Grèce : arrestation du chef d’une ONG accusée d’aide à l’immigration irrégulière
Rechercher

Grèce : arrestation du chef d’une ONG accusée d’aide à l’immigration irrégulière

Panos Moraïtis, accusé d'aide à l'immigration irrégulière à Lesbos, a été arrêté mercredi après s'être livré à la police sur cette île égéenne

Des volontaires de l'ONG ERCI - Emergency Response Centre International fondée et dirigée par Panos Moraïtis. (Copie d'écran Facebook)
Des volontaires de l'ONG ERCI - Emergency Response Centre International fondée et dirigée par Panos Moraïtis. (Copie d'écran Facebook)

Le fondateur et dirigeant de l’ONG grecque ERCI, accusée d’aide à l’immigration irrégulière à Lesbos, a été arrêté mercredi après s’être livré à la police sur cette île égéenne, la première porte d’entrée migratoire en Grèce en provenance de Turquie.

Recherché par la police depuis trois semaines, Panos Moraïtis a été incarcéré dans l’attente de sa comparution vendredi devant le procureur.

Dans un communiqué paru sur son site, l’ONG « Emergency response centre international », a rejeté les accusations la visant, soulignant avoir travaillé à Lesbos « en coopération étroite avec les autorités ».

Sur un total de 30 membres de l’ONG mis en cause par la police, quatre ont déjà été placés en détention préventive : une célèbre réfugiée syrienne, Sarah Mardini, 23 ans, un Germano-Irlandais, Sean Binder, et deux employés grecs, Nassos Karakitsos et Mirella Alexou.

Leur défense se prépare à redemander leur remise en liberté après le rejet de premières requêtes en ce sens, a dit à l’AFP l’avocat des deux jeunes volontaires, Haris Petsikos.

La police reproche à ces accusés d’avoir offert « un concours direct aux réseaux organisés de trafic de migrants », en s’informant à l’avance des arrivées sur les îles et en organisant les débarquements sans en informer les autorités.

Selon la police, ils recherchaient ainsi « un gain financier sous la forme de dons à l’ONG ».

Me Petsikos a pour sa part dénoncé un cas de « pénalisation de l’aide aux réfugiés ».

Objets d’accusations similaires pour leur action de sauvetage en mer à Lesbos, trois Espagnols et deux Danois avaient été relaxés en mai.

Réfugiées à Berlin, Sarah et sa sœur Yusra – nageuse olympique à Rio et ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU – étaient devenues célèbres pour avoir conduit à bon port le bateau en difficulté qui les amenait de Turquie à Lesbos en août 2015, avec 18 autres personnes à son bord.

Quoique réduites par rapport au grand exode de 2015 et 2016, les arrivées se poursuivent de Turquie sur les îles grecques, où plus de 20 000 exilés sont consignés, dans des conditions dénoncées comme indignes par toutes les parties prenantes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...