Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Gaza : Deux condamnations à mort pour « collaboration » avec Israël

En septembre, le Hamas avait exécuté des condamnés pour la première fois depuis environ cinq ans à Gaza

Photo d'illustration : Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste du Hamas piétinent un drapeau israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Photo d'illustration : Des membres de l'aile militaire du groupe terroriste du Hamas piétinent un drapeau israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas revendique la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Six habitants de la bande de Gaza ont été condamnés pour « collaboration » avec Israël, dont deux à la peine de mort, a annoncé lundi un tribunal du Hamas, mouvement terroriste au pouvoir dans le territoire palestinien.

La Cour suprême militaire, qui juge notamment les membres de groupes armés palestiniens, a indiqué qu’un condamné serait fusillé et l’autre pendu.

Les quatre autres sont condamnés à des travaux forcés à vie, d’après un communiqué du tribunal, qui ne les a pas identifiés, ni donné davantage de détails.

D’après la loi palestinienne, toute condamnation à mort doit être approuvée par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Mais depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007 au prix d’une quasi-guerre civile, le mouvement islamiste gouverne sans coordination avec l’Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie.

En septembre, le Hamas avait exécuté des condamnés pour la première fois depuis environ cinq ans à Gaza : cinq Palestiniens avaient été exécutés, deux pour « collaboration » avec Israël, et trois pour meurtre. Jusqu’alors, la plupart des condamnations à mort n’avaient pas été suivies d’effet.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme avait condamné ces exécutions, tout comme l’ONG Human Rights Watch (HRW), qui avait qualifié « la peine de mort infligée par un gouvernement » de « pratique barbare qui n’a pas sa place dans le monde moderne ».

Environ 2,3 millions de personnes habitent la bande de Gaza, territoire palestinien sous blocus israélien depuis 2007.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.