« Guten tag »: Bagelstein répond avec bienveillance au tag antisémite
Rechercher

« Guten tag »: Bagelstein répond avec bienveillance au tag antisémite

Peint en jaune, le tag a été retrouvé sur le parcours d'une manifestation de gilets jaunes à Paris, sur la vitre d'un établissement Bagelstein dans la nuit de samedi à dimanche

Graffiti antisémite avec le mot "Juden" sur la vitrine du restaurant Bagelstein, à Paris, France, le 9 février 2019. (Capture d'écran : YouTube)
Graffiti antisémite avec le mot "Juden" sur la vitrine du restaurant Bagelstein, à Paris, France, le 9 février 2019. (Capture d'écran : YouTube)

Les gérants d’un restaurant Bagelstein, dont la vitrine a été taguée du mot « juden » (« juifs » en allemand) à Paris ont répondu, à leur manière, à ce tag antisémite.

En réponse la chaîne de restauration, connue pour sa communication décalée a posté la photo d’une vitrine d’un Bagelstein taguée en jaune et en allemand.

Mais en lieu et place du « juden », qui a rappelé à beaucoup les exactions du nazisme en Allemagne lors de la Nuit de Cristal, on y trouve écrit « Guten tag », « boujour » en allemand, assorti d’un commentaire :

« Salut l’artiste, on a fini le travail pour toi », ajoutant qu’il sera « toujours le bienvenu » chez Bagelstein.

Avant de poster cette réponse bienveillante, les gérants avaient déposé plainte, a indiqué dimanche à l’AFP le cofondateur de cette chaine de restauration, Gilles Abecassis.

« Nous avons découvert ce tag samedi matin. Il a probablement été fait dans la nuit de vendredi à samedi », a expliqué M. Abecassis, qui précise que des graffitis similaires ont déjà été réalisés sur d’autres vitrines. Le restaurant visé se trouve dans le centre de la capitale, sur l’Ile Saint-Louis.

« La plainte a été déposée samedi. La police est venue sur place », a ajouté le responsable de cette enseigne de restauration rapide spécialisée dans la vente de bagels.

« Un tag antisémite en plein Paris. Un de trop, a commenté Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, via son compte Twitter. ‘Juden’ en lettres jaunes, comme si les plus tragiques leçons de l’Histoire n’éclairaient plus les consciences. Notre réponse : tout faire pour que l’auteur de cette ignominie soit condamné. Notre honneur : ne rien laisser passer ».

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a fait un lien, dans un tweet, entre plusieurs faits survenus en fin de semaine : « L’antisémitisme le plus crasse dans les rues de la ville lumière. En 24h donc: incendie contre le domicile de Richard Ferrand, attaque contre l’Assemblée nationale et actes antisémites ».

M. Abecassis « ne pense pas que ce soit des gilets jaunes » qui aient réalisé ce tag, découvert plusieurs heures avant la manifestation de samedi. « Ils ont écrit ça en jaune, mais ça peut être pour l’étoile de David » que l’Allemagne nazie imposait aux juifs de porter, a-t-il souligné.

« Nous sommes choqués, mais nous répondrons demain à ces abrutis sur un ton décalé de sale gosse. Nous voulons garder notre bonne humeur », avait expliqué le responsable de l’enseigne, qui dit avoir reçu « des milliers de messages de soutien, de Hong Kong, de Sydney, d’Europe de l’Est, de gens de milieux différents, pas seulement de confession juive ».

La France a connu une augmentation de 74 % des incidents antisémites en 2018 par rapport à l’année précédente, selon le ministère de l’Intérieur qui a rendu ces chiffres publics le 11 février dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...