GB : un député dénonce l’antisémitisme du Labour en claquant la porte du parti
Rechercher

GB : un député dénonce l’antisémitisme du Labour en claquant la porte du parti

Frank Field dénonce "la culture d'intolérance" et "d'intimidation" du Labour dans sa circonscription et déplore l'inaction du parti "face à l'érosion de nos valeurs fondamentales"

Le député britannique Frank Field. (Crédit : UK Parliament official portrait/Wikipedia/CC BY)
Le député britannique Frank Field. (Crédit : UK Parliament official portrait/Wikipedia/CC BY)

Le député britannique Frank Field a annoncé jeudi qu’il claquait la porte du Parti travailliste et siégerait désormais comme indépendant pour dénoncer la gestion par la direction du parti des accusations d’antisémitisme portées contre certains de ses membres.

« La direction ne fait rien de significatif face à l’érosion de nos valeurs fondamentales. Cela m’attriste de dire que notre parti est de plus en plus vu comme raciste », écrit-il dans sa lettre de démission, où il annonce qu’il siégera désormais comme indépendant à la chambre des Communes.

M. Field y dénonce aussi « la culture d’intolérance » et « d’intimidation » du Labour dans sa circonscription de Birkenhead (nord-ouest de l’Angleterre), où il est élu depuis 1979.

Eurosceptique, il avait subi de nombreuses critiques ces derniers mois et un vote de défiance pour avoir voté avec le gouvernement conservateur de Theresa May sur un certain nombre de textes sur le Brexit, à l’encontre des consignes du Labour.

Le leader du parti Labour britannique, Jeremy Corbyn, s’exprime à Londres le 30 juin 2018. (AFP Photo / Tolga Akmen)

Pour ce vétéran de la politique, qui a brièvement occupé pendant un an le poste de secrétaire d’État à la Réforme sociale dans le gouvernement de Tony Blair, la goutte d’eau a été la publication de propos du chef du Labour Jeremy Corbyn, tenus en 2013. M. Corbyn déclarait qu’un groupe de sionistes n’avait pas « le sens de l’ironie » même après « avoir vécu dans ce pays depuis très longtemps ».

Le vice-président du Parti Tom Watson a regretté jeudi la décision de M. Field, la qualifiant de « coup de semonce ». « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des personnalités d’un tel poids », a-t-il ajouté.

Début août, Jeremy Corbyn avait reconnu que sa formation avait un « réel problème » d’antisémitisme en son sein, tout en assurant que « restaurer la confiance » avec la communauté juive était sa priorité.

Il avait reconnu que sa formation avait été « trop lente » pour procéder à des sanctions disciplinaires suite à certains cas d’expression antisémite.

Cette mise au point intervenait à l’issue d’une semaine au cours de laquelle le Labour avait été attaqué pour avoir refusé d’adopter certains éléments de la définition de l’antisémitisme élaborée par l’Alliance internationale pour le souvenir de l’Holocauste (IHRA).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...