Hausse de 16 % des incidents antisémites à Berlin en 2016
Rechercher

Hausse de 16 % des incidents antisémites à Berlin en 2016

Ce sont 470 agressions contre les Juifs qui ont été répertoriées. Sept d’entre elles étaient physiques. Les Juifs allemands redoutent de plus en plus d’être reconnus en tant que Juifs lorsqu’ils évoluent dans l’espace public

Angela Merkel au Bundestag, le 26 novembre 2014. (Crédit : Clemens Bilan/AFP)
Angela Merkel au Bundestag, le 26 novembre 2014. (Crédit : Clemens Bilan/AFP)

Alors qu’un nouveau rapport note une hausse des incidents antisémites à Berlin, les leaders juifs de la capitale allemande ont renouvelé leur appel en faveur de la désignation d’un commissaire fédéral qui serait chargé de la gestion du problème.

Le Bureau de Recherche et d’Information sur l’antisémitisme de Berlin, fondé en 2015, a fait savoir lundi que le nombre d’incidents antisémites dans la ville avait augmenté de 16 % en 2016 par rapport à l’année précédente. La majorité des incidents sont non-violents mais néanmoins menaçants.

Selon le rapport, un total de 470 incidents antisémites a été répertorié à Berlin en 2016 dont 16 agressions physiques.

La présence d’un commissaire fédéral permanent aiderait à garantir que le gouvernement se charge véritablement du problème de la lutte contre la haine anti-juive, a expliqué dans un communiqué Deidre Berger, le chef du bureau de l’AJC (American Jewish Committee) à Berlin.

Vue aérienne du Mémorial de l'Holocauste de Berlin (Crédit : de:Benutzer:Schreibkraft/Creative Commons/ Wikimedia)
Vue aérienne du Mémorial de l’Holocauste de Berlin (Crédit : de:Benutzer:Schreibkraft/Creative Commons/ Wikimedia)

Selon elle, les Juifs redoutent de plus en plus de voir leur religion identifiée lorsqu’ils évoluent dans l’espace public. Dans de nombreux cas, a dit Berger, les auteurs des menaces se cachent derrière l’anonymat qui caractérise souvent Internet, créant une atmosphère générale d’angoisse.

Cette haine doit être contrée quelle que soit sa source, a expliqué Josef Schuster, responsable du Conseil Central des Juifs d’Allemagne, lors d’un récent discours prononcé devant le Parlement d’état de la Basse Saxe.

Schuster, qui a également réclamé l’établissement d’un commissaire fédéral, a indiqué qu’il était plus important que jamais que la société civile et les responsables politiques s’opposent à l’antisémitisme et à l’extrémisme d’extrême-droite, en particulier après que la Cour suprême allemande a décidé qu’elle n’avait pas suffisamment de preuves pour interdire un parti politique célèbre issu de la droite extrémiste.

« Nous devons apporter notre soutien idéologique et financier aux initiatives contre l’extrême-droite » et le sentiment anti-juif parmi les musulmans doit être combattu avec vigueur, a dit Schuster aux législateurs de l’état tout en soulignant que « la communauté juive rejette toutes les formes de haine anti-islam ».

Le rapport fait également état de 18 cas de menaces verbales et de 53 actes de vandalisme contre des propriétés juives ou des sites de commémoration de l’Holocauste ainsi que de 382 cas de comportement blessant. Ce sont 152 cas de menaces qui ont été répertoriés sur Internet contre des Juifs ou des institutions juives.

Il y a eu aussi 150 cas de propagande antisémite, de graffitis et de lettres de menace.

Il n’y a pas eu de cas d’extrême violence rapporté au bureau de l’antisémitisme l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...