Israël en guerre - Jour 260

Rechercher
Nécrologie

Guy Stern, « espion américain » pendant la Seconde Guerre mondiale, décède à 101 ans

Ce réfugié juif allemand était l'un des derniers survivants des "Ritchie Boys" au service de l’armée américaine ; il est devenu par la suite un éminent spécialiste de la Shoah

Guy Stern, membre des "Ritchie Boys", s'adressant aux députés en tant qu'invité au Parlement, en Basse-Saxe, à Hanovre, en Allemagne, le 14 mai 2019. (Crédit : Christophe Gateau/dpa via JTA/Dossier)
Guy Stern, membre des "Ritchie Boys", s'adressant aux députés en tant qu'invité au Parlement, en Basse-Saxe, à Hanovre, en Allemagne, le 14 mai 2019. (Crédit : Christophe Gateau/dpa via JTA/Dossier)

JTA – Guy, né « Günther », Stern, un réfugié juif allemand qui était l’un des derniers membres survivants connus de la célèbre unité de renseignement militaire de la Seconde Guerre mondiale connue sous le nom de « Ritchie Boys » et qui est devenu un chercheur accompli sur la Shoah après la guerre, est décédé le 7 décembre, un peu plus d’un mois avant son 102e anniversaire.

Envoyé à Saint-Louis par sa famille alors qu’il était adolescent, Stern est devenu citoyen américain et a été enrôlé dans l’armée en 1943, rejoignant un groupe restreint de soldats réfugiés juifs devenus agents de renseignement qui se sont entraînés à Camp Ritchie dans le Maryland. De langue maternelle allemande, ses compétences étaient particulièrement précieuses pour interroger les prisonniers de guerre nazis et obtenir des renseignements.

Les « Ritchie Boys », qui comptaient environ 2 000 réfugiés juifs, ont été à l’origine de ce que l’on a estimé plus tard être environ 60 % des renseignements utilisables par les États-Unis pendant la guerre. Leur travail a été classé top secret et est resté largement confidentiel pendant des dizaines d’années ; de nombreux vétérans, contrairement à Stern, sont morts sans avoir pleinement raconté leur histoire.

En 2022, Stern a été un personnage central du documentaire de PBS « Les États-Unis et la Shoah », réalisé par Ken Burns, Sarah Botstein et Lynn Novick, et il est également apparu dans une émission spéciale de « 60 Minutes » plus tôt dans l’année. En 2021, le Sénat américain avait rendu hommage au service des « Ritchie Boys » par une résolution bipartisane.

Après la guerre, Stern est devenu chercheur en littérature comparée et administrateur d’université. Il a occupé plusieurs postes de haut niveau à l’Université Wayne State de Détroit, dont celui de recteur, et à l’Université de Cincinnati, recevant au passage diverses distinctions pour son service, dont le titre de chevalier français de la Légion d’honneur en 2017. Sa veuve, l’écrivaine allemande d’origine polonaise Susanna Piontek, est elle aussi une experte de la mémoire de la Shoah et a traduit en allemand les mémoires de son mari.

Stern a été commémoré par de nombreuses institutions juives à l’intérieur et à l’extérieur de sa ville d’adoption de Détroit, notamment le Zekelman Holocaust Center (HC) à Farmington Hills, dans le Michigan, où Stern était le directeur de son International Institute of the Righteous (Institut international des Justes).

« Guy a joué un rôle si important non seulement dans le HC, mais aussi dans toute la compréhension que nous avons de la guerre, de ce qui a été fait pour la gagner, de sa signification et de l’importance de l’éducation pour empêcher qu’elle ne se reproduise », a déclaré Alan Zekelman, membre exécutif du conseil d’administration du musée, dans un communiqué.

« Il ne fait aucun doute que son travail dans ce monde était important, qu’il restera dans les mémoires et que nous sommes tous bénis grâce à lui. Il nous manquera énormément. »

Günther Stern est né en 1922 à Hildesheim, en Allemagne. Tout au long de sa vie, il a gardé le souvenir marquant d’avoir vu d’anciens camarades s’inscrire dans les Jeunesses hitlériennes. À 15 ans, il devient le seul membre de sa famille à échapper à la mort dans les mains des nazis lorsque ses parents ont mis leurs ressources en commun et l’ont envoyé chez un parent à Saint-Louis.

Comme il le racontera à maintes reprises par la suite, notamment dans ses mémoires Invisible Ink (« Encre invisible »), publié en 2020, Stern avait tenté en vain d’obtenir un parrainage américain pour ses parents et ses frères et sœurs. En raison de ce qu’il avait dit être en grande partie la faute d’un avocat fourbe, il avait été incapable de trouver un sponsor qui leur aurait assuré un passage sécurisé, et le reste de sa famille avait été assassiné plus tard au cours de la Shoah.

Guy Stern en train de rejouer son ancien travail. (Autorisation)

Séjournant chez son oncle et sa tante à Saint-Louis, Stern écoutait souvent à la radio les émissions du prêtre fasciste américain Father Coughlin, qui avait embrassé la même idéologie venimeuse que les nazis que Stern avait fuis.

« J’ai été déconcerté lorsque j’ai entendu le père Coughlin et j’ai pensé : ‘Eh bien, je me suis débarrassé de tout cela lorsque j’ai quitté l’Allemagne' », avait déclaré Stern à cet auteur en 2019. « Je ne pensais pas que l’Amérique serait trompée de la même manière par des slogans démagogiques et de la propagande, comme cela s’était produit en Allemagne. »

Après la guerre, Stern a étudié les langues romanes à l’Université Hofstra de Long Island, où il a obtenu sa licence en 1948. Il a obtenu une maîtrise, puis un doctorat en allemand à l’Université de Columbia.

Stern a souvent parlé de son expérience en tant que réfugié, en participant à divers témoignages de survivants et en étant interviewé dans un certain nombre de documentaires et d’émissions télévisées.

Stern est resté alerte et sociable jusqu’à l’âge de cent ans, se souvenant presque entièrement de ses expériences de vie et s’asseyant volontiers avec presque tous ceux qui lui demandaient de raconter son histoire. Tout au long de sa vie, il a gardé un esprit aiguisé.

« Si vous vivez assez longtemps », avait-il déclaré à l’émission « 60 Minutes », « les honneurs vous sont rendus ».

Susanna Piontek, de West Bloomfield, lui survit. Son premier mariage, avec Margith Langweiler, s’était soldé par un divorce. Sa seconde épouse, Judith Edelstein Owens, est décédée en 2003. Son fils, Mark Stern, est décédé en 2006.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.