Le Labour critiqué pour une conférence sur l’antisémitisme prévue Shabbat
Rechercher

Le Labour critiqué pour une conférence sur l’antisémitisme prévue Shabbat

Le Jewish Labour Movement déclare que le parti exclut les Juifs religieux du débat en organisant une réunion le jour du repos juif

Jeremy Corbyn, le chef du parti d'opposition britannique Labour, participe au lancement de sa campagne aux élections européennes  à Chatham, dans le sud est de l'Angleterre, le 9 mai 2019. (Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)
Jeremy Corbyn, le chef du parti d'opposition britannique Labour, participe au lancement de sa campagne aux élections européennes à Chatham, dans le sud est de l'Angleterre, le 9 mai 2019. (Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)

La dernière tentative du Parti travailliste britannique pour ébranler des allégations de longue date de partialité anti-juive a suscité de vives critiques cette semaine après qu’il eut été décidé qu’une réunion pour discuter de cette question devait se tenir un samedi, jour de repos juif.

Mardi, le Jewish Labour Movement a publié un sévère communiqué condamnant le parti pour avoir effectivement écarté les Juifs du débat, qui se concentrera sur la rationalisation du processus d’expulsion des membres reconnus coupables d’antisémitisme.

Dans une déclaration publiée sur Twitter, le JLM a qualifié le choix de la date de la réunion d’“échec institutionnel”, et dénonçant « l’échec total du jugement et de l’engagement de la direction du parti à lutter contre l’antisémitisme ».

« Nous avons appris ce soir par la presse que le Parti souhaite apporter des changements radicaux aux règles disciplinaires sur l’antisémitisme, sans nous consulter, nous, son seul affilié juif, ni aucune organisation communautaire. Pour ajouter l’insulte à la blessure, ils débattront de ces changements lors d’une conférence le jour du Shabbat juif, lorsque les délégués du Jewish Labor pratiquant la religion seront réduits au silence et ne pourront participer au débat. »

Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, et contre l’antisémitisme au sein du parti travailliste, devant le Parlement britannique dans le centre de Londres, le 26 mars 2018 (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

La communauté juive « n’a aucune confiance » que les mesures débattues résoudront la crise de l’antisémitisme, a poursuivi le communiqué, accusant les dirigeants du parti de « pratiquer l’antisémitisme ou de fermer les yeux sur ce sujet ».

« Cela simplifiera le processus de laisser les antisémites s’en tirer. »

Le Labour est aux prises avec l’antisémitisme depuis que son chef d’extrême gauche, Jeremy Corbyn, a été élu chef du parti en 2015, avec un nouvel examen minutieux après qu’un certain nombre d’anciens responsables du parti l’ont accusé, lui et ses alliés, de s’ingérer dans les efforts visant à régler ce problème dans une émission diffusée cet été à la BBC.

M. Corbyn a fait l’objet d’attaques répétées – y compris de l’intérieur du parti – pour avoir permis à l’antisémitisme de se propager dans le parti et pour avoir initialement refusé d’adopter pleinement la définition de l’antisémitisme de la International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) dans son nouveau code de déontologie du Labour.

En réponse à ces critiques, un porte-parole du parti travailliste a déclaré au Guardian que « suite aux propositions de Jeremy Corbyn d’accélérer les exclusions dans les cas graves, le NEC [National Executive Committee] a approuvé des changements détaillés aux règles, qui seront soumis au vote au cours de la conférence ».

« La grande majorité des membres du Labour sont mus par l’égalité, la justice et l’équité. Le parti a pris des mesures disciplinaires décisives et énergiques à la suite de plaintes concernant une petite minorité de membres du parti. Les réformes de Jeremy Corbyn, soutenues par le NEC, permettront d’accélérer davantage ces processus. »

« Une fois de plus, les voix juives sont ignorées », a tweeté Miriam Mirwitch, la présidente nationale de la section jeunesse de ce parti. « Notre mouvement doit être meilleur que ça. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...