Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Golda Meir serait « horrifiée » par la situation en Israël, dit l’actrice Helen Mirren

La dirigeante travailliste partageait "l'idéalisme" des fondateurs de l'Etat hébreu, bien loin de la réforme judiciaire, qui marquerait "l'arrivée de la dictature", selon l'actrice

L'actrice britannique Helen Mirren arrive sur le tapis rouge avant la première du film "Golda", au Festival international du film de Berlin, le 20 février 2023 à Berlin. (Crédit : John MacDougall/AFP)
L'actrice britannique Helen Mirren arrive sur le tapis rouge avant la première du film "Golda", au Festival international du film de Berlin, le 20 février 2023 à Berlin. (Crédit : John MacDougall/AFP)

L’ancienne première ministre israélienne Golda Meir, décédée il y a 45 ans, serait « complètement horrifiée » par la politique conduite actuellement dans l’Etat hébreu, estime dans une interview à l’AFP l’actrice britannique Helen Mirren, qui l’interprète dans un film présenté à Berlin.

Oscarisée pour son interprétation de la reine Elizabeth II dans « The Queen », Helen Mirren joue le rôle de la « dame de fer » israélienne pendant la guerre du Kippour en 1973, dans « Golda », présenté hors compétition à la Berlinale.

La dirigeante travailliste partageait « l’idéalisme » des fondateurs de l’Etat hébreu, bien loin de la réforme en cours du système judiciaire, qui marquerait « l’arrivée de la dictature », selon l’actrice.

Le Parlement israélien a approuvé mardi en première lecture deux dispositions de cette réforme controversée. Le projet mobilise une grande partie de l’opinion publique contre lui depuis son annonce, début janvier, par le gouvernement formé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu (droite) avec des partis d’extrême droite et des formations ultra-orthodoxes juives.

« Je pense que ce serait un renversement complet et un déni de ses valeurs », a déclaré l’actrice à propos de cette réforme, que l’ONU a appelé mardi à suspendre, inquiète de ses conséquences en matière de droits humains et d’indépendance de la justice.

« C’est l’arrivée de la dictature et la dictature a toujours été l’ennemi du peuple dans le monde entier, et c’est ce que (Golda Meir) penserait », a-t-elle ajouté.

« Je crois que nous sommes sur le point de perdre la démocratie, et je pense que si Golda était vivante et voyait ça, elle voudrait retourner dans sa tombe », a estimé de son côté auprès de l’AFP le réalisateur israélien du film Guy Nattiv.

« Elle était très honnête. Elle a aussi pris ses responsabilités pour tout, et elle croyait totalement dans le système judiciaire. Donc c’est totalement l’opposé de ce qu’on voit aujourd’hui, et pour moi c’est effroyable ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.