GB: L’entrée d’une Travailliste, accusée d’antisémitisme, au Parlement indigne
Rechercher

GB: L’entrée d’une Travailliste, accusée d’antisémitisme, au Parlement indigne

Lisa Forbes, qui a présenté ses excuses pour un Like sur un post sur les "maîtres sionistes", a battu un candidat pro-Brexit. "Un jour sombre" pour le Labour Against Antisemitism

Lisa Forbes du parti du Labour après sa victoire pour un siège local au parlement au centre  de conférences de Kingsgate à Peterborough, en Angleterre, le 6 juin 2019 (Crédit : Lindsey Parnaby / AFP)
Lisa Forbes du parti du Labour après sa victoire pour un siège local au parlement au centre de conférences de Kingsgate à Peterborough, en Angleterre, le 6 juin 2019 (Crédit : Lindsey Parnaby / AFP)

Une candidate du Labour qui avait présenté ses excuses pour avoir « liké » un post antisémite sur les réseaux sociaux a remporté une élection partielle très observée au Parlement britannique, selon les résultats du scrutin publiés vendredi.

Lisa Forbes l’a emporté face à un candidat du parti du Brexit, Mike Green, lors d’un vote particulier qui a eu lieu dans la ville de Peterborough, à l’est de l’Angleterre, jeudi, et ce, alors que le parti eurosceptique dirigé par le populiste Nigel Farage a échoué à gagner son tout premier siège au Parlement britannique.

Forbes avait suscité les critiques au début de la semaine après qu’il a été révélé qu’elle avait « liké » un post sur Facebook qui disait que la Première ministre Theresa May poursuivait « un agenda esclave de ses maîtres sionistes ».

Elle avait également écrit : « J’ai aussi adoré lire ce fil [de commentaires] » suite à un post qui reprenait la théorie conspirationniste selon laquelle le Mossad et la CIA seraient à l’origine du groupe terroriste de l’Etat islamique.

En réponse, le mouvement juif du Labour avait fait savoir qu’il ne ferait pas campagne pour elle.

Forbes avait néanmoins invoqué un malentendu et présenté ses excuses, ajoutant qu’elle suivrait une formation de sensibilisation à l’antisémitisme.

Un communiqué conjoint écrit par le Board of Deputies des Juifs britanniques, le JLC (Jewish Leadership Council) et le groupe Community Security Trust a fait savoir que l’excuse avancée d’un antisémitisme qu’elle n’avait pas su déchiffrer « dépasse les limites de la crédulité, en particulier face aux importants problèmes qui se posent actuellement au sein du Labour et aux scandales antisémites antérieurs qui ont touché les cercles travaillistes à Peterborough ».

Forbes avait également signé une lettre s’opposant à l’adoption par le Labour de la définition de l’antisémitisme mise au point par l’IHRA (International Holocaust Remembrance Association), disant qu’il devait être possible de critiquer « le système d’apartheid et le nettoyage ethnique en cours » en Israël, selon le Jewish Chronicle. Le courrier avait également fait part de son soutien au boycott de l’Etat juif.

Le Labour est entre autres accusé d’accueillir des éléments antisémites – éloignant ainsi un grand nombre de Juifs de la formation qui était autrefois considérée comme le foyer naturel de la communauté.

Le groupe Labour Against Antisemitism a qualifié son élection de « jour sombre » et demandé aux instances du parti de la suspendre. Il a ajouté qu’il avait espéré que les membres du parti prennent leurs distances avec Forbes après la révélation de ses activités sur les réseaux sociaux.

« Au lieu de cela, nous avons été témoins du spectacle peu édifiant de douzaines de députés Travaillistes – avec parmi eux de nombreux modérés qui avaient signé au mois de mars une lettre de solidarité avec le groupe Jewish Labour Movement – se précipiter à Peterborough au cours des derniers jours pour afficher leur soutien à une candidate dont le nom n’aurait jamais dû figurer sur les bulletins dimanche », a noté le Labour Against Antisemitism.

