George Clooney mène la marche commémorative du génocide arménien
Rechercher

George Clooney mène la marche commémorative du génocide arménien

L'acteur et des milliers d'Arméniens marquent le 101e anniversaire du génocide ; Un orchestre allemand dénonce des pressions turques sur un spectacle

Commémoration du génocide arménien. Illustration. (Crédit : Karen Minazyan/AFP)
Commémoration du génocide arménien. Illustration. (Crédit : Karen Minazyan/AFP)

L’acteur américain et défenseur des droits de l’Homme George Clooney a défilé dimanche à Erevan en tête de la marche de milliers d’Arméniens marquant le 101e anniversaire du génocide subi par les Arméniens en Turquie pendant la Première Guerre mondiale.

Plaidant depuis longtemps pour la reconnaissance comme génocide du massacre de centaines de milliers d’Arméniens – un million et demi selon les Arméniens, 300.000 à 500.000 selon les Turcs – en 1915, Georges Clooney est arrivé samedi dans l’ancienne république soviétique pour participer à cette marche annuelle.

L’acteur, le président arménien Serge Sarkissian et des milliers d’arméniens ont marché jusqu’au sommet de la colline où se trouve le mémorial du génocide et ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle qui y brûle, tandis que des services de commémoration avaient lieu dans de nombreuses églises du pays.

George Clooney est coprésident du comité de sélection pour le prix Aurora pour éveiller l’Humanité, qui vient d’être établi en faveur des survivants arméniens du génocide, et devrait annoncer plus tard dans la journée qui en sera le premier lauréat.

George Clooney à Venise, juste avant son mariage avec Amal Alamuddin - 27 septembre 2014 (Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP)
George Clooney à Venise, juste avant son mariage avec Amal Alamuddin – 27 septembre 2014 (Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP)

Le génocide « fait partie de l’histoire de l’Arménie, et fait aussi partie de l’histoire du monde, ce n’est pas la douleur d’une seule nation », avait déclaré l’acteur à son arrivée à Erevan.

Les Arméniens disent qu’un million et demi d’hommes, femmes et enfants arméniens ont été tués pendant la Première guerre mondiale par les Turcs, qui craignaient qu’ils n’aident l’armée russe qui entrait dans l’empire ottoman, et qualifient ce massacre de génocide, un terme repris par nombre d’autres pays.

Les Turcs affirment que les Arméniens ont pris les armes contre les Ottomans pour aider les forces russes qui envahissaient le pays, et que 300.000 à 500.000 Arméniens et à peu près autant de Turcs ont été tués dans ces affrontements.

Serge Sarkissian (Crédit : domaine public)
Serge Sarkissian (Crédit : domaine public)

Un orchestre allemand dénonce des pressions turques sur un spectacle

Un orchestre de musique allemand a accusé samedi les autorités turques de faire pression sur lui et l’Union européenne, pour empêcher que le terme de « génocide » soit utilisé dans le cadre d’un concert qu’il donne autour du massacre des Arméniens en 1915.

« C’est une atteinte à la liberté d’expression », a déclaré le directeur de l’orchestre de Dresde (Est), le Dresdner Sinfoniker, Markus Rindt.

Selon lui, l’ambassade de Turquie auprès de l’Union européenne a demandé à la Commission européenne à Bruxelles de supprimer une subvention de 200.000 euros accordée à l’orchestre pour ce projet, au prétexte que le spectacle utilise le terme de « génocide » – que récuse Ankara – pour qualifier les massacres commis il y a un siècle.

Le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles (Crédit : tpholland/Wikimedia communs/CC by 2.0)
Le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles (Crédit : tpholland/Wikimedia communs/CC by 2.0)

La Commission européenne a maintenu la subvention mais invité l’orchestre à « adoucir » les textes du spectacle en ne mentionnant plus le génocide et a retiré toute mention du concert sur sa page internet, a affirmé le directeur de l’orchestre. « Nous trouvons tout cela très discutable », a-t-il déclaré à l’AFP.

Une porte-parole de la Commission à Bruxelles a reconnu le retrait. « En raison d’inquiétudes soulevées au sujet des termes utilisés pour décrire le projet, la Commission l’a temporairement retiré de son site internet afin de discuter d’une nouvelle formulation avec le promoteur du projet », a-t-elle indiqué à l’AFP.

Le spectacle a été monté à l’occasion du centenaire du massacre des Arméniens en 1915 et se veut un projet de réconciliation.

Il associe plusieurs pièces musicales, jouées par un orchestre où figurent des musiciens turcs et arméniens. La controverse porte sur les textes chantés par le choeur ou lus sur scène, ainsi que sur la formulation du programme qui parle explicitement de génocide (www.aghet.eu).

Le nom de la production, « Aghet », est aussi utilisé en arménien pour parler des massacres de 1915.

Elle avait été montrée en novembre 2015 en première à Berlin, sans provoquer de remous.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...