Greenblatt fustige les « émeutiers du Hamas » pour avoir saccagé Kerem Shalom
Rechercher

Greenblatt fustige les « émeutiers du Hamas » pour avoir saccagé Kerem Shalom

Haniyeh au Caire ; Des émeutiers palestiniens ont aussi saboté vendredi le propre gazoduc à Gaza pour la deuxième semaine d’affilée

Des canalisations de gaz en feu au passage de marchandises de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza, 11 mai 2018 (Crédit : armée israélienne)
Des canalisations de gaz en feu au passage de marchandises de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza, 11 mai 2018 (Crédit : armée israélienne)

L’envoyé spécial américain Jason Greenblatt réprimande les « émeutiers du Hamas » qui ont saboté vendredi l’infrastructure du point de passage de Kerem Shalon du côté palestinien

« Alors que le monde s’efforce de faciliter la souffrance humanitaire des Palestiniens à Gaza, des émeutiers ont vandalisé et brûlé le principal point de passage humanitaire », a tweeté Greenblatt.

« Quand le gens verront-ils que le Hamas détruit ce qui pourrait être une zone métropolitaine florissante ? La paix est le seul espoir pour l’avenir », a-t-il conclu.

Le chef du Hamas, le mouvement terroriste islamiste à la tête de la bande de Gaza, a quitté dimanche cette enclave pour se rendre au Caire à la veille d’importantes manifestations prévues le long de la frontière avec Israël.

Ismaïl Haniyeh a franchi à Rafah dans le sud de la bande de Gaza la frontière avec l’Egypte où il doit s’entretenir avec le chef des services de sécurité égyptiens, a-t-on indiqué de sources palestiniennes alors que des rumeurs faisaient état d’une tentative de l’Egypte de parvenir à un accord avec le Hamas pour réduire le niveau des violences lors des manifestations attendues lundi.

Des dizaines de milliers de Palestiniens devraient se rassembler lundi le long de la frontière entre Gaza et Israël pour protester contre le transfert ce jour-là de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, qui a ulcéré les Palestiniens.

Les dirigeants du Hamas ont accordé publiquement leur soutien aux tentatives des manifestants de forcer la barrière de sécurité et de pénétrer en Israël malgré les risques d’un bain de sang.

Des médias arabes, ont évoqué la possibilité que l’Egypte, signataire d’un traité de paix avec Israël, propose d’alléger les restrictions imposées au poste frontière de Rafah ainsi que des mesures économiques en faveur de la bande de Gaza sinistrée par un sévère blocus israélien en échange de l’assurance que les manifestants ne tenteraient pas de forcer la barrière marquant la frontière avec Israël.

La frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, qui est fermée la plupart du temps, a été rouverte samedi pour quatre jours par les autorités égyptiennes.

Le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem décidé par le président Donald Trump a été dénoncé par les Palestiniens qui veulent faire de la partie orientale de la ville annexée par Israël, la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Le président Trump n’assistera pas à l’ouverture de l’ambassade. Mais sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner, qui est également un de ses conseillers, seront présents.

Le secrétaire d’Etat adjoint américain, John J. Sullivan, a déclaré lors d’une cérémonie au ministère des Affaires étrangères que la décision de Trump est « essentielle à la création d’une feuille de route pour la paix dans la région ».

« Nous sommes impatients de vous accueillir demain à l’ambassade américaine à Jérusalem », a déclaré le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin.

Des Gazaouis ont incendié le côté palestinien du point de passage de Kerem Shalom pour le 7ème vendredi d’affrontements violents le long de la frontière ; les dégâts sont chiffrés en millions.

Vendredi, des émeutiers palestiniens de la bande de Gaza ont mis le feu à des gazoducs desservant le territoire ainsi qu’à des infrastructures d’électricité et une courroie utilisée pour transférer des biens dans la bande de Gaza, a déclaré l’armée israélienne.

Tsahal a déclaré que de dizaines de manifestants ont saboté l’infrastructure du côté palestinien du point de passage de Kerem Shalom, dans un incident similaire à celui de vendredi dernier.

Selon Haaretz, les dégâts sur l’infrastructure atteignent une valeur de 30 millions de shekels (plus de 7 millions d’euros).

Tsahal a dit que lors de l’incident de la semaine dernière, des Palestiniens ont forcé le côté palestinien du point de passage et endommagé des gazoducs transportant du gaz et du pétrole vers Gaza, qui souffre déjà d’une pénurie sévère d’énergie.

« C’est un acte cynique qui nuit au bien-être des résidents de Gaza et aux efforts humanitaires menés par Israël et beaucoup d’autres pays », a déclaré l’armée à l’époque.

Kerem Shalom est le point de passage principal des biens et d’aide humanitaire pour entrer vers la bande de Gaza depuis Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...