Le chef de l’opposition britannique Jeremy Corbyn s’adresse aux délégués le dernier jour de la conférence du Parti travailliste à Liverpool, en Angleterre, le 26 septembre 2018. (AFP Photo/Oli Scarff)

Un certain nombre de députés Travaillistes, critiques du rôle du parti dans sa gestion de l’antisémitisme, se sont également dits mal à l’aise devant la victoire de Forbes.

Margaret Hodge a indiqué avoir fait part de ses inquiétudes auprès des autorités du Labour.

« Des sentiments très mitigés devant les résultats de Peterborough. Jamais je ne souhaiterai voir le parti de Nigel Farage au Parlement. Mais Lisa Forbes & le parti du Labour ont beaucoup de réponses à apporter. Nous devons en tirer des leçons & ne jamais laisser une telle chose se reproduire », a-t-elle écrit sur Twitter.

« Je ne voulais pas voir le parti du Brexit gagner mais ce n’est pas réjouissant de voir des membres du Labour demander une loyauté sur la base du proverbe ‘qu’entre deux maux, il faut choisir le moindre’. Il n’y a pas de hiérarchie dans le racisme et dans les préjugés. L’antisémitisme ne doit pas devenir normalisé ou plus acceptable politiquement qu’une autre forme de discrimination », a pour sa part écrit le parlementaire Wes Streeting. « J’ai perdu l’espoir que la direction du Labour puisse me prouver que j’ai eu tort mais je n’ai pas perdu l’espoir que la nouvelle députée de Peterborough puisse avoir été vraiment sincère dans ses excuses et afficher des regrets authentiques ».

Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique d’opposition Jeremy Corbyn et l’antisémitisme au sein du Labour, devant le Parlement dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

Le scrutin de Peterborough avait été organisé suite au rejet par les électeurs de la députée en titre, Fiona Onasanya, après son emprisonnement dans un délit lié à la vitesse.

Forbes a remporté 30,9% des voix, battant Greene, qui s’est adjugé 28,9% des suffrages, par moins de 700 votes. Paul Bristow, du parti conservateur au pouvoir, est arrivé troisième avec 21,3% des voix.

Le secrétaire d’état aux Transports du cabinet fantôme a dit à la BBC qu’il avait été « déconcerté » par les activités antisémites de Forbes sur les réseaux sociaux, notant toutefois qu’elle avait présenté ses excuses.

Le leader du Labour, Jeremy Corbyn, a déclaré que les résultats « montrent que malgré les divisions et l’impasse sur le Brexit, lorsqu’il s’agit d’un vote qui affecte directement le quotidien des électeurs, la proposition soumise par le Labour prônant un grand changement bénéficie d’un fort soutien dans tout le pays ».

Le parti du Brexit avait été favori pour remporter le siège mais, malgré sa défaite, sa performance reste encore une source d’inquiétude pour les deux principales formations.

Le leader du parti du Brexit Nigel Farage, à droite, et le candidat du parti Mike Greene, avant le décompte des votes dans les élections partielles de Peterborough à Peterborough, en Angleterre, le 6 juin 2019 (Crédit : Joe Giddens/PA via AP)

La part de vote du Labour a chuté de 17 % depuis 2017 et la formation enregistre son résultat le plus bas lors d’une élection partielle. Les conservateurs, eux, plongent de 25 %.

Le sondeur John Curtice a déclaré à la BBC que les résultats montraient que le pays se trouvait dorénavant « dans un monde politique différent ».

Farage, qui a appelé la Grande-Bretagne à quitter le bloc sans accord, a déclaré lors du week-end dernier, alors qu’il faisait campagne, qu’il considérait l’élection comme « l’opportunité d’ouvrir un nouveau chapitre dans cette grande histoire ».

« Un grand nombre de circonscriptions électorales s’intéressent dorénavant à quatre politiques de parti et peut-être même à cinq », avait commenté Farage.

May a présenté sa démission après avoir reporté le Brexit à deux occasions alors qu’elle tentait, en vain, de faire accepter son accord de divorce avec l’Union européenne devant le Parlement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...