Handball : la présence de jeunes Israéliens au Qatar fait débat
Rechercher

Handball : la présence de jeunes Israéliens au Qatar fait débat

Le minuscule mais richissime émirat gazier sert de sanctuaire à d'anciens dirigeants du mouvement terroriste palestinien du Hamas

L'équipe nationale israélienne de handball junior (bleue) participe aux championnats d'Europe 2016. (Capture d'écran / YouTube)
L'équipe nationale israélienne de handball junior (bleue) participe aux championnats d'Europe 2016. (Capture d'écran / YouTube)

La présence d’équipes israéliennes à un tournoi de handball scolaire qui a commencé jeudi à Doha a suscité des appels sur les réseaux sociaux pour que les Qataris retirent leurs enfants de la compétition.

Israël a envoyé deux équipes – l’une masculine, l’autre féminine – au Championnat du monde de handball scolaire, un tournoi international semestriel pour des élèves âgés de 15 à 18 ans qui est disputé depuis le début des années 1970.

Ce n’est pas la première fois que des Israéliens participent à des compétitions au Qatar, mais cette participation a soulevé des questions sur la politique étrangère de Doha, huit mois après le début d’une crise diplomatique avec ses voisins arabes du Golfe.

Sur Twitter, des utilisateurs se présentant comme des Qataris ont accusé Doha d’essayer de normaliser ses relations avec Israël.

« Je demande à tous les parents de retirer leurs enfants et de les empêcher de participer à cette normalisation des relations », a écrit un utilisateur en arabe.

« Maintenant, c’est le moment de parler à vos enfants de la Palestine », a-t-il ajouté.

Le compte Twitter QAYON (Qatar Youth Opposed to Normalisation) a, pour sa part, lancé le hashtag « Élèves du Qatar contre la normalisation » en obtenant un soutien du réseau TV panarabe Al-Jazeera basé à Doha.

L’Emir du Qatar, le Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani (Crédit : Chuck Hagel/CC BY 2.0/WikiCommons)

La campagne a même été louée par un éminent professeur aux Emirats arabes unis où les manifestations de sympathie à l’égard du Qatar sont loin d’être les bienvenues, alors que les deux pays n’entretiennent plus de relations depuis juin 2017.

On ignore si tous les tweets critiques de Doha émanent bien du Qatar.

Quoi qu’il en soit, la présence de sportifs israéliens était de nature à susciter une controverse.

Plus tôt cette année, le joueur de tennis israélien Dudi Sela a participé à l’Open du Qatar, ce qui a provoqué des appels à la fédération de tennis du Qatar à présenter des excuses.

Dudi Sela pendant un match de la Coupe Davis, en juillet 2009. (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Et en 2016, deux Israéliens – Ariel Hilma et Sean Faiga – ont pris part à un tournoi de volleyball à Doha, provoquant une certaine colère sur Twitter où un utilisateur a demandé aux services d’immigration à l’aéroport de ne pas tamponner leurs passeports.

Difficile équilibre

Avant le championnat de handball, un journal local a répertorié tous les pays participants, à l’exception d’Israël.

Selon les organisateurs de l’International School Sport Federation (ISF), il n’y aura pas de drapeau israélien à la cérémonie d’ouverture jeudi.

Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman (Crédit : autorisation AVI/Facebook)

En revanche, personne ne remet officiellement en cause la participation d’Israël parmi la vingtaine de nations ayant envoyé des équipes à Doha, la première capitale non européenne à accueillir ce tournoi.

« Ces équipes se sont qualifiées pour participer », a déclaré un responsable des médias sous couvert de l’anonymat, en soulignant que la même règle s’appliquera au Mondial de football qui doit avoir lieu au Qatar en 2022.

« C’est un tournoi mondial », a-t-il ajouté.

Tom Christensen, un haut responsable de l’ISF, a déclaré à l’AFP qu’Israël ne prévoyait initialement qu’une seule équipe. « Mais ils ont décidé il y a quatre ou cinq mois d’envoyer aussi une équipe de filles ».

Le Qatar entretient des relations complexes avec Israël.

Le minuscule mais richissime émirat gazier sert de sanctuaire à d’anciens dirigeants du mouvement terroriste palestinien du Hamas.

Dans les semaines qui ont suivi le début de la crise du Golfe, Israël a déclaré souhaiter la fermeture des bureaux de la chaîne Al-Jazeera du Qatar sur son territoire.

Dans le même temps, le Qatar s’est engagé à accueillir l’équipe israélienne de football – et ses supporters – si elle se qualifiait pour le Mondial-2002.

Selon Christopher Davidson, spécialiste du Moyen-Orient et professeur à l’Université de Durham, les dirigeants du Qatar doivent faire preuve de finesse dans leur approche vis-à-vis d’Israël.

Certes, ils doivent tenir compte des opinions publiques arabes, mais ils ne peuvent exclure aucun pays d’un événement sportif à l’horizon 2022, explique-t-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...