Google interdit toutes les publicités d’options binaires et de cryptodevises
Rechercher

Google interdit toutes les publicités d’options binaires et de cryptodevises

La décision du géant de l'Internet concerne aussi le forex et les CFD non réglementés. Un grand coup porté à l'industrie israélienne de l'escroquerie

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Une publicité pour la société d'options binaires Prime Sales utilisant une image du film "The Wolves of Wall Street" (Capture d'écran)
Une publicité pour la société d'options binaires Prime Sales utilisant une image du film "The Wolves of Wall Street" (Capture d'écran)

Google a annoncé mercredi qu’il interdira les publicités pour les options binaires et les cryptodevises ainsi que les CFD non régulés [Contract for differences], le forex et les sociétés de paris financiers, ce qui portera un sérieux coup au vaste secteur essentiellement clandestin de l’économie israélienne qui pratique les escroqueries en matière d’investissement.

Dans une annonce dans la section de son site Web consacrée à la politique Google AdWords, le géant de la recherche sur Internet et de la publicité a annoncé qu’à partir de juin, il limitera la publicité des CFD, le Forex Rolling Spot [opérations de change à report tacite] et les paris financiers, et imposera une interdiction totale de la publicité pour les options binaires et les cryptodevises.

En outre, a déclaré Google, les groupements et les sociétés du même groupe, qui sont des annonceurs tiers pour de tels sites Web d’investissement, ne seront plus autorisés à publier des publicités pour les CFD, le Forex, les paris financiers, les options binaires, les cryptodevises et les produits connexes.

Cette décision pourrait avoir des conséquences majeures pour l’économie israélienne, ou du moins pour une grande strate de fraudeurs professionnels qui opèrent en toute impunité depuis une dizaine d’années et qui pourraient voir leurs revenus chuter de manière significative.

Au cours de la dernière décennie, Israël est devenu un centre mondial d’escroqueries en matière de faux investissements, employant plus de 10 000 nouveaux immigrants et locuteurs de langues étrangères dans le pays, vendant des options binaires frauduleuses, des devises, des CFD et des investissements en cryptodevises par téléphone et Internet à des personnes à l’étranger. En l’absence de surveillance de la part des services de détection et de répression, cette activité criminelle a explosé au point où la fraude par options binaires aurait permis à elle seule de générer des recettes d’environ 10 milliards de dollars par an, dont une grande partie a été reversée à des organisations criminelles basées en Israël.

La Knesset a interdit les options binaires en octobre, suite à la série de reportages d’investigation menés par le Times of Israel depuis mars 2016. L’interdiction est entrée en vigueur le 26 janvier de cette année.

Cependant, certains opérateurs d’options binaires ont simplement ignoré l’interdiction, continuant à offrir le produit en provenance d’Israël, tandis que d’autres ont déplacé leurs activités à l’étranger, et d’autres encore ont commencé à proposer des produits frauduleux de forex, CFD et cryptodevises, profitant d’une faille dans la loi sur les options binaires qui permet aux entreprises non réglementées de modifier leur produit et de continuer à cibler les victimes à l’étranger.

Une ébauche initiale du projet de loi sur les options binaires aurait interdit au forex israélien, aux CFD et à d’autres sociétés de trading en ligne d’offrir leurs produits à des clients étrangers sans une licence du pays qu’ils ciblent. Le Times of Israel a été informé que les initiés de l’industrie du commerce en ligne ont réussi à faire pression sur la Knesset pour atténuer le projet de loi afin que les clauses couvrant d’autres instruments financiers que les options binaires soient supprimées.

La décision de Google d’interdire la publicité pour toutes ces sociétés essentiellement frauduleuses, qui est le résultat des pressions incessantes exercées par les régulateurs américains et canadiens, portera un coup terrible à l’industrie israélienne de l’escroquerie aux investissements que la Knesset israélienne n’a pas réussi à faire, ont déclaré au Times of Israel des sources bien informées de ce secteur.

Facebook a interdit les annonces publicitaires pour les options binaires, les cryptodevises et les ICO, ou les offres initiales de pièces de monnaie, en janvier.

« C’est probablement la plus grande des menaces que cette industrie n’ait jamais rencontrée », a déclaré Joshua, un ancien expert PPC (pay-per-click) de l’industrie des options binaires, au Times of Israel.

« L’interdiction des publicités sur Google ainsi que l’interdiction pour les partenaires d’acheter des annonces Google pourrait anéantir jusqu’à deux tiers de leur trafic », a-t-il estimé.

Dans son annonce, Google a déclaré qu’il interdirait complètement les options binaires et les annonces de cryptodevises tout en exigeant que les annonceurs proposant des CFD, du forex, et des paris financiers soient certifiés par Google avant qu’ils puissent faire de la publicité via AdWords.

La certification ne sera disponible, a déclaré Google, que si un site Web est « autorisé par l’autorité compétente des services financiers dans le ou les pays qu’ils ciblent ».

Joshua a ajouté que l’interdiction décimerait les options binaires internationales et les escroqueries de cryptodevises et tuerait en grande partie les compagnies israéliennes de forex et de CFD, car la plupart de ces compagnies opèrent sans licences dans les pays qu’elles ciblent. Il a déclaré que les sociétés d’investissement en ligne israéliennes chercheraient probablement à contourner l’interdiction de Google, mais qu’il était peu probable qu’elles en trouvent une.

« J’imagine que les compagnies israéliennes de forex, CFD, cryptodevises et d’options binaires intensifieront leurs efforts de SEO (moteur de recherche d’optimisation) mais cela ne fonctionnera que pour un court laps de temps dans la mesure où les données et les renseignements qu’ils sont capables d’obtenir grâce aux efforts de Google PPC deviendront vieux et obsolètes dans quelques mois, les laissant en quelque sorte en « conduite en aveugle » sans savoir quelles sont les tendances ou quels mots-clés conviennent le mieux », a-t-il déclaré.

Joshua a estimé que d’ici novembre de cette année, les sociétés israéliennes d’arnaque à l’investissement, ainsi que les escrocs à l’investissement dans le monde entier, n’auront plus qu’environ 10 % de la quantité de prospects qu’ils avaient avant l’interdiction de Google.

Cela cessera d’être une activité florissante et prospère. À tout le moins, les comptes bancaires des propriétaires de ces compagnies croîtront beaucoup plus lentement. »

Lors d’une interview accordée en février, Jason Roy, enquêteur principal à la Commission des titres du Manitoba et chef du Groupe de travail sur les options binaires au Canada, a déclaré que même si les options binaires étaient une fraude principalement basée sur Israël, la situation des cryptodevises et des ICO était plus floue. Les sociétés frauduleuses de cryptodevises apparaissent à première vue comme provenant du monde entier, et pas seulement d’Israël, a-t-il dit.

La politique de Google s’appliquera au niveau mondial à tous les comptes qui font de la publicité pour ces produits financiers, a déclaré la société.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...