GB : Le Limmud a exploré l’expulsion des juifs d’Irak
Rechercher

GB : Le Limmud a exploré l’expulsion des juifs d’Irak

Entre un documentaire sur la première transaction immobilière par un Juif et l'exposition d'un siddour illustré, l’événement-phare a eu son lot de grandes premières

Le londonien Edwin Shuker, dans sa ville natale , à Bagdad, en 2015. (Crédit : Edwin Shuker)
Le londonien Edwin Shuker, dans sa ville natale , à Bagdad, en 2015. (Crédit : Edwin Shuker)

BIRMINGHAM, Royaume-Uni – Environ 2 500 personnes se sont rassemblées dans le nord de l’Angleterre pour l’événement culturel le plus fréquenté de la communauté juive britannique, le festival annuel d’apprentissage du Limmud.

Parmi les plus populaires des 1 000 sessions proposées à l’hôtel Metropole Hilton de Birmingham durant les cinq jours de l’événement qui a été lancé dimanche, a eu lieu la projection d’un documentaire sur le premier achat connu par un juif d’une maison en Irak depuis des décennies – Le Londonien Edwin Shuker, qui est né à Bagdad.

Le documentaire « Souviens-toi de Bagdad » mettant en vedette Edwin Shuker, membre du comité exécutif du Conseil des députés Juifs britanniques ayant fui l’Irak avec sa famille en 1971, inclut des images filmées pendant que Shuker visitait l’Irak en 2015, risquant sa vie pour visiter sa maison d’enfance, qui était alors dans le territoire géré par une milice chiite.

Shuker a fini par acheter une maison à Erbil, dans le nord du pays contrôlé par les Kurdes, après avoir jugé sa ville natale trop dangereuse pour un Juif. Il y a maintenant environ cinq résidents juifs, suite à l’exil forcé en 1948 d’environ 140 000 Juifs.

Environ 200 personnes ont assisté à la projection de « Souviens-toi de Bagdad », qui a été l’une des premières projections au Royaume-Uni et suit l’histoire de la famille de Shuker et celle de l’homme d’affaires David Dangoor et d’autres familles, remplissant au maximum la salle de haut standing, avec d’autres familles assises sur le sol.

Shuker, 62 ans a déclaré à JTA : « Nous brisons le silence de nos parents, qui n’ont pas vraiment parlé de leur exil forcé au milieu de la violence, et nous le faisons de toute urgence car dans 20-30 ans, nous ne serons pas là pour le raconter ».

Le film, qui découvre également comment la mère de Dangoor est devenue Miss Irak et plus tard un symbole de coexistence dans le pays avant la montée de l’islam extrême là-bas, est prévu pour être présenté au Festival du film juif de Miami le 16 janvier.

D’autres séances comprenaient une analyse du problème de l’antisémitisme du Parti travailliste britannique par David Hirsh, un éminent sociologue de l’Université de Londres qui, plus tôt cette année, a publié un livre sur le phénomène intitulé « L’antisémitisme de gauche contemporain ».

Une autre publication présentée lors de l’événement principal, dans une atmosphère académique, est le siddour Nehalel – un livre de prières juif contenant un ordre établi de prières quotidiennes qui contient des images qui complètent et sont pertinentes pour les prières. Publié en 2016, son éditeur, Michael Haruni, affirme que c’est le premier siddour de son genre.

Autre grande première présentée à la conférence du Limmud, le musée du vagin créé actuellement au Royaume-Uni par la comédienne Florence Schechter. Citant l’existence d’un musée pour le pénis en Islande, elle soutient qu’un musée du vagin est une contrepartie essentielle. Schechter sera interviewé au Limmud par une autre présentatrice, Sarah Klegman, qui a fondé cette année à Los Angeles une entreprise prospère qui livre des halot [pains de Shabbat] gourmets et exotiques, y compris une variété de chocolat à la menthe.

En 2017, 72 événements Limmud à travers le monde ont été organisés par 4 000 bénévoles et 40 000 participants.

Dans les anciens pays soviétiques et dans les pays comptant de nombreux Juifs russophones, les conférences sont organisées par des volontaires locaux avec l’aide de l’association à but non-lucratif Limmud FSU, fondée en 2006.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...