Gantz prononcera le « discours d’ouverture » à la conférence de l’AIPAC
Rechercher

Gantz prononcera le « discours d’ouverture » à la conférence de l’AIPAC

L'aspirant au poste de Premier ministre, qui doit parler 24 heures avant Netanyahu, jure de "reconstruire" la relation avec les Juifs américains et le soutien bipartisan à Israël

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz , alors président du mouvement Hossen LeYisrael, à la 55ème conférence sécuritaire de Munich, en Allemagne, le 17 février 2019 (Crédit : Thomas Kienzle/AFP)
Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz , alors président du mouvement Hossen LeYisrael, à la 55ème conférence sécuritaire de Munich, en Allemagne, le 17 février 2019 (Crédit : Thomas Kienzle/AFP)

Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz s’exprimera devant les participants de la conférence politique de l’AIPAC à Washington, ont confirmé mardi ses conseillers.

Gantz, principal rival du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du scrutin du 9 avril, prononcera un « un discours d’ouverture » devant un parterre de 18 000 personnes le lundi 25 mars, ont-il déclaré.

Netanyahu, qui doit rencontrer le président Donald Trump à la Maison Blanche ce jour-là, prendra la parole le lendemain.

« Gantz profitera de son allocution pour souligner qu’à l’issue des élections, il œuvrera à reconstruire la relation avec la communauté juive américaine et à s’assurer qu’Israël bénéficie encore du soutien de tous ses amis issus de tout le spectre politique aux Etats-Unis », a expliqué Kakhol lavan dans un communiqué.

« En tant que Premier ministre, Gantz renforcera et approfondira la relation stratégique avec les Etats-Unis dans les politiques de Défense et des Affaires étrangères en se concentrant sur l’antiterrorisme. La relation entre les Etats-Unis et Israël est basée sur des valeurs partagées et sur l’intérêt mutuel », a ajouté le communiqué.

Yair Lapid, numéro deux de Kakhol lavan, ne s’exprimera pas à l’occasion de cette conférence politique de l’AIPAC.

Le président du parti travailliste Avi Gabbay montera à la tribune de l’événement le dimanche 24 mars.

Le co-président de HaYamin HaHadash, Naftali Bennett, devrait également prononcer un discours, a fait savoir son porte-parole.

Les Premier ministres israéliens sont les invités réguliers de la conférence annuelle de ce puissant groupe de pression pro-israélien, comme le sont également les principales figures de l’opposition.

Benjamin Netanyahu à la conférence politique annuelle de l’AIPAC à Washington, DC, le 6 mars 2018 (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

L’AIPAC se considère comme une organisation non-partisane qui oeuvre à renforcer les relations bilatérales entre les Etats-Unis et Israël. Mais, le mois dernier, le groupe a émis un tweet condamnant le parti extrémiste Otzma Yehudit qui a été perçu comme un reproche à Netanyahu, qui a livré d’importants efforts pour s’assurer que la liste de la formation d’extrême-droite pourrait siéger à la Knesset.

A ce moment-là, certains adversaires politiques de Netanyahu avaient noté que le groupe de pression ne commente que rarement la politique israélienne. Ils avaient accusé le Premier ministre d’avoir endommagé les liens entre les Etats-Unis et l’Etat juif.

« La réaction rare de l’AIPAC – organisation qui ne communique habituellement pas sur la politique israélienne intérieure – prouve qu’une fois encore, Benjamin Netanyahu a franchi la ligne rouge en matière d’éthique simplement pour conserver son siège et en nuisant gravement à l’image d’Israël, à la moralité juive et à notre importante relation avec la communauté juive américaine », avait écrit Gantz sur Twitter.

« Personne ne doit en douter : c’est la plus importante organisation juive dans le monde, avec des répercussions significatives, tout est dit. Quand l’AIPAC s’exprime ainsi, c’est que la crise est réelle », avait pour sa part commenté le leader de Yisrael Beytenu Avigdor Liberman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...