Helen Mirren en faveur d’une loi facilitant la restitution des oeuvres volées par les nazis
Rechercher

Helen Mirren en faveur d’une loi facilitant la restitution des oeuvres volées par les nazis

L'actrice exhorte le Sénat américain à adopter une loi pour augmenter la prescription dans les affaires d'œuvres spoliées aux Juifs pendant la Shoah

L'actrice Helen Mirren à la 22e cérémonie des Screen Actors Guild Awards à Los Angeles,  le 30 janvier 2016 (Photo: Alberto E. Rodriguez / Getty Images)
L'actrice Helen Mirren à la 22e cérémonie des Screen Actors Guild Awards à Los Angeles, le 30 janvier 2016 (Photo: Alberto E. Rodriguez / Getty Images)

Washington – Helen Mirren a témoigné devant le Sénat américain de l’importance de restituer à leurs propriétaires légitimes les œuvres d’art volées par les nazis.

Mirren, actrice britannique ayant obtenu plusieurs Oscars, est apparue mardi lors d’une audition sur un projet de loi qui accorderait aux plaideurs plus de temps pour récupérer les œuvres d’art volées.

Mirren a dit qu’elle a été sensibilisée à la question en jouant le rôle de Maria Altmann dans le film de 2015 « La Femme au tableau ». Altmann avait lutté contre le gouvernement autrichien pendant des années jusqu’à ce qu’en 2004, elle ait récupéré des œuvres volées à sa famille par les nazis.

« Les victimes des vols nazis ne devraient pas avoir à faire preuve de l’audace et la capacité que Maria Altmann a dû démontrer pour récupérer ce qui leur appartient à juste titre », a déclaré Mirren.

« Quand les Juifs ont été spoliés de leur œuvres d’art, ils ont perdu leur héritage », a-t-elle dit. « Ne plus avoir aucun souvenir c’est n’avoir aucune famille ».

Mirren a témoigné devant une réunion conjointe des sous-commissions judiciaire des commissions sur la Constitution et sur la Surveillance, présidées respectivement par les sénateurs John Cornyn et Ted Cruz, tous deux républicains du Texas, qui, avec les sénateurs démocrates Chuck Schumer (New-York), et Richard Blumenthal (Connecticut), sont les promoteurs de la proposition de loi.

La proposition de loi, présentée en avril, modifierait le délai de prescription, le fixant à six ans à compter de la date à laquelle l’œuvre d’art a été identifiée et localisée, et de la date à laquelle le demandeur a prouvé en être le propriétaire. Dans certains cas, les défendeurs ont été en mesure d’éviter la restitution parce que dans certains États la prescription n’était que de 3 ans.

Le président de la commission, le sénateur Chuck Grassley, a déclaré lors de l’audience, qu’il permettrait d’accélérer l’examen de la proposition de loi.

Ont également témoigné à l’audience un certain nombre d’experts de l’art spolié, dont Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial et président de la World Jewish Restitution Organization.

« Ne vous méprenez pas, ce crime continue d’entacher le monde de l’art », a déclaré Lauder, se référant au vol à grande échelle par les nazis d’objets d’art appartenant à des Juifs.

 Ronald Lauder (Capture d’écran France 2)
Ronald Lauder (Capture d’écran France 2)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...