Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Gaza : Tsahal découvre un important tunnel sous un hôpital et une université

Les galeries, qui s'étendaient du centre de la bande de Gaza à Zeitoun ont été détruites par le génie militaire ; 5 soldats grièvement blessés dimanche, des dizaines de terroristes tués

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un tunnel du Hamas découvert par l’armée israélienne, dans le centre de la bande de Gaza, sur une image publiée le 26 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un tunnel du Hamas découvert par l’armée israélienne, dans le centre de la bande de Gaza, sur une image publiée le 26 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a révélé lundi avoir découvert un important réseau de tunnels du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le centre et le nord de la bande de Gaza, qui, selon elle, passe sous un hôpital et une université.

Les troupes de l’unité d’élite du Corps du Génie Militaire Yahalom, de la Brigade du Corps d’Infanterie Nahal, et d’autres forces relevant de la 162e division ont récemment effectué un raid sur les passages souterrains avant qu’ils ne soient démolis.

Tsahal affirme que le réseau de tunnels, long de plus de 10 kilomètres, passe sous l’hôpital de l’amitié turco-palestinienne et une université voisine, et atteint le quartier de Zeitoun à Gaza City.

Tsahal affirme avoir découvert des logements, des salles de bains et des dépôts d’armes dans les tunnels, ainsi que les corps de plusieurs terroristes du Hamas.

Des sections importantes du réseau de tunnels ont été détruites par une forte explosion.

La nouvelle est tombée alors que l’armée se préparait à mener des opérations à Rafah, dont elle a présenté dimanche au cabinet de guerre le plan d’évacuation des civils palestiniens de ce qui est la ville la plus au sud de Gaza, ainsi que sa stratégie opérationnelle pour l’avenir.

La déclaration du cabinet du Premier ministre sur la question ne donne aucun détail sur la manière dont les civils seraient déplacés ni sur le site de repli envisagé.

Gouvernements étrangers et organisations humanitaires ont exprimé à plusieurs reprises leurs craintes qu’une opération terrestre à Rafah ne fasse de nombreuses victimes civiles. Plus d’un million de Palestiniens – la plupart d’entre eux déjà déplacés – ont mis le cap sur la dernière ville de Gaza épargnée par l’offensive terrestre d’Israël contre le groupe terroriste du Hamas.

Rafah est également le point d’entrée de l’aide acheminée depuis l’Égypte voisine.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a indiqué lundi que Rafah se trouvait « au cœur de l’opération d’aide humanitaire » dans la bande de Gaza assiégée et qu’une opération militaire à cet endroit mettrait ces activités en péril.

L’offensive annoncée par le Premier ministre israélien « ne serait pas seulement terrifiante pour plus d’un million de civils palestiniens qui s’y abritent; elle sonnerait également le glas de nos programmes d’aide », a prévenu Antonio Guterres.

Le secrétaire général a souligné que « rien ne peut justifier les meurtres, blessures, tortures et enlèvements délibérés de civils par le Hamas, le recours à la violence sexuelle ou le lancement aveugle de roquettes vers Israël ».

Des Palestiniens font des achats dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

« Et rien ne justifie la punition collective du peuple palestinien », a jugé M. Guterres.

Israël a déclaré qu’il ne pouvait pas mettre un terme à la mainmise du Hamas sur la bande de Gaza sans s’attaquer à Rafah, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ajouté que ne pas le faire signerait l’échec de la guerre contre le groupe terroriste.

L’armée israélienne a fait savoir que cinq soldats ont été grièvement blessés au cours des combats dans la bande de Gaza dimanche, à la fois dans les parties nord et sud de l’enclave.

Trois d’entre eux – un membre de l’unité de reconnaissance de la brigade des parachutistes, un membre de l’unité Yahalom du corps du génie de combat et un officier parachutiste – ont été blessés dans le sud de Gaza, et deux soldats du 601e bataillon du corps du génie de combat ont été blessés au cours d’une bataille dans le nord de Gaza.

Ils ont été emmenés à l’hôpital pour y être soignés, selon l’armée.

Des troupes de Tsahal en train d’opérer à Gaza dans cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que les troupes de la 401e brigade blindée ont tué plus de 30 hommes armés du Hamas dans le cadre d’une opération en cours dans le quartier Zeitoun de Gaza City au cours de la journée de dimanche.

Lors d’un incident, la brigade a demandé à un avion de chasse de frapper un bâtiment où opérait un tireur d’élite du Hamas, selon Tsahal.

Pendant ce temps, dans le centre de Gaza, Tsahal déclare que la brigade d’infanterie Nahal a tué plus de 10 membres  du Hamas au cours de la journée écoulée.

Les combats se poursuivent également à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, et Tsahal décrit en détail certains des incidents.

Il indique que la 414e unité de collecte de renseignements au combat a repéré un agent du Hamas muni d’un RPG et a dirigé une frappe aérienne contre lui à Khan Younès.

Dans l’ouest de Khan Younès, la 7e brigade blindée, la brigade de parachutistes et la brigade d’infanterie Givati ont toutes tué de nombreux terroristes du Hamas dans des embuscades, avec des tirs de chars et de snipers, ainsi qu’en faisant appel à des frappes aériennes, selon Tsahal.

Des troupes de Tsahal en opération à Gaza sur cette photo autorisée pour publication le 26 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

Face à la crise humanitaire, la principale agence d’aide des Nations Unies pour les Palestiniens en a appelé à une action politique pour éviter la famine à Gaza.

Une famine peut encore être « évitée » à Gaza si Israël permet aux agences humanitaires d’y faire rentrer plus d’aide, a plaidé dimanche le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), Philippe Lazzarini.

« C’est une catastrophe provoquée par l’homme (…) Le monde s’était engagé à ne plus jamais permettre de famine », a écrit M. Lazzarini sur X (ex-Twitter).

Selon lui, « la famine peut encore être évitée par une volonté politique authentique d’accorder l’accès et la protection à une aide significative ».

L’ONU s’est déclarée en butte à des limitations, en particulier sur la question de l’acheminement de l’aide dans le nord de Gaza.

Israël, qui contrôle l’intégralité des camions entrant dans la bande de Gaza par les deux points de passage, impute la baisse des livraisons aux Nations unies et se dit prêt à accélérer encore les modalités de contrôle de l’aide.

Il a également demandé le démantèlement de l’UNRWA et son remplacement par une autre entité suite aux preuves de l’implication d’employés de l’UNRWA dans les attaques du 7 octobre et du fait que le Hamas utilisait les installations de l’organisation à des fins terroristes et qu’un certain nombre de travailleurs de l’organisation étaient liés au Hamas.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza. Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Plus de 29 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé dirigé par les terroristes du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 12 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.