Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Guerre en Ukraine: Un homme d’affaires israélo-russe sanctionné par les États-Unis

Sergei Adonyev, accusé d'être un financier de Poutine, vivrait dans une propriété de luxe louée à Herzliya

L'habitation de luxe de la ville côtière de Herzliya qui aurait été louée, selon le département américain du Trésor, par l'homme d'affaires israélo-russe ,  Sergei Adonyev. (Capture d'écran : Google Maps ; used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
L'habitation de luxe de la ville côtière de Herzliya qui aurait été louée, selon le département américain du Trésor, par l'homme d'affaires israélo-russe , Sergei Adonyev. (Capture d'écran : Google Maps ; used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Un homme d’affaires israélo-russe figure parmi les individus et les entités qui ont fait l’objet de nouvelles sanctions américaines, jeudi, pour leur aide apportée dans l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Selon le département d’État américain, Sergei Adonyev, 61 ans, est un financier du président russe Vladimir Poutine et de Sergei Chemezov, à la tête de la firme de défense Rostec.

Un communiqué qui a été émis par le département d’État n’a pas détaillé les raisons de ce placement d’Adonyev, magnat des télécommunications qui, selon Forbes, pèserait plus d’un demi-milliard de dollars, sur la liste noire américaine et il n’a pas précisé ce qu’il appelait « son réseau ».

Les sanctions ont aussi pris pour cible une compagnie liée à Adonyev et à ses fils Filipp et Luka, ainsi que deux yachts et un avion dont il est propriétaire.

Un communiqué distinct qui a été émis par le département du Trésor américain a noté que l’adresse d’Adonyev était celle d’une habitation luxueuse dont il est le locataire à Herzliya. Ce bien figure sur plusieurs sites de location qui le présentent comme une villa.

Il est difficile de dire s’il y habite actuellement ou s’il y a vécu.

En plus de ses passeports russes et israéliens, Adonyev avait, dans le passé, la citoyenneté bulgare – mais cette dernière avait été révoquée en 2019 en raison d’une condamnation pour fraude aux États-Unis qui a depuis été annulée.

Israël n’a pas rejoint le système de sanctions imposé par les États-Unis et par les autres pays suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, au mois de février dernier. Tout en faisant part de son soutien à Kiev et en fournissant des aides humanitaires, l’État juif a refusé les demandes de livraison d’armes, apparemment inquiet de la réaction russe. Une raison majeure de cette hésitation semble être le besoin pour le pays de conserver sa liberté d’action et d’opération en Syrie dont les Russes contrôlent largement l’espace aérien.

En plus des sanctions appliquées jeudi contre Adonyev, l’administration Biden a élargi celles qui ont été imposées au Groupe Wagner russe et aux entreprises et autres individus qui y sont liés en raison du rôle tenu par le groupe de mercenaires en Ukraine et de ses activités, avec notamment de nombreuses violations faites aux droits de l’Homme, en Afrique.

Ces annonces ont désigné une nouvelle fois le groupe Wagner, une milice privée russe appartenant à un proche de Poutine, comme « une organisation criminelle transnationale déterminante ». Il avait d’ores et déjà été identifié comme tel mais cette nouvelle désignation a élargi les sanctions.

Un total de huit personnes, de 16 entreprises et de quatre avions spécifiques ont été sanctionnés par le Trésor. De plus, le département d’État a imposé des sanctions distinctes à cinq compagnies et à un individu liés au groupe Wagner, et à 23 autres qui font partie du complexe militaro-industriel russe.

Des visiteurs portant une tenue militaire de camouflage à l’entre du « Centre Wagner », lié à l’homme d’affaires et fondateur de la milice privée du même nom, Yevgeny Prigozhin, lors de l’ouverture officielle des bureaux du bâtiment pendant la Journée d’unité nationale à St. Petersburg, en Russie, le 4 novembre 2022. (Crédit : AP Photo, File)

Les sanctions gèlent tous les actifs que les personnes et entités sur liste noire possèdent aux États-Unis et elles interdisent aux Américains tout commerce avec elles.

Le département d’État a aussi placé 531 membres de l’armée russe sur une liste noire des déplacements pour des agissements menaçant ou contrevenant à la souveraineté, à l’intégrité territoriale ou à l’indépendance politique de l’Ukraine.

« Ces actions soutiennent notre objectif visant à diminuer les capacités de Moscou à faire la guerre contre l’Ukraine ; à faire assumer leurs responsabilités à ceux qui sont responsables de la guerre d’agression menée par la Russie et des abus survenus dans le cadre du conflit et à exercer des pressions supplémentaires sur le secteur russe de la Défense », a commenté le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.