Gérard Filoche jugé en avril pour son tweet antisémite
Rechercher

Gérard Filoche jugé en avril pour son tweet antisémite

On y voit Emmanuel Macron bras levés devant un globe terrestre, un bras ceint d'un brassard d'allure nazie orné d'un dollar à la place d'une croix gammée

Gerard Filoche, en septembre 2016 (Crédit : AFP / JOEL SAGET)
Gerard Filoche, en septembre 2016 (Crédit : AFP / JOEL SAGET)

Gérard Filoche, ex-représentant de l’aile gauche du PS exclu du parti en novembre pour un tweet aux relents antisémite, sera jugé à Paris le 11 avril pour cette publication.

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a confirmé cette date au cours d’une audience de procédure mercredi. Gérard Filoche sera présent à son procès, a précisé son avocat.

Gérard Filoche sera jugé pour provocation publique à la haine ou à la violence pour avoir tweeté, le 17 novembre, un photomontage diffusé pour la première fois en février 2017 sur le site de l’essayiste d’extrême droite Alain Soral, « Égalité et réconciliation ».

On y voit Emmanuel Macron bras levés devant un globe terrestre, un bras ceint d’un brassard d’allure nazie orné d’un dollar à la place d’une croix gammée. Le tout sur fond de drapeaux américain et israélien et de photos de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali, barré du slogan « En marche vers le chaos mondial ».

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête à l’encontre de l’ancien trotskiste.

M. Filoche, co-fondateur de SOS Racisme avec Julien Dray et Harlem Désir, avait rapidement effacé son tweet et s’était dit « désolé », mais les condamnations de la classe politique avaient été unanimes.

« Évidemment j’ai été négligent (…) je n’ai pas été attentif, je n’aurais pas dû le faire », s’était justifié M. Filoche sur i24news, reconnaissant un tweet « antisémite ».

Alain Soral (Crédit : capture d’écran DailyMotion)

Jacques Attali ainsi que plusieurs associations antiracistes se sont constitués parties civiles.

M. Filoche a annoncé en janvier qu’il lançait un nouveau réseau, intitulé la Gauche démocratique et sociale.

Alain Soral, qui a comparu devant le même tribunal le 24 janvier pour la publication de ce montage sur son site, connaîtra son jugement le 20 mars. Lors de l’audience, le procureur a requis contre lui cinq mois de prison ferme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...