Hamas et Fatah font le pari de la réconciliation, balayant « l’énorme méfiance »
Rechercher

Hamas et Fatah font le pari de la réconciliation, balayant « l’énorme méfiance »

Selon de hauts fonctionnaires, les factions palestiniennes rivales sont vraiment unies contre l'annexion d'Israël, malgré des années d'échecs dans les tentatives de rapprochement

Husam Badran, membre du bureau politique du Hamas, et Ahmad Hilles, membre du Comité central du Fatah, discutent d'une "action commune" dans le cadre de ce qu'ils considèrent comme une tentative de mettre de côté les tensions entre les deux factions palestiniennes rivales (Capture d'écran)
Husam Badran, membre du bureau politique du Hamas, et Ahmad Hilles, membre du Comité central du Fatah, discutent d'une "action commune" dans le cadre de ce qu'ils considèrent comme une tentative de mettre de côté les tensions entre les deux factions palestiniennes rivales (Capture d'écran)

Lundi soir, deux hauts responsables du Hamas et du Fatah ont organisé la deuxième conférence de presse commune des deux factions palestiniennes rivales en une semaine pour discuter des « méthodes d’action commune » contre un plan israélien d’annexion de parties de la Cisjordanie.

« Nous envoyons un message, avant tout, à l’occupation : nous sommes unis ; même s’il y a des désaccords ici et là, ils sont superficiels et normaux », a déclaré Hussam Badran, membre du bureau politique du Hamas, dans une interview conjointe avec Ahmad Hilles, membre du Comité central du Fatah, à la télévision palestinienne.

Badran, ancien chef du Hamas en Cisjordanie, a été reconnu coupable par Israël d’être le cerveau de plusieurs des attentats terroristes les plus cruels de la seconde Intifada, notamment l’attentat à la pizzeria Sbarro à Jérusalem en 2001 et l’attentat à la discothèque Dolphinarium à Tel Aviv qui a tué des dizaines de civils israéliens, dont des enfants et des adolescents. Il a été libéré en 2011 dans le cadre d’un échange de prisonniers entre Israël et le groupe terroriste basé à Gaza.

Hilles a déclaré que cette apparition à la télévision avait été stimulée par l’opposition des deux mouvements palestiniens au plan de paix controversé du président américain Donald Trump, qui ouvre la voie à l’annexion par Israël de toutes ses implantations ainsi que de la vallée stratégique du Jourdain, représentant 30 % de la Cisjordanie.

« L’occupation nous a imposé une bataille qui nous oblige à agir différemment », a déclaré Hilles, en référence à l’annexion prévue.

Les relations entre le Fatah, qui contrôle l’Autorité palestinienne basée à Ramallah et dirigée par Mahmoud Abbas, et le groupe terroriste islamiste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza et cherche ouvertement à détruire Israël, sont marquées par des divisions depuis plus d’une décennie.

Après la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes de 2006, les deux mouvements ont mené une lutte sanglante pour la suprématie qui a abouti à l’expulsion du Fatah de la bande de Gaza par le Hamas. Depuis, les deux parties sont en désaccord, l’Autorité palestinienne sévissant contre les opérations du Hamas en Cisjordanie.

Jeudi dernier, cependant, le secrétaire général du Fatah Jibril Rajoub et le chef adjoint du bureau politique du Hamas Saleh al-Arouri ont tenu une conférence de presse commune à Ramallah pour coordonner une « action commune » contre l’annexion prévue et pour « contrecarrer l’accord du siècle », une référence au plan de paix Trump.

« Toutes les questions controversées sur lesquelles nous divergeons, nous les mettrons de côté… Le Fatah et toutes les factions palestiniennes sont confrontés à une menace existentielle, et nous devons travailler ensemble », a déclaré M. al-Arouri, qui a orchestré de nombreuses attaques terroristes contre des civils israéliens et dont la tête a été mise à prix par le Département d’État américain pour un montant de 5 millions de dollars.

Le Fatah ne hissera pas « un drapeau blanc » au cas où Israël poursuivrait ses plans d’annexion, a déclaré M. Rajoub, et « toutes les options » seront sur la table.

Le haut responsable du Fatah Jibril Rajoub, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, assiste par vidéoconférence à une réunion avec le chef adjoint du Hamas Saleh al-Arouri (sur l’écran depuis Beyrouth) pour discuter du plan d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, le 2 juillet 2020. (ABBAS MOMANI / AFP)

C’est loin d’être la première fois que les deux factions palestiniennes rivales font des gestes publics de réconciliation. De nombreux cycles de négociations ont été organisés pour mettre fin à la fissure dans la politique palestinienne. Certains, comme les pourparlers Hamas-Fatah de 2017 au Caire, ont même abouti à des accords. Aucun, cependant, n’a conduit à des changements significatifs.

Badran et Hilles ont tous deux tenté de dissiper les doutes quant au fait que le récent réchauffement des liens entre les deux groupes n’échouerait pas pareillement.

« Notre peuple est très sceptique quant au potentiel d’unité nationale. Les tentatives précédentes n’ont pas eu d’impact sur le terrain », a reconnu M. Badran.

« Notre peuple a été et continue d’être sceptique, et il a raison. Cette fois-ci, est-ce différent ? Nous disons oui », a déclaré Hilles.

Comme lors de la conférence de presse conjointe de jeudi dernier, les deux fonctionnaires ont évité d’expliquer quelles mesures concrètes seraient prises, le cas échéant, dans les jours à venir. En tout cas, la fin de la division Hamas-Fatah ne se matérialisera pas immédiatement, ont souligné les deux responsables.

« Je ne dis pas ‘nous travaillons à une réconciliation totale’, mais plutôt ‘nous avons commencé un rapprochement' », a déclaré Hilles.

M. Badran a déclaré que le processus de renforcement de la confiance et une augmentation progressive de l’action commune sur le terrain suivraient. Toute action entreprise, a-t-il dit, devra être faite dans le contexte d’un consensus national.

« Même en ce qui concerne la résistance militaire, dont Gaza a été majoritaire jusqu’à présent, toutes les options devraient être discutées dans le cadre d’une décision nationale commune, ainsi que d’une action diplomatique et politique », a déclaré M. Badran.

La communication Hamas-Fatah s’est poursuivie au niveau local lundi, alors que le chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh, s’est entretenu avec le gouverneur de Hébron, Jabarin al-Bakri, sur la situation du coronavirus dans le gouvernorat, selon la chaîne de télévision al-Resalah liée au Hamas. Hébron a été de loin la région de Cisjordanie la plus touchée par le nouveau coronavirus, avec plus de 80 % des cas enregistrés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...