Guerre Mondiale : Moscou dénonce les propos « insultants » de Kiev
Rechercher

Guerre Mondiale : Moscou dénonce les propos « insultants » de Kiev

Lors des cérémonies en Pologne marquant la libération d'Auschwitz par l'Armée rouge, Volodoymyr Zelensky a apporté son soutien à Varsovie

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky arrivent pour une séance de travail au Palais de l'Elysée, le 9 décembre 2019 à Paris. (Crédit : Ian Langsdon/Pool via AP)
Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky arrivent pour une séance de travail au Palais de l'Elysée, le 9 décembre 2019 à Paris. (Crédit : Ian Langsdon/Pool via AP)

Le Kremlin a vertement critiqué mardi le président ukrainien pour avoir dit que l’URSS avait sa part de responsabilité dans le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale en « complotant » avec les nazis pour envahir la Pologne.

« Nous ne pouvons accepter cette déclaration, elle est fausse et insultante à l’égard de la mémoire de nos grands-pères », a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, au cours d’un point-presse téléphonique régulier.

Les critiques russes à l’égard de Kiev interviennent après quelques mois de détente entre les deux pays, à couteaux tirés depuis 2014 et l’annexion russe de la Crimée. L’Ukraine accuse en particulier la Russie, malgré ses dénégations, de soutenir les séparatistes pro-russes dans un conflit qui a fait 13 000 morts dans l’est du pays.

Varsovie et Moscou, qui entretiennent aussi des relations exécrables depuis des années, ont ces dernières semaines multiplié les passes d’armes sur leurs crimes respectifs supposés durant la Seconde Guerre mondiale.

Lundi, lors des cérémonies en Pologne marquant la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, le président ukrainien Volodoymyr Zelensky a apporté son soutien à Varsovie.

Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky prend la parole lors de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 25 septembre 2019. (Timothy A. Clark/AFP)

« La Pologne et le peuple polonais ont les premiers ressenti les conséquences du complot criminel de deux régimes totalitaires. Cela a conduit à la Seconde Guerre Mondiale et permis aux Nazis de déclencher les rouages de l’Holocauste », a-t-il dit.

Cette déclaration fait suite à la colère du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki fin décembre contre Vladimir Poutine après que ce dernier eut accusé la Pologne de collusion avec Hitler. Le président Andrzej Duda a même boycotté des cérémonies consacrées à Auschwitz en Israël du fait de la présence du président russe.

M. Poutine a ces dernières semaines multiplié les attaques contre ce qu’il considère être des « falsifications » de l’histoire. Il a minimisé en particulier la portée du protocole secret du pacte Ribbentrop-Molotov, signé le 23 août 1939 et ayant conduit à un partage entre Soviétiques et nazis d’une partie de l’Europe de l’Est, dont la Pologne.

Le président russe a aussi dénoncé une récente résolution du Parlement européen dénonçant cette invasion coordonnée.

Pour Moscou, qui est entré en guerre avec l’Allemagne hitlérienne en 1941, l’Europe de l’Est a été libérée des nazis par les troupes soviétiques. Nombre de ces pays considèrent cependant aujourd’hui l’Armée rouge comme une force d’occupation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...