Greenblatt rencontre le chef de la diplomatie qatari pour évoquer l’aide à Gaza
Rechercher

Greenblatt rencontre le chef de la diplomatie qatari pour évoquer l’aide à Gaza

Le négociateur au Moyen-Orient pour la paix de Trump a affirmé que les discussions avec Doha se sont concentrées sur "la nécessité urgente d'aide humanitaire" dans la bande

L'envoyé au Moyen-Orient du président américain Donald Trump Jason Greenblatt lors d'une conférence de presse sur un accord de partage de l'eau entre la Jordanie, Israël et l'Autorité palestinienne à Jérusalem, le 13 juillet 2017 (Crédit :AFP/POOL/RONEN ZVULUN)
L'envoyé au Moyen-Orient du président américain Donald Trump Jason Greenblatt lors d'une conférence de presse sur un accord de partage de l'eau entre la Jordanie, Israël et l'Autorité palestinienne à Jérusalem, le 13 juillet 2017 (Crédit :AFP/POOL/RONEN ZVULUN)

WASHINGTON — L’envoyé pour la paix au Moyen-Orient Jason Greenblatt a rencontré mercredi au Qatar le ministre des Affaires étrangères de Doha pour évoquer l’aide humanitaire à Gaza, un entretien notable avec l’un des seuls alliés du Hamas avec la Turquie, à un moment où la frontière de l’enclave côtière avec Israël est le théâtre de nombreuses violences.

« J’ai rencontré aujourd’hui à Doha, au Qatar, le ministre des Affaires étrangères Sheikh Mohammed Bin Abdulrahman Al Than, » a noté Greenblatt sur Twitter. « Nous avons discuté de la nécessité urgente de secours humanitaire à Gaza et du développement du plan de paix de l’administration Trump ».

Greenblatt avait déclaré dans le passé que l’amélioration des conditions de vie des Gazaouis étaient déterminante pour la paix.

Greenblatt a répété le tweet en langue arabe.

Cette rencontre avec Greenblatt survient quarante-huit heures après qu’il a assisté à l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem.

Ce jour-là, les soldats israéliens avaient tué 60 Palestiniens alors que des milliers de personnes avaient tenté entre autres d’ouvrir une brèche dans la frontière avec Gaza. Les semaines de protestation qui ont eu lieu ces derniers temps à la frontière ont été appuyées par le Hamas, groupe terroriste à la tête de Gaza. Sur les 59 Gazaouis qui auraient été tués sur la frontière, lundi et mardi, le Hamas a indiqué que 50 faisaient partie de son organisation et le Jihad islamique, un autre groupe terroriste, a fait état de trois morts dans ses rangs.

Greenblatt, comme d’autres personnalités de l’administration Trump, a soutenu la ligne israélienne à Gaza, affirmant que les violences avaient été entièrement provoquées par le Hamas. Néanmoins, Greenblatt, qui est également impliqué dans l’effort livré par le président américain Donald Trump visant à la reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes, a déclaré que l’aide humanitaire apportée à Gaza serait déterminante dans la marche vers la paix.

Le Qatar reste d’un des seuls pays dans le monde à entretenir des liens avec le Hamas, et pourrait jouer un rôle en persuadant le groupe à autoriser des secours humanitaires pour les Gazaouis. Le Hamas a refoulé, mardi, deux camions chargés d’aide humanitaire en provenance d’Israël, n’autorisant l’entrée que de cargaisons livrées par l’Autorité palestinienne et l’UNICEF.

Les alliés arabes des Etats-Unis dans la région évitent le Qatar en raison de ses liens avec le Hamas et avec d’autres groupes issus des Frères musulmans, et avec l’Iran.

L’administration Trump a envoyé aux Etats du Golfe persique – qui abritent l’une des plus importantes bases américaines dans le monde – des messages mitigés, faits de réprimandes mais également de tentatives d’ouverture.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...