis tentent de coordonner et d’élaborer la mise en œuvre de la proposition de paix au Moyen-Orient du gouvernement américain.

« Le 1er juillet n’est pas une date sacrée », a indiqué Gantz à Berkowitz, a déclaré une source proche du ministre au Times of Israel. « La gestion du coronavirus et de ses conséquences socio-économiques et sanitaires est la question la plus urgente à traiter en ce moment ».

Gantz a également salué le plan de paix de Trump comme « une étape historique qui constitue le meilleur cadre pour promouvoir le processus de paix au Moyen-Orient ».

« Il devrait être avancé avec nos partenaires stratégiques dans la région et avec les Palestiniens, pour arriver à un schéma qui bénéficie à toutes les parties de manière responsable, proportionnelle et réciproque », a-t-il précisé, selon la source.

Selon l’accord de coalition conclu entre Gantz et Netanyahu, le Premier ministre peut commencer à avancer l’annexion le 1er juillet, ce qu’il s’est engagé à faire à plusieurs reprises. Le chef de la défense et le numéro 2 de son alliance Kakhol lavan, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, soutiennent le plan de paix de Trump, mais ont fait part de leurs réserves quant à une annexion – unilatérale – du territoire.

Avi Berkowitz, à gauche, le représentant spécial pour les négociations internationales du président américain Donald Trump, quitte la mission des Etats-Unis aux Nations unies après un déjeuner des membres du Conseil de sécurité à New York, le 7 février 2020 (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

Berkowitz est arrivé en Israël pour s’entretenir avec les dirigeants israéliens, dont Netanyahu et Ashkenazi.

Le déplacement du diplomate en Israël intervient après que l’administration Trump a tenu trois jours de discussions la semaine dernière sur l’opportunité de soutenir l’annexion, un fonctionnaire de la Maison Blanche ayant déclaré qu’aucune décision finale n’avait été prise.

Gantz a fait savoir vendredi qu’il était prêt à rencontrer immédiatement les Palestiniens à Ramallah dès qu’ils seraient prêts à entamer des pourparlers de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...