GB : Le professeur de faculté accusé d’antisémitisme et de négationnisme renvoyé
Rechercher

GB : Le professeur de faculté accusé d’antisémitisme et de négationnisme renvoyé

L'université fait part de sa décision sur le renvoi d'un professeur de Sciences, Maaruf Ali, qui avait aussi demandé aux étudiants d'empêcher la création d'un club juif

Un bâtiment de l'université d'Essex (Crédit :  Wikimedia Commons, Rwendland)
Un bâtiment de l'université d'Essex (Crédit : Wikimedia Commons, Rwendland)

Un professeur de Sciences de l’université d’Essex, en Grande-Bretagne, a été renvoyé après avoir posté des messages antisémites sur Facebook. Il avait appelé les étudiants à voter contre la création d’un nouveau club juif au sein de l’institution.

L’université a fait savoir qu’elle avait terminé l’enquête « sur les graves accusations lancées par un membre de notre personnel », a fait savoir le Jewish Chronicle dans la journée de mercredi.

« Suite à une audience de jugement qui a pris en compte toutes les preuves, ce membre du personnel a été congédié », a déclaré un porte-parole de l’université au journal.

Une enquête avait été ouverte sur Maaruf Ali, un professeur de sciences informatiques, après qu’il a été accusé d’avoir publié des contenus négationnistes concernant la Shoah et qu’il s’est opposé à la création d’un club juif dans le cadre de l’université, relayant également des théories du complot sur le sionisme.

L’organisation des campagnes du groupe juif UJS (Union of Jewish Students), Daniel Kosky, a qualifié de « globalement bonne » cette décision.

« Nous saluons cette initiative positive qui contribuera à créer un environnement inclusif sur notre campus et nous espérons voir l’université d’Essex continuer ce travail à l’avenir », a dit Kosky. « Les personnes en position de responsabilité et d’influence doivent rendre des comptes pour l’environnement qu’ils créent dans les amphithéâtres ».

Lors d’un vote qui avait eu lieu au mois de février, le syndicat des étudiants de l’université avait finalement accepté la création d’un nouveau club juif sur le campus. Il y avait toutefois eu 200 suffrages contre cette mesure, ce qui avait fait redouter une présence d’un antisémitisme croissant au sein de l’institution.

A la période du vote, Ali aurait averti dans un post sur Facebook que « les sionistes veulent maintenant créer un groupe, ici, à notre université ! ». Cet avertissement avait été écrit sous une autre publication qui clamait qu’Israël voulait « expulser 36 000 Palestiniens du Negev ».

Ali aurait également partagé une image sur Facebook provenant de Smoloko.com, un site d’extrême-droite affichant de la sympathie pour le nazisme, qui affirmait que pendant les attentats terroristes survenus à Paris en 2015, un agent de police français qui avait été tué par balle était en fait « un agent du Mossad qui vivait à Buenos Aires… un crypto-juif au service des renseignements israéliens », selon le Guardian.

Le professeur avait également partagé un post clamant que « 50 000 Juifs ont manifesté contre Israël » à New York mais que l’événement avait fait l’objet « d’un black-out total de la part des médias à cause de la mafia sioniste ».

Plus de 600 personnes avaient finalement voté pour décider de la création du groupe juif au sein de l’université d’Essex, et 64 % avaient voté pour.

Suite au scrutin, le groupe national de l’Union of Jewish Students avait qualifié l’ampleur de l’opposition à la création de ce club « choquant, tout simplement ».

« Nous sommes profondément déçus qu’une proportion significative d’étudiants se soient prononcés en défaveur de l’établissement d’un club juif à l’université d’Essex », avait commenté un porte-parole de l’UJS à ce moment-là, des propos rapportés par la BBC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...