Gilboa: la tour surplombant le tunnel de l’évasion n’était pas surveillée
Rechercher

Gilboa: la tour surplombant le tunnel de l’évasion n’était pas surveillée

La tour serait restée vide en raison d'un manque de personnel et ce pendant plus d'un mois avant que les détenus palestiniens ne s'enfuient

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux à l'extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021, après l’évasion de six détenus palestiniens. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)
Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux à l'extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, le 6 septembre 2021, après l’évasion de six détenus palestiniens. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Une tour de garde surplombant l’entrée du tunnel utilisé par six prisonniers de sécurité palestiniens pour s’évader de la prison de Gilboa en début de semaine n’était pas surveillée au moment de la fuite, ont rapporté jeudi plusieurs médias israéliens.

La sortie du tunnel n’étant située qu’à quelques mètres de la tour de garde, les premiers rapports avaient suggéré que le gardien s’était endormi pendant l’évasion du groupe.

Mais citant des gardes de l’établissement pénitentiaire, le site d’information Ynet a déclaré qu’il n’y avait en fait personne au poste de garde.

Le rapport indique que la raison pour laquelle le poste n’était pas pourvu n’est pas claire, et qu’une caméra était pointée sur l’ouverture du tunnel, mais que personne ne regardait le flux de vidéo.

Le journal Haaretz a toutefois rapporté que la tour était inoccupée depuis plus d’un mois sur ordre du commandant de la prison, Freddy Ben Shitrit, en raison d’un manque de personnel.

Parmi les six évadés de l’évasion découverte lundi matin figure Zakaria Zubeidi, un commandant notoire du groupe terroriste des Brigades des Martyrs Al-Aqsa du Fatah, qui était en prison alors qu’il était jugé pour une vingtaine de crimes, dont une tentative de meurtre.

Quatre autres évadés étaient emprisonnés à perpétuité pour des attaques meurtrières contre des Israéliens et leur affiliation au groupe terroriste palestinien du Jihad islamique. Le dernier prisonnier était en détention administrative et était uniquement accusé d’appartenir au Jihad islamique palestinien.

Les six prisonniers de sécurité palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa le lundi 6 septembre 2021. (Crédit : capture d’écran : Bureau des prisonniers)

Les recherches menées dans tout le pays pour retrouver les évadés, qui sont tous considérés comme très dangereux, durent depuis quatre jours et d’importants renforts militaires ont rejoint la police israélienne. L’évasion a déclenché des émeutes dans les prisons du pays, ainsi qu’en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Une cellule de la prison de Rimon, dans le sud d’Israël, a été incendiée jeudi, alors que les détenus palestiniens condamnés pour terrorisme dans les prisons israéliennes continuent de protester contre les changements imposés après l’évasion.

L’administration pénitentiaire israélienne a déclaré que des détenus avaient allumé le feu dans leur cellule de l’aile 7, et que les autorités avaient réussi à maîtriser l’incendie.

Les détenus qui ont mis le feu à leur cellule seraient affiliés au Fatah, et non au groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, qui a été à l’origine des troubles dans les prisons ces derniers jours.

Mercredi, des troubles majeurs ont eu lieu à la prison de Ketziot, où les détenus ont brûlé plusieurs cellules, ainsi que dans plusieurs autres établissements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...